Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

1027 Billets

15 Éditions

Tribune 2 déc. 2020

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

«Plus jamais ça»: huit mois après, où en sommes-nous?

Dans une lettre ouverte aux parlementaires, 18 organisations syndicales, associatives et environnementales appellent à « mettre en place des mesures d’urgences et une politique de transformation en profondeur ». « Nos organisations ne peuvent se résigner au rétrécissement du cadre démocratique et à une crise sanitaire sur la durée, permettant de justifier la casse sociale et l’absence totale de politique ambitieuse de transition climatique. »

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Le 27 mars dernier, 18 organisations appelaient, dans une tribune commune, le gouvernement à préparer « le jour d’après » en considérant que la crise sanitaire mettait au jour l’urgence sociale et environnementale et donc la nécessité d’une remise à plat totale des orientations politiques en France et dans le monde, tant en matière économique, sociale, qu’environnementale et démocratique.

Huit mois après, où en sommes-nous ?

Avec lucidité et sans résignation aucune, nous ne pouvons que constater qu’aucun enseignement n’a été tiré de la première phase de la Covid.
Nous sommes très loin du « Plus jamais ça » et d’un monde d’après qui serait si différent du monde d’avant. Partout les gouvernements ont continué à gérer ce qu’ils considéraient comme leurs priorités. La France ne fait malheureusement pas figure d’exception :

  • aucun lit d’hôpital n’a été réouvert, les personnels de santé et du médico-social sont épuisés faute de moyens matériels et humains. Pourtant des économies sont à nouveau demandées dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), ce qui conduira à de nouvelles coupes dans la protection sociale alors que les besoins explosent ;
  • les inégalités ont continué de se creuser : le nombre de pauvres a continué d’augmenter dans le monde au rythme de l’augmentation de la fortune des milliardaires. 300 000 SDF sont désormais dénombrés en France, un Français sur trois a subi une baisse de revenus dans la période, 900 000 chômeurs de plus sont attendus en 2020, les privations alimentaires augmentent et le nombre d’expulsions locatives va s’envoler ;
  • la crise climatique mondiale s’est aggravée à un rythme jamais connu : des incendies en Australie jusqu’en Californie en passant par l’Amazonie, les glaciers ont continué à fondre et les phénomènes climatiques extrêmes se sont multipliés. Il y a à peine quelques semaines, les vallées de la Roya et de la Vésubie ont été dévastées, alors même que l’ensemble des discussions internationales sur le climat et la biodiversité sont à l’arrêt ;
  • on évoque des relocalisations d’industries, alors que l’on continue de fermer des sites d’avenir avec des milliers de suppressions d’emplois à la clé. On vide de leur contenu les propositions de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) pour entamer une transition climatique. Toutes les opportunités de mettre en place des outils politiques, économiques ou financiers de la transition sont balayées une à une. On continue à débattre de la future Politique agricole commune comme si rien n'avait changé, sans revoir ses fondements au regard des enjeux sociaux, alimentaires et climatiques mis en lumière lors de cette crise ;
  • les libertés publiques et l’État de droit sont de plus en plus systématiquement attaqués, en particulier à travers la loi sécurité globale et ses attaques au droit d'informer ou encore la loi séparatisme en préparation. Les violences policières se multiplient ;
  • la parole politique est de plus en plus décrédibilisée par le manque de cohérence, de visibilité et de stratégie dans la gestion de la crise de la Covid et le double langage politique permanent du président et de son gouvernement.

Il y a huit mois, nous demandions une rupture totale avec les dogmes qui nous ont conduits là où nous en sommes aujourd’hui.

Nous le revendiquons plus que jamais aujourd’hui.

Mesdames et Messieurs les parlementaires, comment ne pas voir que la crise sanitaire enseigne l’impérieuse utilité de l’action publique, avec des services publics renforcés sur tout le territoire, et d’une démocratie pleine et entière dans le respect de l’État de droit ?

Mesdames et messieurs les parlementaires, comment ne pas voir que la priorité absolue doit être accordée aux moyens d’existence : alimentation, santé, logement, environnement, culture ?

Mesdames et Messieurs les parlementaires, ce dont nous avons besoin n’est pas d’un plan de relance de l’économie d’hier, mais bel et bien d’un plan de transformation vers une société dans laquelle chacun puisse vivre dignement, sans mettre en péril les écosystèmes ni le climat.

C’est pourquoi nous vous renvoyons à nos 34 propositions qui demandent entre autres :

  • un plan d’urgence pour l’hôpital, l’éducation et l'ensemble des services publics : recrutements, formations, revalorisations ;
  • l’arrêt des plans sociaux et l'imposition de conditions sociales et environnementales en contrepartie de tout soutien public aux entreprises, et l'interdiction de verser des dividendes pour les entreprises bénéficiant d'aides de l'État pendant la crise ;
  • la stricte application de toutes les mesures proposées par la Convention citoyenne pour le climat et la mise en place d’un impôt sur la fortune climatique ;
  • un plan de transition écologique et de relocalisation de notre agriculture et de nos industries ;
  • la réduction et le partage du temps de travail pour lutter contre le chômage de masse, avec la semaine de 32 heures comme référence, sans perte de salaire ni flexibilisation.

Mesdames et Messieurs les parlementaires, à l'heure où se multiplient les luttes locales et où nous sommes des milliers à nous mobiliser pour demander le retrait de la loi sécurité globale, soyons à la hauteur des attentes et des enjeux !

Nos organisations ne peuvent se résigner au rétrécissement du cadre démocratique et à une crise sanitaire sur la durée, permettant de justifier la casse sociale et l’absence totale de politique ambitieuse de transition climatique.

Sans attendre la sortie de la crise actuelle, c’est dès maintenant qu’il faut, en collaboration avec l'ensemble de la population, mettre en place des mesures d’urgences et une politique de transformation en profondeur. Mesdames et messieurs les parlementaires, c’est aujourd’hui qu’il faut construire le monde d’après.

Signataires :

CGT,
FSU,
Solidaires,
les amis de la terre,
Greenpeace,
Oxfam,
Attac,
Confédération paysanne,
Youth For Climate France,
FNE,
MAN,
DAL,
La communauté de l'arche,
Convergence Nationale des Services Publics,
ActionAid France,
Reclaim Finance,
La Fondation Copernic

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza