Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

1014 Billets

15 Éditions

Billet de blog 3 août 2022

Le cauchemar du Clémenceau est-il de retour ?

La France doit s'opposer à l'exportation, pour démantèlement, du porte-avion São Paulo (ex-Foch, frère jumeau de Clémenceau) du Brésil vers la Turquie, considèrent les associations Henri Pézerat et Ban Asbestos France. Elles exhortent le président Macron, dans une lettre détaillée, d'intervenir dans le transfert désormais imminent, le navire étant fortement contaminé par des substances hautement toxiques. 

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lors de la vente par l'Etat français du porte-avion FOCH (frère jumeau du Clemenceau) à l'Etat brésilien au début des années 2000, le contrat précisait que l'envoi du navire pour démantèlement ne pouvait se faire sans accord préalable de la France. A l'évidence, cet accord suppose la vérification par l'Etat français de ce que les conditions du transfert répondent à toutes les exigences des règlements européens et internationaux en la matière.

Or les ONG internationales spécialisées – the Shipbreaking Platform et Basel Action Network - alertent depuis des semaines sur la violation des règles établies par « la convention de Bâle concernant les mouvements transfrontaliers de déchets dangereux et le Protocole d'Izmir relatif à la prévention de la pollution de la mer Méditerranée ».

De l'amiante introduit dès la construction, à la radioactivité liée à la présence du navire sur site lors des essais nucléaire polynésiens atmosphériques, du plomb et autres métaux lourds contenus dans les peintures aux PCB présents dans les revêtements de sol, les câbles, les joints, les pièces en caoutchouc, les isolants, les peintures, etc..., les structures de cet énorme navire sont très fortement contaminées par des substances hautement toxiques. Mais, comme par miracle – à l'image de ce qui s'est passé en son temps pour le Clemenceau ! – l'inventaire qui en est fait est d'une indigence affligeante, néanmoins bien utile aux trois pays concernés : la Turquie, pays importateur, le Brésil, pays exportateur, la France qui détient le pouvoir d'accepter ou refuser le transfert.

Or la France détient toutes les données qui permettraient d'établir la réalité des pollutions et de concevoir le devenir de ce porte-avion dans des conditions de sécurité, qu'il s'agisse de son démantèlement ou de tout autre issue au déclassement militaire du navire.

Il est urgent que le président Macron intervienne dans le transfert qui se prépare, la France devant assumer toutes ses responsabilités. C'est le sens de la lettre (ci-dessous) que nous lui adressons ce jour.

(pdf, 205.5 kB)

Signataires :

Association Henri Pézerat - Travail - Santé - Environnement

Ban Asbestos France - Interdire l'amiante

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon