Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

1005 Billets

15 Éditions

Tribune 6 juin 2016

Crise des gouvernances

« Le compromis n'est pas une reculade mais le résultat d'une volonté d'avancer ensemble dans le respect d'une respiration collective qui doit permettre d'éviter l'infarctus social » rappelle Daniel Keller, Grand Maître du Grand Orient de France. En France, en Europe et au plan mondial, la crise des gouvernances « n'est pas une fatalité. Elle est essentiellement la conséquence du renoncement », insiste-t-il .

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

De quelque côté que l'on regarde, un constat s’impose : le monde n'est plus gouverné. A l'heure de la société globalisée, celui-ci est devenu une nouvelle jungle qui a ressuscité la guerre de tous contre tous. Plus près de nous, la construction tant vantée de l'Europe n'est en fait qu'un rassemblement d'Etats en désaccord sur tout et sur le plan intérieur la crainte du chaos gagne chaque jour du terrain.

L'exaspération sera à son comble si l'on croit qu'il en est ainsi parce que les sociétés seraient devenues ingouvernables. Dans une telle perspective, la crise généralisée des gouvernances serait l'expression d'une nouvelle ruse de l'histoire. Celle-ci serait parvenue à déposséder l'humanité de la maîtrise de son destin sous couvert de la globalisation des sociétés. Les apparences accréditent cette thèse mais comme toujours les apparences sont trompeuses. La fatalité en effet est moins le reflet de l'impuissance que celui du renoncement.

Au plan mondial, l'idéologie de la déréglementation impose sa loi avec cynisme. Les discussions en cours sur le traité transatlantique de libre échange en sont une démonstration à grande échelle. Conduites dans une opacité rarement égalée, elles sont un affront aux règles de vie démocratiques. Sur le fond, elles vantent le mirage d'un grand marché de 800 millions d'habitants en ignorant la réalité des conditions de vie de ces mêmes personnes trop souvent réduites au fantôme de consommateurs virtuels.

Les Etats donnent aussi le sentiment de faire preuve d'une négligence bienveillante face à l'annonce de leur probable démantèlement. Le projet de traité fait l'apologie d'un monde où les entreprises pourraient assigner ces derniers en justice, au motif que les normes sanitaires, sociales ou environnementales seraient des obstacles. Quel progrès ! Ces mêmes entreprises devraient pouvoir pour leur part échapper aux juridictions nationales sur la base de procédures d'arbitrage jugées plus souples. La main invisible d'Adam Smith est de retour mais pour tordre le bras des Etats au motif qu'ils seraient l'origine du problème et le principal obstacle à l'avènement d'une société dans laquelle les intérêts particuliers auraient vocation à enterrer la notion d'intérêt général, définitivement renvoyé au magasin des accessoires inutiles.

En Europe, dans l'attente du choix britannique et sans savoir si l'une ou l'autre solution provoquera l'électrochoc sans lequel l'Europe s'effondrera comme les Empires des siècles passés, on ne peut que s'étonner de l'incapacité des Etats à s'affranchir des règles en vigueur pour poser les bases d'une Europe politique, seul moyen pour chacun d'entre eux de retrouver une souveraineté qui ne soit pas une souveraineté du repli et du retrait. Les sujets ne manquent pas depuis la mise en place de politiques communes au plan budgétaire, fiscal, social, migratoire et sécurité jusqu'à l'instauration d'un parlement européen réellement souverain et la création d'une Europe de la défense. Seule une Europe politique sauvera l'Europe du désastre. Celle-ci doit être le fruit de la volonté des peuples qui la constituent et non le subtil échafaudage d’une administration lointaine et sans légitimité.

En France, au moment où la politique se fait chaque jour un peu plus dans la rue et un peu moins autour de la table, il convient aussi de rappeler que le dialogue n'est ni une incantation ni un vœu pieux mais le produit d'une construction patiente qui fait le pari de la confiance. Le compromis n'est pas une reculade mais le résultat d'une volonté d'avancer ensemble dans le respect d'une respiration collective qui doit permettre d'éviter l'infarctus social. Le choix n'est pas entre le goût de la réforme et la tentation de la révolte mais entre la fédération autour d'un projet collectif et le bricolage d'accords catégoriels.

Non, la crise des gouvernances n'est pas une fatalité. Elle est essentiellement la conséquence du renoncement, d'un manque de vision à long terme et d'un sens de l'écoute insuffisant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre