Le 5 décembre et après

De nombreux membres du collectif Gilets Jaunes Enseignement Recherche, des enseignants, chercheurs, doctorants - de la maternelle à l'université - soutiennent la grève du 5 décembre pour résister contre les transformations inadmissibles de notre société : «C’est l’occasion d'exprimer un refus massif des discours trompeurs qui prétendent que la réduction des déficits doit passer par la destruction des services publics.»

Partout dans le monde, les États sont sommés de répondre aux injonctions des puissances économiques pour accélérer le démantèlement des droits sociaux et des services publics, la précarisation du travail, la dérégulation, la réduction des salaires au profit des actionnaires. Aucun secteur n’est épargné. L’université, l’école et la recherche, l’hôpital, la poste, l'énergie, les transports : tous les services publics sont attaqués. L'actuelle « réforme » des retraites du gouvernement Macron plafonne la valeur totale des pensions à 14% du PIB en diminuant la part perçue par chaque retraité·e. Ce faisant, elle détruit la solidarité intergénérationnelle et favorise le recours individuel aux retraites complémentaires dépendantes de fonds spéculatifs privés, étape supplémentaire vers un système de retraite par capitalisation.

Depuis trois ou quatre décennies, le mouvement s'accélère et il n’est plus possible d’ignorer les dramatiques conséquences du capitalisme néolibéral sur la vie humaine et le vivant en général. Depuis la grève historique de 1995, les conditions de vie des travailleur·ses, des salarié·es et des chômeur·es en France se sont encore dégradées. À l'école, le mal-être a été brutalement révélé par le suicide d’une directrice. À l'université la précarité des étudiant·es a été illustrée par l’immolation, à Lyon, de l’un d’entre eux, qui a donné à son geste une motivation clairement politique.Dans la recherche, le pilotage politique et la précarité règnent au détriment de la créativité scientifique. À l'hôpital public les soignant·es ont dénoncé haut et fort, lors des mobilisations du 14 novembre, les conséquences tragiques des pratiques de « rentabilisation » des biens collectifs, des fermetures de lits et de l’obligation de travailler jusqu’à épuisement.

Aujourd'hui c’en est fini de la servitude volontaire : les peuples qui se soulèvent à travers le monde – au Chili, en Irak, en Iran, en Algérie, au Liban... – l’expriment massivement. En France, depuis plus d’un an, les Gilets Jaunes ont montré qu’en renouant avec l’esprit de solidarité, on pouvait reconquérir le pouvoir de décider dans tous les domaines. Macron et son gouvernement ont refusé de les entendre, la répression judiciaire et les violences policières qui les frappent en sont la preuve. Et pourtant, des blocages des ronds-points aux assemblées, des expériences communalistes locales aux luttes aux côtés des salariés des entreprises : beaucoup sont passé·es à la construction collective et à la réappropriation de leur vie. Aucun dispositif de domination ne tient plus pour imposer le silence aux populations.

À partir du 5 décembre, la grève qui s'annonce comme la plus importante en France depuis 1995 va permettre à tous et chacune d'agir, salarié·es du public comme du privé. C’est l’occasion d'exprimer un refus massif des discours trompeurs qui prétendent que la réduction des déficits doit passer par la destruction des services publics, que la diminution des fonctionnaires s’impose, que le travail partiel correspond à un mode de vie désiré, que l’auto-entreprenariat est une manière d’être libre, qu’aucune alternative n’est possible.

Nous, BIATSS, enseignant·es, chercheuse·rs, doctorant·es, étudiant·es, membres de l’Éducation nationale et de la recherche, serons ensemble dans le mouvement de grève, de la maternelle à l’université, pour entrer en résistance contre les transformations inadmissibles de notre société, imposées par ce gouvernement et ses prédécesseurs. Ensemble, nous serons solidaires des agent·es de la SNCF et de la RATP, des employé·es des banques, des salarié·es des entreprises privées, des cadres, des agriculteurs·trices, des soignant·es mais aussi des chômeur·ses, des précaires, des sans- papiers et des sans-droits. Ensemble, en grève interprofessionnelle illimitée et dans la rue, nous montrerons notre détermination à contrer ce néolibéralisme destructeur et à faire tomber ce gouvernement des « experts » au service d’une minorité.

Tous et chacune en grève à partir du 5 décembre. Mobilisons-nous et organisons la résistance constructive pour qu’enfin notre avenir ne soit plus remis entre les mains de celles et ceux qui le ruinent tout en détruisant la planète.


Les signataires

Karine Abauzit (professeur de Lettres-Histoire) ; Nicole Abravanel (historienne, université de Picardie) ; Maira Abreu (doctorante, université Paris 8) ; Catherine Adloff (Université Savoie Mont Blanc) ; Anabel Agüera (doctorante en philosophie à l'université Paris 8) ; Denis Aguiton (professeur d’histoire géographie 93) ; Ali Aït Abdelmalek professeur de sociologie Rennes 2 ; Norman Ajari (philosophe, Villanova University) ; Elham Akian (professeure d'arts plastiques lycée) ; Karen Akoka (politiste, Université de Nanterre) ; Thomas Alam (politiste, Université de Lille) ; Gabriel Alban Zapata (enseignant, philosophie) ; Jean-Noël Allard (enseignant, histoire) ; Paul Alliès (Université de Montpellier) ; Virginie Althaus (Université de Rouen) ; Nathalie Auger (Université Rennes 1) ; Jean-Loup Amselle (anthropologue EHESS) ; Raphaël Andere (enseignant) ; Mathilde Arrivé (MCF, Montpellier 3) ; Diego Antolinos-Basso (CEVIPOF, Sciences Po) ; Fabien Archambault (historien, Limoges) ; Claire Arnoux (professeure d'Histoire-géographie, Besançon) ; Marc Aymes (historien, CNRS)

Isabelle Backouche (historienne, EHESS) ; Ludivine Bantigny (historienne, Université de Rouen) ; Christine Barbacci (professeur de Lettres modernes,  Paris) ; Jérémie Barthas (chercheur) ; Julien Barthes (enseignant) Catherine Barthon (Géographe, Université Lille) ; Lorenzo Barrault-Stella (politiste, CNRS) ; Jean-Marc Baud (ATER à Paris 3) ; Sophie Bava ( Anthropologue IRD) ; Lyès Bellagh (enseignant en Sciences Physiques à Toulouse) ; Maxime Bello (doctorant, Université Paris-Nanterre) ; Lucia Ana Belloro (doctorante, Université Paris 3) ; Elisabeth Belmas (historienne, Université Paris 13, MSHPN) ; Rémi Bénos (géographe, INUC/Toulouse 2) ; Laure Bereni (sociologue, CNRS) ; Judith Bernard (enseignante BTS, metteure en scène) ; Frédéric Borras (professeur d'Histoire-Géographie, Toulouse) ; Jean Christian Bernède (Physicien, Université de Nantes) ; Karl Berthelot (doctorant, EHESS) ; Stefano Berti (enseignant-chercheur, Université de Lille) ; Clara Biermann (ethnomusicologue, Université Paris 8) ; Alexis Blanchet (enseignant-chercheur, Université Paris 3) ; Philippe Blanchet (sociolinguiste, université Rennes 2) ; Susana Bleil (sociologue, Université Le Havre Normandie) ; Hélène Bobroff (professeure de philosophie, Aurillac) ; Maxime Boidy (arts, UPEM) ; Anne Boissel (MCU, Rouen) ; Agnès Bonnaud (enseignante-chercheuse en géographie, Université Lyon 2) ; Christophe Bonneuil (historien, Cnrs-Ehess) ; Véronique Bontemps (anthropologue, CNRS) ; Sylvain Bordiec (sociologue, Université de Bordeaux) ; Arezki Boudaoud (professeur, ENS de Lyon) ; Martine Boudet (professeure de Lettres modernes, Toulouse) ; Paul Bouffartigue (sociologue, CNRS) ; Mohamed Boujemaoui (professeur de mathématiques) ; Antoine Boulangé (formateur SVT Inspé Paris-Sorbonne Université) ; Ali Boulayoune (sociologue, Université de Lorraine) ; François Boureau (doctorant en sociologie, Université Paris 8) ; Philippe Boursier (professeur de sciences économiques et sociales) ; Driss Boussaoud (chercheur au CNRS) ; Jacques Bouteiller (chercheur CNRS à la retraite) ; Perrine Boutin (enseignante-chercheuse, Université Paris 3) ; Katrina Brannon (docteure en linguistique, Sorbonne Université) ; Yannick Brin (professeur de mathématiques, Muret 31) ; Elsa Broclain (doctorante, EHESS) ; Quentin Brouard-Sala (doctorant, Université de Caen Normandie) ; Nathalie Brousseau (prof de maths, MURET 31) ; Benoit Bunnik (Université P Paoli de Corse) ; Pascal Buresi (historien, CNRS-EHESS) ; Noëlle Burgi (CNRS)

Joel Cabalion (sociologue, Université de Tours) ; Matthieu Caillat (professeur des écoles, pédagogie Freinet) ; Claude Calame (historien, EHESS, Paris) ; Jose-Angel Calderon (sociologue, Université de Lille) ; Enrico Calzavarini (enseignant-chercheur, Université de Lille) ; Odile Camus (enseignant-chercheur, Université de Rouen) ; Nicolas Canova (enseignant-chercheur, ENSAPL) ; Nathalia Capellini (doctorante en histoire, UVSQ) ; Romain Carnac (doctorant en science politique, Unil) ; Pénélope Cartelet (enseignante-chercheuse, Université de Lille) ; Damien Cartron (ingénieur de recherche CNRS) ; Vanessa Caru (historienne, CNRS) ; Julie Castro (médecin, doctorante en anthropologie, EHESS) ; Rémy Cerda (étudiant, ENS de Lyon, représentant étudiant à l'Université de Lyon) ; Richard Cervelle (Informaticien, Université d'Angers) ; Arnaud Chabrol (éditeur indépendant) ; Kinda Chaib (historienne et anthropologue) ; Amandine Chapuis (enseignante-chercheuse, géographe) ; Charlène Charles (sociologue, UPEC) ; Adrien Chassain (enseignant) ; Myriam Chatot (doctorante en sociologie, EHESS) ; Cécile Chatelet (ATER, Université d'Angers) ; Laurence Charlier (Anthropologue, université Toulouse Jean Jaurès) ; Odile Chatirichvili (doctorante, Université Grenoble Alpes) ; Mériam Cheikh (anthropologue) ; Marie Chenet (enseignante-chercheuse, géographe, Université Paris 1) ; Dominique Chevalier (géographe, Université de Lyon) ; Rachid Choulli (Enseignant) ; Mélanie Cillard (Professeure des écoles) ; Anne Clerval (géographe, Université Paris-Est Marne-la-Vallée) ; Déborah Cohen (historienne, université de Rouen) ; Mathieu Cohen (enseignant, Saint-Denis) ; Yves Cohen (historien, EHESS) ; Sonia Combe (historienne, Centre Marc Bloch) ; Olivier Compagnon (historien, Université Sorbonne nouvelle / CREDA) ; Carlos Conde Romero (enseignant contractuel, Université de Lille) ; Olga Corbacho (PLP Lettres Espagnol) ; Alix Cordesse (enseignante) ; Roselyne Coston (professeur d'anglais lycée) ; Flore Coulouma (enseignant-chercheur, Université Paris Nanterre) ; Emilie Counil (chercheuse, Ined) ; Javiera  Coussieu-Reyes (Doctorante, Paris13) 

Mariannick Dagois ; Antoine Da Lage (MCF géographie, Paris 8) ; Jocelyne Dakhlia (historienne, EHESS) ; Florencia Dansilio (docteure en sociologie, Université Sorbonne Nouvelle) ; Amandine Daumas (enseignante, Toulouse) ; Bernard Davasse (géographe, ENSAPBx) ; Anelise David (professeur des écoles, RASED) ; Eric Dayre, Professeur de Littératures comparées, ENS de Lyon ; Eva Debray (docteure en philosophie) ; Laurence De Cock (enseignante, historienne) ; Astrid Decoene (maîtresse de conférences, mathématiques, Université Paris Sud) ; Fanny Defrance (enseignante, docteure en histoire) ; Christian Delacroix (historien) ; Raphaël Delarge (enseignant en histoire géographie) ; Frédéric Delarue (historien) ; Agathe Delebarre (Doctorante en Aménagement de l'espace, Urbanisme, ULCO) ; Aline dell'Orto (doctorante en histoire, EHESS) ; Julie Demougin (enseignante) ; Emmanuel Deniaud (enseignant, Toulouse) ; Fabien Desage (politiste, Université de Lille) ; Robert Descimon (historien, EHESS) ; Isabelle Désert (Professeur agrégée d'EPS, université Panthéon Sorbonne) ; Sophie Desrosiers (historienne des techniques, EHESS) ; Blandine Destremau, (Sociologue, Iris / EHESS) ; Sarah Dinelli (doctorante en sociologie, Paris 3 Sorbonne Nouvelle) ; Lucia Direnberger (sociologue CNRS) ; Paul Dirkx (sociologue de la littérature, Université de Lorraine) ; Etienne Douat (sociologue, Université de Poitiers) ; Florence Doy (sociologue, Paris 8) ; Leila Drif (doctorante en anthropologie, EHESS) ; Vincent Dubois (sociologue et politiste, Université de Strasbourg) ; Sophie  Duclos (professeur de lettres modernes) ; Myriam Dufort-Ndiaye (professeur d'espagnol, Toulouse) ; François Dumasy (mcf en histoire) ; Hugo Dumoulin (doctorant et enseignant en philosophie, Université Paris Nanterre) ; Juliette Dumont (historienne, Sorbonne nouvelle) ; Marnix Dressen-Vagne (professeur de sociologie) ; Bruno Drweski (Civilisation Europe médiane, INALCO) ; Emmanuelle Durand (doctorante en anthropologie, EHESS) ; Virginie Dutoya (politiste, CNRS)

Corine Eyraud (sociologue, Université d'Aix-Marseille) ; Guillaume Faburel (géographe, Lyon 2) ; Johan Faerber (enseignant en lettres) ; Jean-Michel Faure (sociologue) ; Nicolas Fayette (doctorant en sociologie, Université Sorbonne nouvelle) ; Claire Fetet (professeure de lettres, 93) ; Marianne Fischman (professeure de sciences économiques et sociales dans le secondaire) ; Claire Flécher (sociologue) ; Artemisa Flores (sociologue) ; Cathy Fourez (maîtresse de conférences, littérature hispano-américaine, Université de Lille) ; Camille Foubert (doctorante en sociologie, EHESS) ; Bernard Friot (sociologue) ; Laurent Gabail (anthropologue, Toulouse Jean Jaurès) ; Renaud Gaglione (ingénieur, CNRS) ; Fanny Gallot (historienne) ; Claire Gallien (maîtresse de conférences, Université Paul Valéry Montpellier 3) ; Camille Gardesse (maîtresse de conférences sociologie urbaine université paris est) ; Xavier Garnier (professeur de littérature, Sorbonne Nouvelle-Paris 3) ; Nadia Garnoussi (maître de conférences en sociologie, Université de Lille) ; Isabelle Garo (professeure de philosophie, Paris) ; Samuel Gauchey (professeur de Sciences de la vie et de la terre dans le secondaire) ; Géraldine Gaudefroy-Demombynes (maîtresse de conférences en musicologie, université de Rennes 2) ; Franck Gaudichaud (historien, Université Toulouse Jean Jaurès) ; Jean-Baptiste Gauthier (professeur d'histoire-géographie en lycée) ; Laurent Gayer (politiste, CNRS/CERI-Sciences Po) ; Victor Gheno (doctorant, géographe, Université Paris 1) ; Pierre Ginet (géographe) ,; Cécile Gintrac (enseignante de géographie en CPGE) ; Flores Giorgini (doctorant en histoire, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3)  ; Santiago Giraldo (doctorant en histoire, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3) ; Baptiste Giraud (MCF science politique, Aix-Marseille Université, LEST) ; Mathilde Girault (docteure en études urbaines, UMR Triangle) ; Ferdinando Gizzi (docteur en histoire du cinéma, Université Sorbonne nouvelle - Paris 3) ; Marjorie Glas (post-doctorante, ENS de Lyon) ; Henri Louis Go (enseignant-chercheur, Université de Lorraine) ; Boris Gobille (ENS de Lyon) ; Sibylle Gollac (sociologue, CNRS) ; Georges Grekos (mathématicien, Université de Saint-Étienne) ; Mathieu Grenet (historien, INU Champollion, Albi) ; Maurizio Gribaudi (directeur d'études, EHESS, Paris) ; Geneviève Griesser  (professeur  d'histoire-géographie) ; Elsa Grugeon (doctorante en anthropologie, EHESS) ; Aurélie Guerra (Professeure des Ecoles, Toulouse) ; Sabine Guez (anthropologue) ; Michèle Guillemont (enseignant-chercheur, Université de Lille) ; Fabien Guillot (géographe, Université de Caen Normandie) ; Pascal Guillot (enseignant UVSQ, historien) ; Emmanuelle Guittet (chargée de recherche, LabEx ICCA) ;

Elie Haddad (historien, CNRS) ; Karim Hammou (sociologue CNRS) ; Odile Hanquez Passavant (enseignante en lycée professionnel) ; Samuel Hayat (politiste CNRS) ; Benoît Hazard (anthropologue CNRS) ; Odile Hélier (anthropologue) ; Anaïs Henneguelle (économiste, Université Rennes 2) ; Mélanie Henry (historienne) ; Silvia Hirata (enseignant-chercheur, Université de Lille) ; Ghislain His (architecte, professeur, chercheur, ensap Lille) ; Choukri Hmed (politiste, Paris-Dauphine) ; Moritz Hunsmann (sociologue, CNRS) ; Philippe Icard (maître de conférences en droit Université de Bourgogne) ; Florence Ihaddadene (ATER, Université Paris Nanterre) ; Hana Jaber (chercheuse) ; Marie Jacob (professeur de mathématiques) ; Magali Jacquemin (professeure des écoles, ICEM-Pédagogie Freinet) ; Hicham Jamid (ATER, CNAM) ; Nicolas Jaoul (anthropologue, CNRS) ; François Jarrige (historien, université de Bourgogne) ; Marc Jeanmougin (IGR, IPParis) ; Fabien Jeannier (enseignant) ; Mathilde Joncheray (géographe) ; Nicolas Jouandeau (maître de conférences en informatique, Université Paris 8) ; Bernard Jusserand (physicien, CNRS, SNTRS-CGT) ; Lama Kabbanji (démographe, IRD) ; Nicolas Kaciaf (politiste, Sciences Po Lille) ; Fériel Kaddour (musicologue, Ecole normale supérieure) ; Célia Keren (histoire, Sciences Po Toulouse) ; Pierre Khalfa (économiste, Fondation Copernic) ; Bénédicte Khan (archéologue) ; Jean-Luc Kop (enseignant-chercheur en psychologie, Université de Lorraine) ; Isabelle Krzywkowski (littérature comparée, Université Grenoble Alpes) ;

Sylvain Labois (professeur de Lettres /histoire -géographie) ; Claire Lacour (mathématicienne, UPEM) ; Rose-Marie Lagrave, (sociologue, Directrice d'études IRIS/EHESS) ; Lucie Lamy (doctorante en histoire et civilisations, Paris 7) ; Michel Lanson ( professeur retraité) ; Renaud LARIAGON (post-doctorant, géographie, université d'Angers) ; Mathilde Larrère (enseignante chercheuse, historienne) ; Sonia Lauro (enseignante retraitée) ; Isabelle Launay (professeure, Etudes en danse, Paris 8) ; Lucette Laurens (enseignante chercheur, université Paul Valéry-Montpellier 3) ; Christian Lavault (professeur émérite, Université Paris 13 & Sorbonne nouvelle) ; Cécile Lavergne (maîtresse de conférences en philosophie sociale, Université de Lille) ; Fanny Layani (professeure d’histoire-géographie et doctorante en histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; Franck Lebas (enseignant-chercheur, Université Clermont Auvergne) ; Lidia Lebas (enseignante-chercheure, Université Clermont Auvergne) ; Léa Lebeaupin-Salamon (doctorante en science politique, Université Paris 3 Sorbonne nouvelle) ; Antoine le Blanc (géographe, enseignant-chercheur) ; Noé le Blanc (enseignant) ; Nathalie Lebrun (physicienne, Lille) ; Méline Leclaire (enseignante, philosophie) ; Michèle Leclerc-Olive (sociologue, CNRS) ; Marie Charlotte Leconte (professeure DE Lettres lycée) ; Félix Lefebvre (géographe, ATER, UPJV, Amiens) ; Cécile Lefèvre (sociologue, Paris Descartes) ; Claire Lemercier (historienne, CNRS) ; Elodie Lenoël (doctorante en histoire, Université Sorbonne Nouvelle) ; Gwenaëlle Lenoir (journaliste) ; Sylvie Le Coq ( enseignante anglais 31) ; Tomas Legon (sociologue, EHESS) ; Maud LE GUELLEC (MCF Espagnol, Université de Lille) ; Paticia Le Maître (enseignante SES 95) ; Yohann Le Moigne (enseignant-chercheur en études américaines, Université d'Angers) ; Charline Le Pense (professeure d'espagnol) ; Julie Lépine (professeure de philosophie) ; Lucie Lerbet (doctorante, Lyon 2) ; Benoît Leroux (enseignant-chercheur en sociologie, Université de Poitiers) ; Frédéric Le Roux (mathématicien, Sorbonne Université) ; Lilia Leroy (enseignante de lettres dans le 92) ; Alain Leveneur (enseignant 2nd degré , cgt Educ'Action) ; Fabian Lévêque (doctorant en études urbaines, Lyon 2) ; Rachel Linossier (MCF aménagement et urbanisme, Université Lumière Lyon 2) ; Wenceslas Lizé (enseignant-chercheur en sociologie, Université de Poitiers) ; Cédric Lomba (sociologue, CNRS) ; Olivier Long (universitaire et peintre) ; Fanny Lorent (enseignante) ; Bastien Louessard (MCF, université Paris 13) ; Liêm-Khê Luguern (enseignante, historienne) ;

Yves Macchi (MCF, université de Lille) ; Fanny Madeline (historienne, Paris 1) ; Emir Mahieddin (anthropologue, CNRS) ; Pascal Maillard (Université de Strasbourg) ; François Mailloux (enseignant) ; Gwenaëlle Mainsant (sociologue, CNRS) ; Chowra Makaremi (chercheurs CNRS) ; Jean Malifaud (enseignant-chercheur retraité) ; Élodie Mandin (enseignant secondaire) ; Justine Mangeant (ATER, ENS de Lyon) ; Camille Marchet (postdoc, Lille) ; Audrey Marcillat (doctorante en sociologie, EHESS) ; Pascal Marichalar (chercheur au CNRS) ; Jimmy Markoum (enseignant) ; Théo Martin (doctorant en géographie, INRA) ; Hélène Martinelli (MCF, ENS de Lyon) ; Anne Martinet (enseignante) ; Gilles Martinet (doctorant en géographie, Sorbonne nouvelle) ; Kelly Martinez (enseignante) ; Victor Martinez (enseignant, université de Lille) ; Servane Marzin (enseignante d'histoire géographie) ; Modibo Massaké (étudiant, Nanterre Université) ; Gustave Massiah (économiste) ; Jacob Matthews (enseignant-chercheur, université Paris 8) ; Gérard Mauger (sociologue, CNRS) ; David Mauzat (professeur d’arts plastiques) ; Marie-Anne Maurice (professeure d'histoire-géographie en lycée) ; Sarah Mazouz (sociologue, CNRS) ; Lamia Mellal (ITRF, IREMAM) ; Claire Mélot (doctorante en philosophie ERRAPHIS Toulouse / CMB Berlin) ; Dominique Memmi (CNRS, Sciences sociales) ; Diego Mermoud (Doctorant géographie Paris 8 / EPFL) ; Zoé Mesnil (maitresse de conférence en mathématiques, Université Paris Diderot) ; Anca Mihalache(doctorante, Paris 1) ; Muriel Mille (sociologue, UVSQ) ; Mathilde Mondon-Navazo (post-doctorante en sociologie) ; Nathalie Montoya (sociologue, Paris 7) ; Basile Mouton  (enseignant, Toulouse ) ; Delphine Mercier (sociologue, CNRS, AMU) ; Simon Mercier (doctorant à Paris 1 ) ; Vanessa Mercier (enseignante histoire géographie ) ; Quentin Mercurol (docteur en géographie) ; Fatima Merdja (professeur économie gestion, Paris) ; Denis Merklen (sociologue, Université Sorbonne Nouvelle) ; Hélène Y. Meynaud (sociologue) ; Christophe Mileschi (professeur, études italiennes, Université Paris Nanterre) ; Martin Mocerne (historien) ; Cédric Molino-Machetto (professeur de philosophie au lycée) ; Charlotte Monteil (géographe, Université de Perpignan) ; Delphine Moreau sociologueue, EHESP) ; Françoise Morel-Deville (ITRF, Ens de Lyon) ; Camille Mortelette (doctorante en géographie, Université d'Artois) ; Guillaume Mouralis (chercheur au CNRS) ; Danielle Moyse (philosophe, Education nationale, chercheuse associée IRIS) ; Eric Mucci (enseignant, lycée professionnel) ; Philippe Nabonnand (enseignant-chercheur, Université de Lorraine) ; Nora Nafaa (PRAG en géographie, UPVD) ; Sophie Nadaud (professeur de lettres modernes, Toulouse) ; Olivier Neveux (professeur d'études théâtrales, Ens de Lyon) ; Trung Nguyên-Quang (doctorant, Paris 8) ; Gérard Noiriel (historien, EHESS)

Mari Oiry Varacca (géographe, UPEM) ; Philippe Olivera (enseignant, éditeur) ; Julien O'Miel (maître de conférence en science politique, Université de Lille) ; Hugo Orain (professeur d'HG dans le secondaire) ; Anaïs Ornelas Ramirez (doctorante en études hispaniques à la Sorbonne Université ; Sylvain Pablo Rotelli (doctorant en sociologie, Université Paris 1) ; Cléo Pace (secrétaire d'édition retraitée, EHESS) ; Julie Pagis (chercheuse au CNRS, IRIS-EHESS) ; Ugo Palheta (sociologue, Université de Lille) ; Anna Pappa (enseignant-chercheur, Université Paris 8) ; Alain Parrau (enseignant Paris 7) ; Thierry Pécout (professeur des Universités) ; Anne Pedro (professeure de sciences économiques et sociales) ; Charlotte Peluchon (doctorante, Université Sorbonne Nouvelle) ; Etienne Penissat (chercheur au CNRS) ; Irène Pereira (enseignante, philosophe) ; Laure Pérez (doctorante en études hispaniques, Sorbonne Université) ; Jean-François Pétillot (enseignant, université Paul-Valéry Montpellier 3) ; Nathalie Peyrebonne (enseignante-chercheuse, université Sorbonne nouvelle) ; Marion Picker (Université de Poitiers) ; Pablo Pillaud-Vivien (journaliste) ; Samuel Pinaud (MCF sociologie, université Paris Dauphine) ; Michel Pinçon (sociologue) ; Monique Pinçon-Charlot (sociologue) ; Sébastien Plutniak (docteur en sociologie) ; Sophie Pochic (sociologue, CNRS) ; Patricia Pol (UPEC) ; Christophe Poncet (professeur des écoles dans le 93) ; Theo Marchand (professeur) ; Giorgio Passerone (professeur de littérature italienne, Université Lille) ; Willy Pelletier (sociologue) ; Marie Pereira da Costa (enseignante, lettres) ; Emmanuelle Perez Tisserant (enseignante et chercheuse en histoire, Université Toulouse Jean Jaurès) ; Aurélia Peyrical  (doctorante, enseignante, Université Paris Nanterre) ; Claire Pic (professeure contractuelle en lycée professionnel) ; Elie Piot (doctorant, ENS Lyon) ; Natacha Polin (enseignante) ; Raphaël Porcherot (doctorant, ENS Paris-Saclay) ; Raphael Porteilla (politiste, univ. bourgogne) ; Claude Pourcher (professeur d’allemand dans le secondaire) ; Emmanuelle Posse (professeur de philosophie dans le 93) ; Hélène Provain (doctorante en archéologie, Paris 1) ; Nicolas Puig (chercheur à l'IRD) ; Claudio Pulgar Pinaud (doctorant EHESS) ; Jean Puyade (enseignant retraité) ; Yannick Querbes (professeur de Sciences économiques et sociales, 93)

Pablo Rauzy (maître de conférences en informatique, Paris 8) ; Richard Raymond (CNRS) ; Louise Rebeyrolle (doctorante en Science politique, Paris 3 IHEAL) ; Gianfranco Rebucini (anthropologue, CNRS) ; Emmanuel Renault (philosophe, Nanterre) ; Simon Renoir (ATER, Université Paris 13) ; Mathilde Resch (doctorante, géographie, Paris) ; Serge Reubi (historien, maître de conférences du Muséum, MNHN) ; Sandrine Revet (anthropologue, CERI, Sciences Po/CNRS) ; Fabrice Riceputi (enseignant et historien, Besançon) ; Michèle Riot-Sarcey (historienne) ; Mahaut Ritz (philosophe, CMB) ; Sabrina Roche (enseignante, Toulouse) ; Julie Rodrigues Leite (doctorante EHESS IRIS) ; Juliette Roguet (doctorante CREDA) ; Christine Roquet (MCF Analyse du mouvement, Paris 8) ; Romain Roszak (enseignant) ; Catherine Roudé (postdoctorante, LabEx Création, arts, patrimoines) ; Valérie Roussel (professeure de philosophie dans le secondaire) ; Régis Roussillon  (professeur de Sciences économiques et sociales) ; Mickael Rouyar (professeur de Sciences économiques et sociales) ; Frédéric Roux (PRAG SES - Université de Bordeaux) ; Sébastien Rozeaux (historien, Université Toulouse Jean Jaurès) ; Laura Ruiz de Elvira (politiste, IRD) ; Fabrice Ryckebusch, enseignant d'histoire-géographie au Lycée Saint-Exupéry de Blagnac (31) ; Arnaud Saint-Martin (sociologue, membre du collectif Bien Vivre À Melun) ; Isabelle Saint-Saens (militante associative) ; Camille Salinesi (professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; Frédéric Saly-Giocanti (historien, UPEM) ; Thibault Sans (enseignant H-G) ; Emilie Saunier (sociologue, Université de Franche-Comté) ; Victoria Scampa (enseignante) ; Michel Seigneuret (biophysicien CNRS) ; Arthur Serret (professeur des écoles) ; Nicolas Seys (professeur de Sciences économiques et sociales au lycée Honoré) ; Aude Signoles (MCF Sciences Po Aix)  ; Patrick Simon (socio-démographe) ; Arnault Skornicki (politiste, ISP/Université Paris Nanterre) ; Arthur Slimak (professeur de philosophie) ; Séverine Sofio (sociologue, CNRS) ; Julien Solle (enseignant en Sciences physiques, académie de Paris) ; Makis Solomos (PR, musique, unviersité Paris 8) ; Alessandro Stella (historien, CNRS-EHESS) ; Jean-Ferdinand Susini (Informatique) ; Manuel Suzarte (doctorant en Histoire, Université Sorbonne-Nouvelle) ; Lucie Taïeb (MCF en études germaniques, Université de Bretagne Occidentale) ; Julien Talpin (chargé de recherche au CNRS, Université de Lille) ; Nicolas Tavernier (professeur HG  dans le secondaire) ; Luis Teixeira (enseignant, historien) ; Marie-Thérèse Têtu (sociologue, CNRS) ; Gaël Tijou (professeur de lettres et théâtre) ; Mira Tfaily (doctorante en sociologie à l'IRIS, EHESS) ; Claire Tomasella (doctorante à l'IRIS, EHESS) ; Christian Topalov (sociologue, EHESS) ; Jérôme Tournadre (politiste, CNRS) ; François Tronche (biologiste, CNRS) ; Evgenia Turchina (doctorante en philosophie, chargée de cours, Université Toulouse Jean-Jaurès) ; Fanny Urien-Lefranc (anthropologue, EHESS)

Zoé Vaillant (MCF géographe, univ. Paris Nanterre) ; Pauline Valade (enseignante et docteur en Histoire) ; François Valegeas (urbaniste, Université Paul-Valéry Montpellier 3) ; Jennifer Vanz (enseignante, historienne) ; Damien Varenne (agrégé d'histoire-géographie, doctorant en histoire médiévale, Université Paris-Sorbonne et Université libre de Liège) ; Hélène Vassal enseignante retraitée philosophie ; Mélanie Vay (docteure en science politique, enseignante vacataire à l'université Paris-Dauphine et à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; Frederic Verhaegen (enseignant-chercheur en psychologie, Université de Lorraine) ; Daniel Veron (sociologue) ; Thomas Vescovi (enseignant) ; Séverine Vezies (enseignante en IUT) ; Hugo Vidon (doctorant en histoire, chargé de TD à Paris 1) ; Cécile Vignal (maître de conferences en sociologie, université de Lille) ; Emilie Viney (Géographe, Sorbonne Université) ; Bruno Vivicorsi (maître de conférences en psychologie, université de Rouen) ; Elise Voguet (historienne, CNRS) ; Anne Volvey (Pr géographie, Arras) ; Christophe Voilliot (politiste, Université Paris-Nanterre) ; Sophie Wahnich, historienne, directrice de recherche CNRS ; Laetitia Wathlet (enseignante) ; Sebastien Wolf (physicien, neuroscientifique, École Normale Supérieure, Paris) ; Elisabeth Zucker (démographe)

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.