Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

1046 Billets

15 Éditions

Tribune 3 nov. 2022

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

« C’est surtout une honte pour les singes ! » : les propos homophobes doivent être sanctionnés

« Madame la Présidente Yaël Braun-Pivet, allez-vous enfin sanctionner les propos homophobes du député Aurélien Pradié ? » Trois mois après les propos du député Les Républicains dans l'hémicycle sous-entendant que les singes devraient être couverts de honte à l’idée d’être assimilés à des hommes homosexuels, un ensemble de député·es de gauche demande que ce commentaire ne soit pas laissé sans conséquences. « Si aucune sanction ne devait être prise dans cette affaire, la honte serait surtout, cette fois, pour les institutions de la République. »

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Ce mercredi 2 novembre, cela fait tout juste trois mois que le député Les Républicains Aurélien Pradié a vociféré des paroles homophobes au sein de l’hémicycle de l’assemblée nationale.

L’écologiste Sandrine Rousseau interpellait ce jour-là le gouvernement sur la question de la campagne vaccinale contre la variole dite du « singe ». Au moment où elle évoquait la dénomination même de la maladie qui pourrait, selon les associations LGBT, amplifier la stigmatisation des personnes infectées, Aurélien Pradié hurla « C’est surtout une honte pour les singes ! » (commentaire ajouté au procès-verbal officiel de l'assemblée). 

Cette phrase assimilant l’orientation sexuelle et les singes, sous-entend très clairement que ce sont les singes qui devraient être couverts de honte à l’idée d’être assimilés à des hommes homosexuels, lesquels étaient cet été, parmi les personnes les plus touchées par la maladie.

Il n’y a guère qu’Aurélien Pradié qui ne l’a pas entendu de cette oreille, et à aucun moment il n’a su faire amende honorable et présenter pleinement ses excuses. Il a en effet opté pour une formule peu acceptable en publiant ceci sur les réseaux sociaux: « À ceux qui ont pu le croire et être blessés, je dis ma profonde tristesse », et pire encore, a hurlé à la manipulation en tentant de totalement renverser la vapeur : « Quand le déversement de haine prendra fin, une urgence restera : à cette heure à Paris, Marseille, on ne peut pas prendre de rendez-vous Doctolib pour la vaccination contre la variole du singe. Depuis 48h, ce scandale-là n'intéresse plus personne. La calomnie oui. L'essentiel non », a-t-il tweeté en août dernier. Etonnant de la part d’un député qui part souvent en croisade contre le « wokisme » et les minorités qui se « victimisent ». Au moment où Monsieur Pradié tente de briguer la présidence de son parti Les Républicains, on voit que cet épisode lui a profité dans son camp, en lui donnant une exceptionnelle visibilité dans les médias, un comble. Sa vision des minorités est par ailleurs très claire, elles prennent bien trop de place : sur France Inter, le dimanche 30 octobre, Aurélien Pradié déclarait que « désormais dans notre pays, toutes les décisions sont remises en cause par des minorités,  la culture des minorités, le fait qu’on ait laissé beaucoup de place aux minorités, c’est devenu un danger pour notre démocratie ».

Au-delà de ces réactions dans la presse, Sandrine Rousseau a demandé, dès le 3 aout dernier, lors d’un rappel au règlement dans l’enceinte de l’assemblée nationale, à ce que le député fasse des excuses publiques et surtout à ce que « le cas soit étudié en conférence des présidents afin qu’une sanction soit prise au titre de l’homophobie manifeste de cette remarque ».

Or, à ce jour, aucune décision n’a été publiée par la Présidente de l’assemblée nationale, Madame Yaël Braun-Pivet.

Comment est-il possible que trois mois n’aient pas été suffisants pour déterminer la sanction à adopter ?

Il serait inimaginable qu’en 2022, un député puisse vociférer des paroles homophobes en toute impunité. Tout cela est de l’ordre d’un propos inacceptable pour toute la communauté LGBT et leurs allié·es. L’immunité pénale dont jouit un député dans le cadre de l’hémicycle vis-à-vis des textes qui punissent les propos homophobes, ne signifie pas pour autant que des peines disciplinaires ne puissent pas lui être appliquées. En effet, le règlement intérieur de l’assemblée prévoit à son article 70 des sanctions pour toute « manifestation troublant l'ordre [ou provoquant] une scène tumultueuse ».

Madame la Présidente Yaël Braun-Pivet doit prendre une décision sans délai. Les défenseurs de droits de LGBT+ ne veulent plus entendre ce genre propos avilissants dans l’enceinte de l’assemblée nationale, il convient donc qu’une peine disciplinaire soit infligée à Monsieur Aurélien Pradié.

Si aucune sanction ne devait être prise dans cette affaire, la honte serait surtout, cette fois, pour les institutions de la République.

par Jean-Marie Hupel, militant Europe Ecologie Les Verts (« EELV »)

Signataires :

Marie Charlotte Garin, députée EELV - NUPES
Ségolène Amiot, députée La France Insoumise - NUPES
Andy Kerbrat, député La France Insoumise - NUPES
David Belliard, adjoint à la Maire de Paris, EELV
Jean-Luc Dumesnil, conseiller régional Île-de-France, EELV
Annie Lahmer, conseillère régionale Île de France, EELV
Katy Vuylsketer, conseillère régionale Hauts de France, EELV  
Hélène Hardy, membre du bureau exécutif d’EELV 
Jérémie Crépel, secrétaire national adjoint d’EELV 
Chloé Sagaspe, conseillère de Paris, porte-parole d’EELV
Maël Guizou, conseiller départemental du Nord
Sophia Popoff, conseillère municipale et métropolitaine à Lyon 
Melissa Camara, conseillère municipale EELV à Lille, militante féministe et LGBT
Quentin Picquenot, maire-adjoint EELV du Grand-Bourg (Creuse)
Antoine Alibert, conseiller municipal EELV PARIS 20ème 
Guillaume Durand, conseiller municipal EELV PARIS 14ème 
Quentin Bernier Gravat, conseiller municipal et territorial EELV à Vincennes
Philippe Mante, EELV, conseiller délégué en mairie du 19e arrondissement
Charlotte Minvielle, co-secrétaire EELV UK, co-responsable de la commission féminisme EELV 
Sarah Roubach, militante Génération•s
Morgan Jasienski, militant EELV 
Nicolas Cadiou, militant EELV 
Mathieu Kerbouche, militant EELV 
Matthias Parveau, militant EELV, membre du CPR IDF d’EELV 
Benjamin Coton, militant contre l’homophobie et la sérophobie
Ange Maillet, militant LGBT 
Damien Vansteene, militant 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André