Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

1015 Billets

15 Éditions

Tribune 7 mars 2022

OIT : Muriel Pénicaud n’est pas la candidate des femmes mais celle des multinationales

Alors que Muriel Pénicaud se présente au poste de directrice générale de l’Organisation Internationale du Travail en faisant campagne comme « la candidate des femmes », un collectif de militant·es et d'intellectuel·les dénonce son bilan. « Féministes, nous nous battons pour que les femmes accèdent à toutes les responsabilités. Cependant, nous savons qu’il n’y a aucune automaticité entre la féminisation des responsabilités et l’amélioration du sort des femmes. »

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Muriel Pénicaud a présenté sa candidature au poste de directrice générale de l’Organisation Internationale du Travail.

Pour faire campagne, elle se présente comme la candidate des femmes, en expliquant qu’elle serait la première femme à diriger l’institution depuis sa création. Une bonne nouvelle pour les femmes ? Non malheureusement.

Féministes, nous nous battons pour que les femmes accèdent à toutes les responsabilités. Cependant, nous savons qu’il n’y a aucune automaticité entre la féminisation des responsabilités et l’amélioration du sort des femmes.

L’accès de Margaret Thatcher au poste de première ministre en Grande Bretagne, celui Laurence Parisot au MEDEF, ou de Christine Lagarde au FMI puis à la BCE l’ont montré. Tout dépend des politiques qui sont menées.

Quelles sont les options de Muriel Pénicaud ? Pour le savoir il suffit de regarder son bilan au ministère du travail. Elle a d’abord porté les « ordonnances travail », qui font l’objet de 3 plaintes devant l’OIT pour non-respect des conventions internationales en matière de licenciement, de négociation collective et de représentation syndicale.

Ces ordonnances ont supprimé les comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, instances déterminantes pour la prévention notamment en matière de violences sexistes et sexuelles. Muriel Pénicaud a porté une violente réforme de l’assurance chômage baissant les droits de 1,2 millions de chômeurs dont de très nombreuses femmes parmi les plus précaires, employées à temps partiel ou sur des contrats courts.

Alors oui, Muriel Pénicaud a mis en place l’index égalité professionnelle. Cependant, à l’inverse de l’objectif annoncé, l’index organise l’opacité sur les inégalités et permet aux entreprises de légaliser leurs pratiques discriminatoires.

Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les résultats. Alors que les écarts de salaires s’élèvent toujours à 28,5% en France, 99,9% des entreprises ont obtenu un index de plus de 75/100, note, les exonérant de sanction. Pourquoi ? D’abord parce qu’il s’agit d’un système d’auto évaluation, sans possibilité pour les syndicats ou l’inspection du travail de vérifier la notation et d’accéder au détail du calcul. Ensuite parce que les critères de calcul comportent des biais grossiers permettant d’invisibiliser les écarts.

Une situation dénoncée par l’ensemble des organisations syndicales françaises, qui exigent, en vain, que l’index soit modifié.

Cet index symbolise parfaitement la grande cause nationale lancée par Emmanuel Macron : du « féminisme washing », une politique marketing sans aucune avancée concrète pour les femmes.

Même la négociation de la convention 190 de l’OIT, première loi mondiale contre les violences et le harcèlement dans le monde du travail, dans laquelle, la France a porté un mandat ambitieux reprenant l’essentiel des propositions des organisations syndicales et de la Confédération Syndicale Internationale est une déception.

En effet, comme trop souvent, dès le retour dans l’enceinte nationale, cet engagement s’est évaporé.

La France a mis plus de 2 ans à ratifier la convention. Surtout, elle l’a fait à droit constant, en refusant de mettre en place les avancées prévues dans la convention et la recommandation qui l’accompagne, sans même ouvrir une concertation avec les organisations syndicales et féministes !

Il s’agissait pourtant de mettre en place des mesures simples pour protéger les victimes de violences conjugales, comme le droit à mobilité géographique et le droit à 10 jours d’absence rémunérés pour permettre aux victimes de se mettre à l’abri de leur conjoint violent. Ou encore d’instaurer des sanctions pour toutes les entreprises – une large majorité aujourd’hui – ne disposant pas de plan de prévention des violences sexistes et sexuelles.

Malheureusement, Muriel Pénicaud n’est pas la candidate des femmes mais celle des multinationales !   

Premier.e.s signataires :

AHRABARE Alyssa, porte-parole d’Osez le féminisme ! 
AZARIA Ana, Présidente de Femmes Egalité
BEROUD Sophie, professeure de sciences politiques, Lyon 2
BINET Sophie, dirigeante de la CGT pilote du collectif « femmes mixité »
CHARLÈS Claire, porte-parole des effronté-es
CLAMME Cécile, secrétaire générale du Syndicat National du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle CGT (SNTEFP-CGT)
COUPÉ Annick, porte-parole d’ATTAC
DE RONNE Luc, Président d’Action Aid France
GADREY Nicole, économiste
GERARDIN Sigrid, secrétaire nationale de la FSU en charge des droits des femmes
GUILBERT Murielle, co porte-parole de l'union Syndicale Solidaires
KERGOAT Danièle, Sociologue
LARRÈRE Mathilde, historienne
LE QUENTREC Yannick Sociologue Institut Régional du Travail Occitanie
MARTY Christiane, fondation Copernic
MIRALLES Yuna, coordinatrice du collectif #NousToutes
ROJTMAN Suzy, porte parole du Collectif National pour les Droits des Femmes
SILVERA Rachel, économiste, université Paris Nanterre, réseau MAGE

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND