Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

1014 Billets

15 Éditions

Tribune 6 juil. 2022

La répression est une condition nécessaire à la guerre

Alexander Cherkasov, de l’association « Memorial » dissoute par le Kremlin, est venu en France pour faire entendre l’une des rares voix non encore étouffées de la mauvaise conscience du Kremlin. Ce mercredi 6 juillet, il a prononcé un texte puissant aux journées Azat Miftakhov contre la guerre, qui se tiennent à l’Institut des hautes études scientifiques (IHES). Le voici.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Alexander Cherkasov est un Russe qui rompt mais ne plie pas. Né en 1966, physicien, ingénieur, historien, activiste en faveur des droits de l’homme et de la mémoire des temps dictatoriaux, pilier de l’association Memorial – dissoute par le régime de Vladimir Poutine –, il est venu en France, à ses risques et périls, pour faire entendre l’une des rares voix non encore étouffées de la mauvaise conscience du Kremlin.

Ce 6 juillet, à l’Institut des hautes études scientifiques (IHES) de Bures-sur-Yvette (Essonne), Alexander Cherkasov a prononcé un discours courageux, fort et crucial que nous reproduisons ici. C’était à l’occasion des journées Azat Miftakhov contre la guerre (Mediapart reviendra demain sur l’événement), du nom de ce doctorant russe en mathématiques de l’université d’État de Moscou, arbitrairement placé en détention depuis février 2019 par les autorités russes.

En dépit du danger encouru, Alexander Cherkasov a parlé. Non pas dans le désert puisque vous pouvez lire son texte. Et quel texte ! Jugez-en plutôt…

*

« Bonjour, 

Je vous remercie de m’avoir invité à prendre la parole. Notre soirée est consacrée à Azat Miftakhov, mais en fait je ne parlerai pas de lui. Ceux qui sont réunis ici, je pense, connaissent et ce nom et cette affaire.

Et de manière générale, après le 24 février 2022, après le déclenchement par la Russie d’une guerre à grande échelle en Ukraine, il est difficile de parler d’autre chose que de cette guerre. Et s’il s’agit là d’une déclaration trop forte, alors disons qu’il est difficile de parler de quelque chose sans parler de la guerre en Ukraine. Mais une autre chose est vraie : si l’on parle de la guerre en Ukraine, de dizaines de milliers de morts et des millions de réfugiés, d’exactions et de crimes contre l’humanité, il est impensable d’oublier de parler des causes de cette guerre. De parler des conditions qui ont rendu possible cette guerre impensable.

Les prisonniers politiques et les répressions pour motifs politiques en Russie, sont l’une de ces conditions.

© Case of Azat Miftakhov

Un État qui viole grossièrement et massivement les droits de l’homme à l’intérieur de ses frontières devient tôt ou tard une menace pour la paix et la sécurité internationale. C’est, d’une certaine manière, un théorème, qui a été démontré par l’expérience de la Seconde Guerre mondiale. Sur la base de cette expérience, un système de coopération internationale a été construit, un système d’organisations internationales censé empêcher une répétition de 1939. Prévenir n’a pas suffi : la guerre au centre de l’Europe s’est de nouveau déchaînée. 

La question semble naïve : pourquoi la procédure de destitution n’a-t-elle pas été lancée en Russie même, pourquoi n’y a-t-il pas de brillants discours de la part des dirigeants de l’opposition au parlement, ou de campagne anti-guerre dans les médias nationaux ?

Le système parlementaire et le système des partis sont depuis longtemps démantelés, il n’en reste que les décorations ; et les médias, contrôlés par l’État, ont été transformés en outil de propagande. Les boucles de rétroaction censées l’empêcher n’ont pas fonctionné. Comment et pourquoi n’a-t-on pas pu, n’a-t-on pas eu le temps, n’a-t-on pas essayé d’arrêter ce processus de transformation de la Russie en agresseur, en « homme malade de l’Europe » ? C’est un sujet en soi, douloureux.

Mais voici la question qui se pose constamment ces derniers mois : pourquoi n’y a-t-il pas de manifestations massives contre la guerre ? Quelle est la raison d’un contrôle si efficace de l’État sur la société ? Les raisons, non des moindres, sont justement la répression politique, les condamnations pénales et l’emprisonnement pour activités pacifiques. Mais il y a aussi un contexte qui rend ces répressions si efficaces.

Il y a d’abord la terreur politique. 

Certes, la peine de mort n’est pas appliquée en Russie, mais je citerai quelques noms. La journaliste de Novaya Gazeta Anna Politkovskaïa, l’avocat et militant de gauche Stanislav Markelov, l’employée de Memorial Natalya Estemirova. Tous ont combattu contre les disparitions forcées dans la zone de conflit armé du Caucase, en Tchétchénie. Tous ont été tués. L’homme politique de l’opposition Boris Nemtsov, devenu après 2014 l’un des leaders du mouvement anti-guerre en Russie, a été tué.

Il semblerait que ces décès puissent être attribués à des groupes marginaux ou aux autorités tchétchènes. Mais après la tentative d’empoisonnement d’un autre leader de l’opposition, Alexeï Navalny, un système d’assassinats politiques, utilisant des poisons et perpétrés par des agents des autorités centrales russes, a été mis au jour — en grande partie grâce à lui. Navalny a survécu à l’empoisonnement, a enquêté sur l’empoisonnement et est maintenant en détention.

Pourquoi est-ce que je parle ici d’assassinats politiques, un sujet apparemment différent, assez particulier ? Car ce  “sujet particulier” donne de l’importance à tout le reste. Car le “point singulier” d’une fonction en dit long sur le comportement de cette fonction en d’autres points. Cela affecte toute la société. Tout comme les disparitions forcées, devenues une pratique généralisée et systématique, ont marqué la Tchétchénie moderne.

Il y a un demi-siècle, le savant et dissident soviétique Valentin Turchin parlait de « l’inertie de la peur » en se référant à la société soviétique de la période poststalinienne. Mais même maintenant, lorsque l’on parle, par exemple, de la Tchétchénie, des  “Kadyrovites”, de la toute-puissance de Ramzan Kadyrov, il faut se souvenir des milliers de personnes disparues, dont la mort a constitué la base de la  “stabilité” et de la gouvernabilité actuelles de la Tchétchénie.

« Fausses informations sur l’armée »

En Russie, on arrête et on poursuit en justice ceux qui s’expriment ouvertement contre la guerre. 

Voici un autre homme politique russe qui a survécu à deux tentatives d’empoisonnement par des agents du pouvoir : Vladimir Kara-Mourza. Il était activement engagé par-delà le monde à défendre la cause des prisonniers politiques russes. Maintenant, il a été arrêté pour avoir parlé de la guerre en Ukraine. Il en a parlé dans l’arrière-pays américain, en Arizona (!) et est maintenant dans une prison russe.

Demain, le 7 juillet, à Moscou se tient une audience dans l’affaire du député municipal Alexeï Garinov. Lors d’une réunion du conseil municipal, il a parlé de la guerre, des victimes de la guerre, des enfants tués et a été arrêté pour cela. Le verdict sera rendu dans les prochains jours, et il risque d’être sévère.

Ils sont inculpés en vertu d’un nouvel article du Code pénal sur les « fausses informations sur l’armée ». Évaluez la logique : toute déclaration qui ne correspond pas aux déclarations officielles des responsables du ministère de la Défense est déclarée fausse en Russie. Une telle qualification peut entraîner jusqu’à 10 ans de prison.

Ou un autre député à la municipalité de Moscou, Ilya Yashin, qui a exprimé directement et systématiquement sa position anti-guerre. Il est maintenant en état d’arrestation administrative. Mais, très probablement, la poursuite administrative, ici, n’est qu’un lemme de la police qui annonce la démonstration du théorème, et l’utilisation de l’article 207.3 du Code pénal.

On arrête une personne pour une infraction administrative, tout en montant un dossier pour engager une procédure pénale — « fausses informations sur l’armée », jusqu’à 10 ans.

Et ici, je voudrais attirer votre attention sur un deuxième point important : la corrélation et l’interconnexion des répressions administratives et pénales dans la Russie moderne. Ce rapport, cette structure est comparable à ce qu’elle était à la fin des années soviétiques, de la fin des années 1950 à la fin des années 1980.

Régression  “prophylactique”

Dans l’ère poststalinienne, les autorités de l’Union soviétique ont été confrontées à un problème : comment contrôler efficacement la société (même si elle était en situation d’« inertie de la peur »), sans recourir à des répressions de masse ? En conséquence, en 1959, un système “prophylactique” a été mis en place, dans lequel pour un condamné « pour politique » en vertu d’un article pénal, il y avait une centaine de personnes  “prophylactiques”, soumises à une répression extrajudiciaire. Administrative, informelle, mais avec une menace évidente de représailles pénales en cas de poursuite des activités.

Dans le système répressif qui s’est construit ces derniers mois et ces dernières années, la logique est semblable, sinon identique.

Autrefois, pour s’être rendu à un rassemblement ou pour une manifestation individuelle, on risquait une condamnation pour l’article 20.2.5 du code administratif, une amende de plusieurs dizaines de milliers de roubles. Pour manifestation individuelle répétée — article 20.2.8 du même code — jusqu’à 300 000 roubles d’amende ou jusqu’à 30 jours d’arrestation.

Et si vous êtes détenu trois fois en six mois, la responsabilité pénale pouvait être engagée en vertu de l’article 212.1 — jusqu’à cinq ans de prison. Cet article est également appelé “Dadin”, du nom d’Ildar Dadin, qui a été le premier à être condamné en vertu de cet article.

© ABC News

Au tout début de la guerre en Ukraine, le 4 mars 2022, des articles spéciaux ont été introduits sur le « discrédit de l’armée russe », l’article 20.3.3 du code administratif (une amende pouvant aller jusqu’à 50 000 roubles, ou jusqu’à cent mille si vous appelez à des actions publiques), et l’article 280.3 du Code pénal (jusqu’à cinq ans de prison).

Bien que le mot “prévention” ne soit pas présent ici, la perspective d’une sanction pénale en cas de poursuite des activités est clairement énoncée dans les deux cas.

Plusieurs milliers de personnes ont été détenues en vertu de ces articles administratifs au cours des derniers mois. Au seul motif de « discrédit » — plus de deux mille cinq cents. Ces personnes n’ont pas été condamnées et ne sont même pas inculpées en vertu d’articles criminels, mais elles sont déjà sous la menace d’emprisonnement si elles descendent à nouveau dans la rue.

Il n’a même pas besoin d’être arrêté par la police. Nous vivons au XXIe siècle, on n’arrête pas le progrès et à Moscou existe un système de reconnaissance faciale utilisant des caméras installées dans les rues et dans le métro. L’année dernière, les enregistrements de ces caméras ont été utilisés dans la préparation de dossiers administratifs « pour des rassemblements et des marches ». Il y a un mois, selon les données de ces caméras, la police a arrêté des personnes qui ne sont venues à aucun rassemblement, mais sont simplement entrées dans le métro pour se rendre au centre-ville.

Je noterai ici encore un point qui amusera surtout les mathématiciens. Dans le cas d’une responsabilité aussi progressive — d’abord les affaires administratives, puis pénales — au deuxième stade, devant le tribunal dans une affaire pénale, les décisions sur les affaires administratives (c’est-à-dire les arguments manifestement “plus faibles”) sont utilisées à plein — constituant preuve à part entière dans la condamnation pénale subséquente. Dans les juridictions administratives, la défense n’a pas la même possibilité que dans les procédures pénales. Le ministère public est représenté par le juge, c’est-à-dire qu’il agit en une seule personne. Mais en même temps, il y a un préjugé administratif !

La troisième, dans l’ordre, mais non des moindres, est une circonstance importante : les conditions de détention pendant l’enquête et après la condamnation. En termes simples, la torture, les méthodes de traitement et de punition cruelles et dégradantes.

Voici ce qui se passe en ce moment, ces jours-ci.

Premier exemple. Le député Aleksey Gorinov, mentionné plus haut, qui a été reconnu par Memorial comme prisonnier politique, après son arrestation a été placé dans une cellule à quatre lits avec sept personnes. Il ne pouvait pas bien dormir. Étant malade, il n’a pas reçu le traitement et les soins requis.

Deuxième exemple. Le physicien Dmitry Kolker a été arrêté par le FSB le 30 juin. Nous n’avons pas réussi à l’inscrire sur les listes de prisonniers politiques. Il avait un cancer de stade quatre, a été emmené de l’hôpital et le troisième jour, il est mort en prison.

Ici, je dois dire que même dans les temps sombres, lorsque Yuri Andropov était à la tête de l’Union soviétique, le Comité de sécurité de l’État de l’URSS (KGB) n’arrêtait pas les personnes atteintes d’un cancer en phase terminale ! Lorsqu’en 1983, le Fonds Soljenitsyne d’assistance aux prisonniers politiques a été « détruit », Andrei Kistyakovsky, le directeur du Fonds, n’a pas été arrêté car il était malade et condamné.

Je peux continuer cette liste. Alors, cela paraissait indécent devant le monde entier. Maintenant - non, ce n’est plus indécent. Au contraire : tout le monde sait qu’un malade, un mourant peut être jeté en prison.

© Paul Gogo

Troisième exemple. L’autre jour, on a appris dans quelles conditions était détenu le prisonnier politique Alexeï Navalny. Dans une colonie à régime strict, une “prison dans la prison” a été créée pour lui. Clôture sourde de six mètres, isolement strict. Les conditions les plus inconfortables pour une personne qui a mal au dos, pendant les heures de travail et après le travail. Écouter des chansons glorifiant le FSB. Assis sous un portrait de Poutine. C’est peut-être mieux que les “conditions spéciales” créées pour Navalny dans le camp précédent. Mais notons qu’il s’agit de Navalny, la personne sur laquelle est rivée l’attention générale.

Tout est plus facile avec les prisonniers politiques “ordinaires”. Ildar Dadin susmentionné a été torturé par l’administration du camp en détention. Cela ne fait pas exception : la torture dans les lieux de détention russes est depuis longtemps un système, non pas pour les “politiques”, mais pour tous ceux qui ne peuvent être brisés.

De la même manière que la torture est devenue depuis longtemps un système dans le cadre des enquêtes et des investigations. Ci-dessus, j’ai parlé du Fonds d’assistance aux prisonniers politiques. Et bien, en 1983, son directeur Sergueï Khodorovitch a été torturé pendant six mois après son arrestation - mais cela a été fait par ses compagnons de cellule, des criminels qui ont collaboré à l’enquête. Cela s’appelait la “cellule-presse”, et cela existe encore maintenant. Mais, contrairement à la fin de l’époque soviétique, la torture “sans intermédiaires” utilisée par les “gens en uniforme” est depuis longtemps devenue un système.

Et ceci n’est pas un secret. Aujourd’hui, tout le monde sait qu’on torture en Russie. Ceux qui sont sortis protester contre la guerre en Ukraine le savent aussi.

« En emprisonnant quelques-uns, contrôler tout le monde »

En résumé, je peux dire que la répression politique - condamnation pénale pour activité non violente - est devenue en Russie la principale méthode de gestion de la société, “l’ingénierie sociale”. Y compris (maintenant : surtout) un moyen de réprimer le mouvement anti-guerre.

Il existe des dizaines d’affaires pénales de ce type, mais ces répressions affectent indirectement ces milliers de personnes qui ont été condamnées administrativement, ce qui rappelle la pratique soviétique de la “prophylaxie”. Mais une telle “prophylaxie” est inefficace sans une répression criminelle continue.

Cela nous permet également de jeter un regard différent sur le nombre de prisonniers politiques dans la Russie moderne - environ 500. C’est beaucoup ou un peu ? Après tout, si ces répressions ont un but, alors ce but n’est pas  “d’emprisonner tout le monde”, mais “en emprisonnant quelques-uns, de contrôler tout le monde”.

En parlant de “contrôle”, il faut aussi tenir compte de facteurs systémiques tels que la torture et les mauvais traitements pendant l’enquête et en garde à vue, et la pratique des assassinats politiques (qui ont en quelque sorte remplacé la peine de mort en URSS).

La “prophylaxie” est inefficace sans répression criminelle, le contrôle de la société est impossible sans répression, la guerre est impossible sans répression

Dernier point important. Le nombre de citoyens ukrainiens capturés et détenus de force s’élève désormais à plus de six mille personnes. Mais les prisonniers ukrainiens sont enfermés, quoique séparément, dans les mêmes prisons. Ils sont interrogés par les mêmes enquêteurs. Ils sont torturés de la même manière que les citoyens russes ont été torturés auparavant.

La répression est une condition nécessaire à la guerre. La torture et les assassinats politiques sont la condition de l’efficacité de la répression. Cela signifie que la lutte pour la liberté des prisonniers politiques, la lutte contre la torture et les assassinats politiques en Russie fait partie intégrante de la lutte pour la paix.

Merci »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin