Pour le maintien des ateliers Beaux Arts au centre de Paris

Le centre des Ateliers Beaux-Arts de Paris situé au 48 rue de Sévigné dans le troisième arrondissement est sur le point d' être vendu. Depuis des années, son action s'étend bien au-delà du centre de Paris. Rien n'est prévu pour remplacer ce lieu de «culture pour tous».

Le centre des Ateliers Beaux-Arts de Paris situé au 48 rue de Sévigné dans le troisième arrondissement fait partie du projet « réinventer Paris 2» et est sur le point d' être vendu. Cela implique que d'ici deux ans environ, il sera affecté à d'autres activités et les treize ateliers le constituant seront dispersés puis relogés dans des locaux aujourd'hui inconnus.

Malgré une forte mobilisation, notre cause n' a pas eu pour l' instant le retentissement escompté. Nos nombreux courriers et emails étant restés sans réponse, nous n' avons pas pu faire entendre notre voix et c'est pourquoi nous vous sollicitons aujourd'hui. Donner une portée médiatique à la vente de notre centre semble être la dernière possibilité de sensibiliser l'opinion et les pouvoirs publics à notre combat: préserver un des hauts lieux d'accès à la «culture pour tous» en plein cœur de Paris.

Nous souhaitons également vous informer sur la façon dont cette décision a été prise : sans concertation et en niant purement et simplement la vie et l’activité déjà existante de ce centre en l’incluant dans une liste de lieux vides, désaffectés tels que d’anciens postes de transformation, abattoirs, stations de métro, tunnels, parcs de stationnement, etc.

Les Ateliers Beaux-Arts de Sévigné ont une histoire qui en on fait une véritable institution au sein des pratiques artistiques de la Ville de Paris. Au fil des années, le centre a acquis une réputation dépassant largement le quartier : nombre de Parisiens mais aussi de Franciliens et d'étrangers sont venus s'exercer aux différentes pratiques proposées : dessin, peinture, gravure, photographie, histoire de l'art, écriture.
Depuis plus d’un siècle, les ABA proposent un enseignement artistique adressé à tous, d'un niveau supérieur correspondant à la qualité et à la diversité des 80 artistes qui y enseignent.
Répondant à une forte demande des Parisiens d'avoir un lieu central consacré à la pratique des Beaux-Arts, « Sévigné » a été créé à l'initiative de Jean Cardot, membre de l'Institut de France et inspecteur des ABA de 1983 à 2006. Jean Cardot avait pu convaincre Jacques Chirac, maire de Paris, de l'importance stratégique de ce lieu pour la cité. Nous ne pouvons que nous étonner des choix d'une mairie socialiste qui dans la seconde moitié de sa mandature ferme progressivement des espaces de culture qui profitent depuis tant d'années aux Parisiens.
Depuis sa création, « Sévigné » a accueilli successivement le public et les professeurs du centre de la place des Vosges, autre endroit emblématique contraint de fermer ses portes en 2005, ainsi que celui de l'Hôtel de Lauzun un peu plus tard.

Sa situation géographique, dans le cœur historique de Paris a fortement contribué à son rayonnement et à son attractivité.

Nos élèves, informés de la fermeture prochaine de leurs ateliers, nous témoignent quotidiennement de leur désarroi et de leur tristesse face à la perte de cet endroit exceptionnel par son caractère historique, sa centralité, sa proximité aux musées et galeries du Marais. Celui-ci rassemble un panel d'élèves extrêmement divers et participe activement à une démocratisation des pratiques artistiques.
Bien relié par le réseau de transports en commun, il est devenu un espace de mixité sociale, ouvert à la banlieue et aux quartiers périphériques de Paris.

Nous avons compris, après consultation de nos responsables à la mairie de Paris qu'il n'est pas envisagé de recréer un centre des ABA en plein cœur de Paris. Nous ne pouvons que déplorer cet état de fait qui privera 800 élèves d' un espace de création accessibles à tous.

Avec le nouveau Carreau du Temple et l’espace des Blancs Manteaux, les Ateliers de la rue de Sévigné forment un pôle d’excellence des pratiques de la création artistique. Ensemble Ils participent au maintient des activités de création du cœur de Paris et contribuent à l’équilibre délicat de ces activités avec celles, croissantes, du luxe et du tourisme. En plus du désagrément causé aux usagers, la perte des Ateliers Beaux-Arts de la rue de Sévigné renforcera l’image commerciale et la muséification du Marais au détriment de son identité culturelle et historique.

La disparition du centre emblématique de Sévigné semble suivre la tendance politique actuelle visant à réserver aux citadins les plus privilégiés de profiter de la vie culturelle au centre de Paris.

En retirant du centre de la capitale les ABA, un service public proposant une activité culturelle à but non lucratif, les parisiens et franciliens les plus modeste seront privés d'un cadre d'apprentissage et de création qui leur était jusqu'à présent dédié.

Nous soulignons par ailleurs que les ABA ont subi ces dernières années des restrictions de poste (non remplacement lors de départs à la retraite), nous constatons que les usagers se trouvent particulièrement lésés par cette politique contredisant le principe de «culture pour tous» pourtant prôné par la mairie de Paris.

En donnant à la vente de Sévigné une portée médiatique nous espérons alerter le plus de parisiens possible et inciter ainsi la mairie à recréer un centre ABA similaire, accessible au plus grand nombre et situé comme ce dernier au plein centre de Paris.


Les Professeurs du centre Sévigné

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.