Luttes écologistes et sociales: nous résisterons ensemble

Dernière occupation avant la fin du monde ! Considérant que « le pouvoir » réprime les mobilisations et ne propose que des «mesurettes», un regroupement d'écologistes, de gilets jaunes et de gilets noirs ont décidé de « résister autrement à la destruction généralisée et programmée du monde vivant » en occupant un lieu emblématique à partir du 5 octobre pour le transformer en maison du peuple. 

Nous, écologistes, gilets jaunes, gilets noirs, jeunes, habitant·e·s des banlieues, militant·e·s de tous bords avons manifesté, signé des pétitions, fait la grève, dialogué avec les dirigeants pour les alerter de la catastrophe écologique, humaine et sociale en cours.

Loin d’entendre notre colère légitime, le pouvoir réprime nos mobilisations et convoque des simulacres de « participations citoyennes »: « grand débat », « convention citoyenne sur le climat », etc… Ces dispositifs ne proposent que des mesurettes ou des promesses lointaines et jamais tenues. Ils ne servent qu’à lui faire gagner du temps. L’écologie, dans sa conception étatique et libérale, trace alors une frontière entre les riches et les pauvres. Elle culpabilise les « éco-citoyen.ne.s », lance des projets de « transition écologique »… et tout devient prétexte à un productivisme opportunément devenu "vert". Mais le capitalisme, responsable de la catastrophe que nous vivons, est irréformable.

Nous avons donc décidé de résister autrement à la destruction généralisée et programmée du monde vivant. Le 5 octobre, nous occuperons un lieu emblématique du système pour le transformer en maison du peuple. A la suite des retrouvailles entre mouvements sociaux et écolos le 21 septembre, nous ferons entendre nos voix, riches car plurielles. Nous affirmerons notre détermination à changer de modèle sociétal et économique. Nous construirons les prémices d’un monde respectueux des êtres vivants, humains et non humains.

Car l’anéantissement du vivant est le symptôme terminal d’un système fondé sur la domination. Le modèle économique et social actuel creuse les inégalités entre les classes dominantes et les classes populaires. Sous couvert de rationalité et d'efficacité, le néolibéralisme grignote progressivement les acquis sociaux. De nombreuses travailleuses et travailleurs connaissent une précarisation croissante de leurs conditions de travail. Mais surtout, il nous est imposé de travailler toujours plus sans questionner l'impact néfaste que celui-ci peut avoir sur nos vies et sur la nature.

Plus largement, le ravage causé au vivant a pour racine une idéologie occidentale selon laquelle l’autre n’est que territoire à conquérir, ressource à exploiter, trophée à exposer. Les femmes, résistant à l’infériorisation qui leur est faite depuis des siècles, en sont parmi les premières victimes. Les sujets échappant au modèle reproductif hétérosexuel et cisgenre, catégorisés comme "contre-nature" ou déviants, sont également tantôt exclu·e·s, dominé·e·s ou "corrigé·e·s" afin de pouvoir être exploité·e·s à leur tour. 

Historiquement, s’accaparer les terres, détruire les écosystèmes et nier l'humanité des esclaves et des populations colonisées a été le triptyque sur lequel le développement de ce système s'est appuyé. Aujourd'hui, cette logique prédatrice et raciste se retrouve partout, qu'elle soit soutenue par des régimes politiques nationalistes ou néo-libéraux. Dans le cynisme le plus total, elle est à l'origine de guerres néocoloniales et provoque l'exil de millions de personnes pour des raisons politiques, économiques et climatiques tout en cadenassant les frontières.

Malgré tout cela, le capitalisme possède un double pouvoir d'attraction : son imaginaire économique de frustration-consommation et sa capacité inouïe à l'échelle de l'histoire à rendre chacun·e d'entre nous captif sur le plan de la vie matérielle. Nous sommes baigné·e·s depuis notre naissance dans un imaginaire où le bonheur se trouve dans l'accumulation de biens matériels. La nature productiviste du capitalisme, son dogme de la croissance, ont enfanté une vie toxique et aliénante. Plus intimement, le capitalisme a su pénétrer notre quotidien, coloniser nos systèmes de pensée et étendre son pouvoir sur nos corps et l'ensemble des milieux vivants. Chacun·e de nous est pris en otage par cette mégamachine qui martèle son discours dominant au travers des institutions étatiques, de la publicité et des médias.  

Toutes celles et ceux qui résistent à ce pouvoir de séduction-aliénation connaissent une répression féroce.

Mais l'autoritarisme qui se généralise aujourd'hui est la norme depuis des décennies dans les quartiers populaires, avec plusieurs centaines de morts entre les mains de la police dans une impunité judiciaire systémique. L'État n'a eu de cesse de mettre en place des mesures d'exceptions sécuritaires dans les quartiers populaires contre toute forme de révolte. Les gilets jaunes, les ZAD et les mouvements écologistes voient désormais l'extension de la répression policière avec les mêmes outils permettant le maintien du pouvoir d'une élite face aux contestations. Cette répression est le seul outil derrière lequel l’Etat peut se cacher. Elle révèle son rôle d’armée d’occupation de sa propre population.

A tout cela, nous opposerons notre détermination à construire ensemble. Ce que nous allons chercher, c’est d’autres manières d’être heureuses et heureux et redonner de la profondeur à nos existences, sans dévaster le monde vivant.

Ces derniers mois, les gilets jaunes ont déclenché une vaste envie de reprendre démocratiquement nos vies en main : assemblées populaires, démocratie directe, solidarité, auto-organisation, sont des mots dont la population s'est ressaisie, des pratiques qui ont redonné un élan considérable pour affronter la suite. Que ce soit au Chiapas ou dans le Rojava, en Égypte ou à Hong Kong, au Brésil, en Russie ou en Grèce, les luttes populaires continuent à rappeler que la révolte doit être internationale et internationaliste pour pouvoir réellement bouleverser le cours des choses. Ainsi, nous ne demandons rien à l'Etat car nous n'attendons rien de lui. 

Nous ne demandons rien mais nous voulons tout reprendre : la joie, la liberté, la beauté, la vie. Nous appelons chacun·e à s'organiser collectivement pour reprendre du pouvoir, à entrer en résistance, à faire front commun. C'est dans l'intensité de nos luttes que fleuriront des mondes désirables. 

Liste des premier·e·s signataires :

ACTA, Cerveaux non disponibles, Comité Adama, Comité de Libération et d’Autonomie Queer, Deep Green Resistance IDF, Désobéissance Écolo Paris, EODRA, des membres d’Extinction Rebellion France, Gilets jaunes Argenteuil, Gilets jaunes Place des fêtes, Gilets jaunes Rungis IDF, Plate-forme d’enquêtes militantes, collectif Peuple révolté, Radiaction, Youth for Climate IDF

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.