Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

1027 Billets

15 Éditions

Tribune 7 avr. 2020

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Le naufrage annoncé du grand plan pour l’hôpital

Hôtels hospitaliers, partenariats public-privé, «fond de partage»... Les solutions envisagées par Emmanuel Macron pour l'hôpital, en pleine pandémie, sont placées sous le signe de la rentabilité et du néolibéralisme, «à l’heure où l’hôpital public mérite qu’on lui consacre des moyens». Un collectif de psychiatres, médecins et chercheurs alertent: l'idée des navires-hôpitaux «pourrait faire sourire si la situation n’était pas aussi dramatique».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

C’est un document qui fait froid dans le dos. Tout se passe comme si ses auteurs étaient parvenus à passer plus d’un an sous cloche, à l’abri des alertes retentissantes des soignants et soignantes à bout de force. Dans un article paru mercredi 1er avril dans Mediapart, nous avons découvert ce que semblent être les premières pistes de la Caisse des Dépôts pour l’hôpital, cet hôpital dont Emmanuel Macron a dit le 25 mars qu’il allait bénéficier d’un « plan massif d’investissement et de revalorisation des carrières ».

Les pistes avancées marquent à la fois le refus de prendre en compte ce que de nombreux collectifs (Interurgences, Interhôpitaux, Printemps de la Psychiatrie, etc.) demandent depuis plus d’un an et l’étrange volonté de mettre sur la table des propositions sans intérêt aucun pour l’avenir de l’hôpital public. Les solutions financières apportées, qu’il s’agisse de la restructuration de la dette, du développement de lignes de prêt ou encore de la création d’un « fond de partage » ne suffiront pas à régler les problèmes de sous-financement chronique. Ce qui est nécessaire est désormais connu depuis longtemps : une augmentation substantielle de l’Objectif national des dépenses d’assurance maladie. La proposition de Partenariats Public-Privé apparaît quant à elle à rebours du bon sens et semble faire fi des erreurs du passé, celles qui ont tant coûté à l’hôpital. C’est incompréhensible.

Le recours foisonnant à des structures privées pour l’organisation interne de l’hôpital ne résoudra pas non plus les difficultés de l’hôpital public, il les aggravera. Le numérique peut être bénéfique. Il ne peut en revanche tout résoudre, les travaux parlementaires sur la télémédecine en EHPAD l’ont par exemple montré : il faut des personnes pour assurer l’avant et l’après-consultation. Des structures privées peuvent être animées de bonnes volontés, nous ne discutons pas cela. Elles ont quoiqu’on en dise une contrainte et un objectif : la rentabilité. Cette rentabilité passe nécessairement par l’extraction de la valeur. Autrement dit, une partie de l’argent mis par les citoyen·ne·s, les complémentaires, l’assurance maladie dans l’hôpital sera captée par des start-up et des entreprises privées lucratives. À l’heure où l’hôpital public mérite qu’on lui consacre des moyens, ce n’est pas non plus une bonne piste.

L’exemple des hôtels hospitaliers est emblématique, s’ils peuvent appartenir à l’établissement, ils peuvent aussi être la propriété de grands groupes. À l’heure où nous constatons que nous avons besoin de lits, de matériel de base, de soignant·e·s, la solution viendrait en fait… de l’hôtellerie. Et que dire de l’idée d’un « navire hôpital » quand on sait que l’armée elle-même reconnaît qu’elle n’a pas les capacités à se substituer à une offre de soin pérenne.

Enfin, comment ne pas bondir devant la sémantique moralisatrice des auteurs considérant qu’il faut une éducation « civique » à la santé, que les professionnel·les et les patient·e·s doivent être incité·es à moins utiliser les structures de soin via des « Contrats à Impact Social » ? Pensons-nous sérieusement que les soignants et soignantes ont besoin d’un « contrat » pour avoir un « impact social » ?  

L’exécutif et le ministère de la Santé doit rapidement se positionner sur ce qu’est ce document. Une orientation parmi d’autres et qui sera rejetée en bloc ? C’est ce que nous demandons. Le coup du navire-hôpital pourrait faire sourire si la situation n’était pas aussi dramatique. Il offre a minima la possibilité d’imager ce que serait ce plan s’il suivait ces recommandations : un naufrage annoncé.

Signataires :

Mathieu Bellahsen, psychiatre, Printemps de la Psychiatrie ;
Maxime Gautier, médecin urgentiste, Lariboisière ;
Anne Gervais, médecin, membre du Collectif Interhôpitaux ; 
Hugo Huon, infirmier, membre du Collectif Interurgences ; 
Pierre-André Juven, sociologue, CNRS ;
Dominique Méda, sociologue, Paris Dauphine ;
Fanny Vincent, sociologue, INSERM.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
Politique de l’eau : il faudra « passer par des interdictions »
La carte n’a pas bougé depuis cet été : 93 départements sont toujours en alerte sécheresse et de nombreux arrêtés empêchent les prélèvements d’eau habituels. L’agriculture pourra-t-elle continuer de consommer comme avant ? Entretien.
par Amélie Poinssot
Journal — Agriculture
Changeons cette agriculture prédatrice
L’été est terminé. Mais la sécheresse continue. Les nappes souterraines mettront des mois à retrouver leur niveau normal. Il est temps de réduire la consommation d’eau de l’agro-industrie. Parti pris en vidéo.
par Amélie Poinssot
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello

La sélection du Club

Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’Etat est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon