«Si l’ennemi triomphe, même les morts ne seront pas en sûreté…»

Dans un appel collectif initié par l’Association pour le prix européen Walter Benjamin, plusieurs dizaines de personnalités s’alarment de la captation du nom de l’intellectuel juif allemand anti-nazi par la nouvelle municipalité d’extrême droite de Perpignan. « Il est urgent d’arracher le nom de Walter Benjamin – pour le mettre en sûreté – des mains de l’extrême droite et de tous ceux qui réécrivent l’histoire ».

« Si l’ennemi triomphe, même les morts ne seront pas en sûreté… » Quatre-vingts ans à peine nous séparent de ces mots – qui résonnent aujourd’hui d’une sinistre manière. Après l’escape game (« jeu d’évasion ») « Portbou 1940 afin de sauver Walter Benjamin » – un jeu de rôle obscène qui invitait les participants à revivre ses derniers jours –, voici venu le sombre temps, beaucoup plus grave, d’un tout autre ordre, le temps d’une nouvelle instrumentalisation du destin du philosophe allemand qui s’est donné la mort pour échapper au nazisme. Une trahison d’une tout autre portée.

En effet, au détour du programme de Louis Aliot, député du Rassemblement national, et élu maire à la mairie de Perpignan (Pyrénées-Orientales), on découvre non sans frémir sa volonté de rouvrir le centre d’art Walter-Benjamin, aujourd’hui fermé, pour en faire un lieu dédié « à la création et au devoir de mémoire (mise en place d’expositions, de conférences, de résidences d’artistes, créations in situ…) ». Laisserons-nous Walter Benjamin devenir un butin, un trophée, une prise de guerre dans la vaste tentative de dédiabolisation, puis de normalisation du Rassemblement national qui, dans ce but, n’hésite pas à évoquer, outre la mémoire juive, les Gitans et l’histoire tragique de la Retirada espagnole ?

Mémoire et histoire obligent. Elles nous obligent à rappeler et à nous rappeler que le parti de M. Aliot se situe dans l’héritage des mouvements politiques nationalistes qui, dans les années 1930 et 1940, en Allemagne d’abord, puis en France et en Europe, ont contraint Benjamin à fuir, l’ont persécuté et contre lesquels il s’est toujours dressé. Un parmi tant d’autres « sans nom » et qui doit témoigner pour eux.

Il est urgent de se souvenir d’eux, de leurs combats, et de prendre la pleine mesure dans notre présent de cette phrase terrible : « Si l’ennemi triomphe, même les morts ne seront pas en sûreté. Et cet ennemi n’a pas fini de triompher. »

Il est urgent d’arracher le nom de Walter Benjamin – pour le mettre en sûreté – des mains de l’extrême droite et de tous ceux qui réécrivent l’histoire, une fois encore, à l’encre des oppresseurs d’hier tandis qu’ils stigmatisent, sous toutes ses formes, l’étranger et le migrant.

Nous sommes convaincus que la mémoire de ce qui se joua à Portbou pour Walter Benjamin comme pour tant d’autres, à quelques encablures de Perpignan, nous oblige à réagir avec la plus grande netteté. « No pasaran ». C’est dans cet esprit de résistance à toutes les formes de l’oubli et de la manipulation de notre mémoire collective que nous nous opposons fermement, et par tous les moyens disponibles, à ce que le nom de Walter Benjamin soit associé à la réouverture d’un centre d’art à Perpignan, sous la mandature d’un maire appartenant au Rassemblement national.

(Cet appel est initialement paru dans Le Monde du 1er juillet 2020)

Post-scriptum de « L’association pour le Prix européen Walter Benjamin »

C’est pourquoi nous ne pouvons accepter la réouverture du centre d’art Walter Benjamin ce 11 juillet 2020, après une longue période de déshérence et d’abandon, sous la mandature de Jean-Marc Pujol,  maire sortant, qui n’a pas considéré ce projet comme une priorité, c’est un euphémisme – alors qu’il déclarait en 2013, lors de l’inauguration, que « la révolution ne fait que commencer » –, allant jusqu’a transformer le centre d’art en annexe de la médiathèque – faute d’avoir réussi à le vendre –, après n’avoir eu aucun état d’âme à fermer la Haute Ecole des Beaux-Arts.

L’adjoint à la culture de Perpignan ne croyait pas si bien dire lorsqu’il annonçait : « On implante une épine, un point d'interrogation en plein cœur de Perpignan ». L’épine est donc restée dans le pied, pour devenir une « vitrine culturelle » fantôme. Le nom « Walter Benjamin » ne servant que de faire valoir à une pensée politique très éloignée, pour ne pas dire radicalement antagoniste, à celui dont on revendiquait le nom.

Sans boussole ni direction artistique, les locaux sont aujourd’hui devenus salle polyvalente, louée ou mise à la disposition de galeries privées et de partenaires culturels. Il était dès lors facile pour le candidat du Rassemblement national de s’emparer de cette coquille vide et de venir dans quelques jours inaugurer en grande pompe une exposition, initiée depuis plusieurs mois par le cercle des amis du musée Rigaud. Comment en est-on arrivé là ? Quand s’arrêtera l’instrumentalisation du nom de Walter Benjamin ?

Signataires :

 Robert ABIRACHED, écrivain, critique dramatique ; Aurélie ADLER, maître de conférences ; Jean-Marc ADOLPHE, journaliste, essayiste ; Bassem  AJALTOUNI, compositeur ; Agathe ALEXIS, metteur en scène de théâtre, artiste dramatique ;Isabelle ALCARAZ ; Marie ALLOY, artiste et éditrice ; Sarah AL-MATARY, maître de conférences ; Anne ALVARO, comédienne ; Yacine AMHIS,  psychiatre, psychanalyste ; Carlo ARCURI, maître de conférences ; Jean-Christophe ANGAUT, philosophe ; Marc ANGLARET, professeur de philosophie à Perpignan et militant syndical ; Françoise ARMENGAUD, philosophe ; Serge ASSIER, photographe ; Pierre ASTRIE, écrivain ; Françoise ATTIBA psychologue ;

Igor BABOU, professeur à l'université Paris Diderot, chercheur au laboratoire CNRS Ladyss ; Marie BAKCHINE, psychologue ; Jean-Christophe BAILLY, écrivain ; Isabelle BALADINE HOWALD, écrivaine ;  Étienne BALIBAR, philosophe ; Zoé BALTHUS, écrivain, journaliste, scénariste, critique d'art et de littérature ; Ludivine BANTIGNY, historienne ;  Georges BANU, critique, essayiste ; Jacquie BARRAL, artiste ; Alain BARSACQ, directeur du Théâtre de l'Atalante, metteur en scène de théâtre ; Rudi BAUER, designer ; Éliane BAUMFELDER, enseignante retraitée ; Philippe BECK, poète ; Yves BELORGEY, peintre ;  Mohammed BENNIS, poète marocain ; Marc BERDET, philosophe (APEWB) ; Nicole BERGÉ, photographe ; Marianne BERISSI, maître de conférences ; Arno BERTINA, écrivain ; Mylène BESSON, artiste plasticienne ; Yves BICAL, comédien, metteur en scène ; Wolf BIERMANN, poète-chanteur ;  Catherine BIRZEN, directrice artistique du festival Cinéma du réel ; Michaël BISHOP, universitaire Julien BLAINE, poètartiste ; Philippe BLANCHON, écrivain ; Daniel BLONDET, militant anti-impérialiste ; David BOBÉE, metteur en scène, directeur de théâtre ; Patrick BOBULESCO, libraire (Le Point du Jour) ; Pascal BOISSEL, psychiatre ; Alain BORER, écrivain ; Yves BOUDIER, poète et critique ; Clara BOUZAN, infirmière ; Patrick BOUCHERON, historien ; Anne BOURGUIGNON, éditrice ; Mathieu BOUVIER, chercheur en art ; Michael BROPHY, professeur, University College Dublin ; François BOVY cinéaste ; Barbara BRIX, professeure retraitée ; Momme  BRODERSEN, auteure ; Catherine BRUN, professeur des universités ; Roger BUERGEL, écrivain, directeur de musée ; Abel BURGER, artiste ; Claude BRUNET, enseignant et auteur ; Jean-Pierre BURDIN, syndicaliste, militant associatif art/travail ;

Pierrette CAILBAULT, éducatrice à la retraite ; Didier CAHEN, écrivain ; Mireille CALLE-GRUBER, écrivain, professeur Université La Sorbonne nouvelle ; Sylvaine CANDILLE, cadre culturel en retraite ; Maria Joao CANTNHO, professeure ; Adèle CASSIGNEUL, chercheuse ; Carmen CASTILLO, écrivaine et réalisatrice ; Alfons CERVERA, écrivain ; Marie Paul CABROL; Annie CHALLANDE, retraitée ; Patrick CHAMOISEAU, écrivain ; Olivier CHARNEUX, écrivain ; Nathanaëlle CHATELAIN, poète ; Fanette CHAUVY, danseuse/chorégraphe ; Abdelamir CHAWKY, poète ; Yves CHEMLA, enseignant-chercheur en littérature ; Ronan CHENAUD, écrivain, dramaturge ; Madeleine CLAUS, enseignante, écrivaine (APEWB) ; Édouard CLEDAT DE LA VIGERIE, Graphiste ; Ariella COHEN, psychanalyste ; Francis COHEN, professeur, Michèle COHEN-HALIMI, philosophe ; Danielle-Esther COHEN-LEVINAS, philosophe ; Chantal COLOMB, essayiste ; Francis COMBES, éditeur (Le Temps des cerises) ; Jean Louis COMOLLI, cinéaste, écrivain ; Jhoanni CONESA, régisseur General Théâtre des Aspres de Thuir ; Mari Mai CORBEL, écrivaine ; Enzo CORMANN, écrivain ; Jean-Gabriel COSCULLUELA, écrivain, traducteur ; Anne-Marie COSTE, cadre de santé retraitée ; Anthony CREZEGUT, Agrégé d'histoire Doctorant à Sciences-po ; Françoise CRUZ, auteure ;  Béla CZUPPON, comédien-metteur en scène, directeur de La baignoire ;

Cathie DAMBEL, réalisatrice ; Claude DARRAS, journaliste et écrivain ; Laurence DE COCK, historienne ;Pippo DELBONO, metteur en scène ; Marc DELOUZE, écrivain, fondateur des Parvis poétiques ; Dominique DELPIROU, essayiste ; Guy DESGRANDCHAMPS, architecte ; Philippe DESSOMMES FLOREZ, traducteur ; Eddy DEVOLVER, philosophe ; Michel DIAZ, écrivain, poète ; Georges DIDI HUBERMAN philosophe ; Isabelle DIERCKX, réalisatrice ; Michel DIEUZAIDE, cinéaste, photographe ; Serge DONES,  retraité médico social ; Suzanne DOPPELT, écrivaine ; Jean-Claude DUCLOS, conservateur en chef du patrimoine ; Franc DUCROS, écrivain, universitaire ; Anne DURAND, comédienne ; Sylvie DURBEC, traductrice, poète ;

Véronique ÉGAL, psychiatre, psychanalyste ; Mathias ÉNARD, écrivain ; Didier EPSZTAJN, animateur du blog « entre les lignes entre les mots » ; Laurent EVRARD, libraire ; Éric FASSIN, sociologue ; Françoise FAVRETTO, éditrice ; Emmanuel FAYE, philosophe (APEWB) ; Sylvie FENNEC, décoratrice de théâtre ; Dominique FERNANDEZ romancier, membre de l’Académie Française ; Francisco Garcia FERNANDEZ, retraité ; Ferrante FERRANTI, auteur photographe ; Josiana FERRANTI, humaniste ; Michaël FERRIER, écrivain ; Yves FERRY, acteur ; Albert FERT, physicien, prix Nobel ; Nestor  FIGUERAS, médecin ; Ami FLAMMER, violoniste ; Jordi FONT AGULLÓ, historien, manager culturel ; Sonia FONT, professeure ;Christiane FORNALI, enseignante retraitée ; Geneviève FRAISSE, philosophe ; Claude FRANÇOIS, philosophe ; Maurice FRÉCHURET, historien de l’art ; Dominique FROT, comédienne ; Maximiliano FUENTES CODERA, historien ;

Nathan GABILY, acteur, compositeur ; Réginald GAILLARD, directeur de revue ; Jeanne-Marie GAGNEBIN, philosophe ; Claudine GALÉA, écrivaine ; Samuel  GALLET, écrivain, metteur en scène ; Nicole GASPON, ancienne conseillère municipale d’opposition à Perpignan ; Marie GAUTHERON, historienne d’art ; Aline Palau GAZE,  professeur d'arts plastiques à la retraite ; Bruno GELAS, professeur émérite Université de Lyon 2 ; Mariette GERBER, chercheuse honoraire ; Augustin GIOVANNONI, philosophe ; Liliane GIRAUDON, écrivaine ; Gildas GIRODEAU, écrivain, oléiculteur (APEWB) ; François GIRODON, Union Syndicale Solidaires du Gard ; Valérie GLAIVE, enseignante ; Jean-Marie GLEIZE, écrivain ; Joëlle GLEIZE, professeur émérite des universités ; Sylvie GLISSANT, institut du Tout-Monde ; Barbara GLOWCZEWSKI, anthropologue ; Michaël GLÜCK, poète ; Alice GODFROY, maître de conférences en danse, Université de Nice ; Sylvie GOUTTEBARON, écrivain, directrice de la Maison des Écrivains; Didier GOUPIL, écrivain ;  Bernard GOUT, artiste peintre ; Marc-Ange GRAFF, professeur d’Université (retraité) ; Elie GRAPPE ; Moni GREGO, femme de théâtre ; Bernadette GRIOT, éditrice ; Jean-Claude GROSSE, éditeur (Les Cahiers de l’Égaré) cinéaste ; Maurizio GRIBAUDI, historien ; Philippe GRIL, Agent comercial ; Daniel GUERRIER, éditeur ; Hubert GUILLAUD, ENSA Grenoble ;

Gérard HALLER, écrivain ; Magali HELIAS, comédienne ; Yves HERSANT, directeur d’études ; Jane HERVÉ, philosophe ; Frédérique GUETAT-LIVIANI, auteure ; André GUNTHERT, historien ; Sofi HEMON-PAVELKA, plasticienne ; Benoît HENNAUT, directeur ENSAV — La Cambre ; André HIRT, philosophe ; Tristan HORDÉ, critique littéraire ; Philippe HOTTIER, comédien ; François HUGLO, écrivain ; Marwil HUGUET, auteure dramatique et plasticienne ; Paco IBAÑEZ, chanteur ; Michèle IGNAZI, libraire ; Natacha ISAEVA, traductrice ; dramaturge ; Alejandro JARAMILLO, performer, chanteur ; Yves JOUAN, poète ; Emma JUDE, artiste ; Michel JULLIARD, peintre ; Kalus KAMMERICHS, sculpteur, photographe ; Cécilia KEBAILI, ingénieure d’études ; Miloud KHETIB, comédien ; Éliane KIRSCHER, agricultrice ; Juliette KIRSCHER LUCIANI, diplômée littérature française Paris IV ; Thierry KIRSCHER, professeur retraité ; Nicola KLOTZ, cinéaste ; Axel KÖRNER, professeur d’université ; Brigitte KÜHLEWIND-BRENNENSTUHL, peintre ;

Marie-Françoise LABORET-GRIL, enseignante ; Jean LACOSTE, philosophe, traducteur (APEWB) ; Nathalie LACROIX ; Xavier LAINE, écrivain ; Janine LAJUDIE, London University ; Ghyslaine LALANNE, enseignante retraitée ; Albert LANCE, poète, traducteur ; Denis LANOY, metteur en scène ; Nicole LAPIERRE, anthropologue, sociologue ; Mathilde LARRERE, historienne ; Hervé LAROZE, psychologue clinicien ; Paloma LAUDET, photo journaliste ;  Vincent LAUDET, biologiste ; Christine LAUGIER, enseignante retraitée ; Emmanuel LAUGIER, écrivain ; Denis LAZERME, cinéaste ; Jérôme LEBRÉ, philosophe ;Noémie LEFEBRE, écrivain ; Sébastien Yves LEFEBVRE, vidéaste, compositeur ; Alban LEFRANC, écr ivain ; Nathalie LÉGER, écrivaine ; Boris LEHMAN, cinéaste ; Irith LEKER, psychologue ;  Christian LEMAIRE, médecin anesthésiste ; Christian LEMAIRE, médecin anesthésiste ; Michèle LEMAIRE, assistante sociale ; Françoise LEPOIX, artiste ; Nathalie LEVERRIER, professeure ; Geneviève LIAUTRAD, poète et traductrice ; Pierre LE PILLOUËR, écrivain ; Alain LESTIÉ, artiste ; Erez M. LEVON, professeur de sociolinguistique ;  Guy LLOSE, retraité ; Hervé LOICHEMOL, metteur en scène ; Michaël LÖWY, philosophe ; Sophie LOUCACHEVSKY, metteuse en scène ; Yvette LUCAS, sociologue ;

Gérard MACÉ, écrivain ; Pierre-Yves MACÉ, compositeur ; Martine MACRE, artiste ; Maria MAÏLAT, anthropologue, écrivaine (APEWB) ; Marie-José MALIS, metteuse en scène, directrice de théâtre ; Boyan MANCHEV, philosophe ; Bernard MANGIANTE, cinéaste ; Cécile MAGNET, comédienne ; Bernard MARCADÉ, historien et critique d’art ; Stefano MARCHESONI, philosophe ; Jean-Michel MARCHETTI, peintre ; Élisabeth MARIE, metteuse en scène ; André MARKOWICZ, traducteur, poète ; Rose-Marie MARRIANI, écrivain public ; Nicole MARTELLOTTO, atelier Bernard Noël ; François MARTHOURET, comédien ;  Aline MARTIN,  Nicolas MARTIN-GRANEL, chercheur ; Serge MARTIN-RIMAN, professeur émérite des universités ; Sonia MARZO, bibliothécaire, retraitée ;  Florent MASSOT, éditeur ; Paul MATCHO, psychiatre, psychanalyste ; Michel MATTHIEU, metteur en scène ; Evelyne MAURESO, poétesse ; Joseph MAURESO, artiste plasticien ; Paola MAURESO, chorégraphe ; Catherine MAZAURICH, professeur d’université ; Richard MEIER, éditeur (Voix éditions) ; Jean-Marie MEMIN, écrivain ; Louis MESPLÉ, écrivain, directeur artistique ; Éric MICHAUD,  Directeur d’études ; Éric MICHAUD ; Jacques-Henri MICHOT, écrivain ; Christophe MIGAULT, poète ; Marcel MIGOZZI, poète ; Frédéric MILLER ; Pierre-Yves MODICOM, germaniste ; Marie-José MONDZAIN, philosophe ; Françoise MORVAN, traductrice, écrivaine ; Olivier MOULAÏ, vidéaste ;

Claire NANCY, helléniste, dramaturge ; Jean-Luc NANCY, philosophe ; Philippe NAQUET, professeur de médecine ; Frédéric NEYRAT, philosophe ; Lucie NICOLAS, metteuse en scène ; Bernard NOËL, écrivain ; Cécile ODARTCHENKO, éditrice, écrivain ; Isabelle OLIVE, comédienne ; Marielle OLIVE, activiste culturel ;Marie J. ORTEGA, association « droit des étrangers » ;

Yves PAGÈS, écrivain, éditeur ; Patricia PAREJA RIÓS, professeure de philologie ; Pierre PARLANT, écrivain ; Maxime Hortense PASCAL, poète ; Marc PATAUD, artiste ; Benoît PEETERS, écrivain ; Alexis PELLETIER, poète ; Élisabeth PERCEVAL, cinéaste ; Matthias PÉREZ, peintre ; Pascale PEUCHMAUR, Serge PEY, poète ; Gilles PEYRARD, enseignant retraité ; Hélène PEYTAVI, artiste (APEWB) ; Annie PEZIN, archéologue ; Claudine PICATRD, artiste peintre ; Gisèle PIERRA, artiste, universitaire ; Christine PLANTÉ, historienne de la littérature ; Christian PRIGENT, écrivain ; Paul B. PRECIADO, philosophe ; Olivier PY, poète, metteur en scène ; Jean PRINCIVALLE, éditeur (L’Amourier) ; Alfons QUERA CARRÉ, historien ; Bruno QUEYSANNE, philosophe ;

Émile RAFOWICZ, médecin ; Werner RAPPL, traducteur ; Gérard RAULET, germaniste ; Nathalie RAOUX, historienne (APEWB) ; Dominique REBAUD, chorégraphe ; Jean-Yves REUZEU, éditeur (Le Castor Astral) ; Jean-Claude RICHEZ, historien ; Nathalie RIERA, revuiste ; Michèle RIOT-SARCEY, historienne ; Elena RIVERA, poète, traductrice ; Danielle RIVES, historienne (APEWB) ; Danièle ROBERT, traductrice ; Valérie ROBERT, maîtresse de conférences en Études germaniques ; Loïc ROBINOT, angliciste, artiste ; Anne ROCHE, philosophe (APEWB) ; Gérard RODRIGUEZ, cadre supérieur de santé en psychiatrie ; Jacob ROGOZINSKI, professeur d’université ; Georges ROQUE, directeur de recherches ; Karoline ROSE, chanteuse compositrice acrylique ; François ROUAN, artiste peintre ; Philippe ROUSSIN, directeur de recherches ; Judith ROSENFELD, écrivaine ;

Jean-Marc de SAMIE, historien, artiste ; Lydie SALVAYRE, écrivaine ; Ana SAMARDZIJA SCRIVENER, philosophe ; Diane SAURAT, autrice ; Olivier SCHEFER, Professeur d’université ; Eric SCHULTZ, libraire (La Tache noire) ; Jacques SEMELIN, historien ; Jacques SICARD, écrivain ; Pascaline SIMAR, journaliste ; Jean-Pierre SIMEON, poète et dramaturge ; Claire SIMON, cinéaste ; Anne SLACIK, peintre ; Fred SOCHARD, illustrateur ; Pedro SOLER, musicien ; Pierre-Yves SOUCY, éditeur et écrivain ; Paola STÉVENNE, auteure ; productrice, réalisatrice ; Benjamin STORA, historien ; Michel SURYA, écrivain, éditeur ;

Bruno TACKELS, philosophe (APEWB) ; Anne TALVAZ, écrivaine et traductrice ; Christian TARTING, éditeur, universitaire ; Jean-Paul THIBEAU, artiste ; Katerina THOMADAKI, cinéaste, plasticienne ; Nicolas TIXIER, architecte ; Charles TORDJMAN, metteur en scène ; Catherine TOURNÉ, éditrice ; Loïc TOUZÉ, chorégraphe ; Enzo TRAVERSO, philosophe ; Yolande TROBAT, philosophe ; Florence TROCMÉ, responsable du site Poezibao ;  Colette TRON, auteur ; Gérard TRUILHÉ, éditeur ; Gilberte TSAÏ, directrice artistique ;

Christine VALCKE, peintre ; Philippe VALLS, psychologue ; Anatoli VASSILIEV, metteur en scène ; Marie VAYSSIÈRE, metteur en scène ; Jean-Charles VEGLIANTE, poète, traducteur ; Alain VEINSTEIN, peintre, écrivain ; Virgil VERNIER, réalisateur ; Stéphane VERRUE, metteur en scène de théâtre ; Léo VEUVE, urbaniste ; Dominique VIART, professeur de littérature française ; Ghyslaine VIGNOL, animatrice socio-culturelle ; Deolinda VILHENA, professeur à l’école de théâtre de l’université fédérale de Bahia, Brésil ; Jean-Claude VILLAIN, écrivain ; Patrick VIRET, cinéaste ; Frédéric VOSSIER, dramaturge, éditeur, Sophie WAHNICH, historienne ; Catherine WEINZAEPFLEN, écrivain ; Eva WEISSWEILER, écrivaine ; Pierre ZANGER, psychiatre ; Franck C. YEZNIKIAN, compositeur ; Martine ZITOUN, collaboratrice de la Cie Là-bas théâtre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.