Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

1025 Billets

15 Éditions

Tribune 8 juil. 2020

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Marche Adama IV – On veut respirer

La violence policière «vise ceux et celles qui sont considérés comme une menace pour l'ordre établi», populations précaires et racisées en premier lieu. Le Comité Adama et Alternatiba, s'alliant pour lutter contre un système inégalitaire basé sur des rapports d'oppression, appellent les générations Adama et climat à se retrouver dans la ville de Beaumont-sur-Oise le 18 juillet pour une marche commune. « On veut respirer, partout, toujours. Dans nos quartiers, dans nos rues, dans nos vies. »

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

« Je n'arrive plus à respirer », répétait-il, agonisant, aux gendarmes.

En vain.

Le 19 juillet 2016 à Beaumont-Sur-Oise, Adama Traoré est mort asphyxié, sous le poids de trois gendarmes. Adama Traoré voulait respirer, il voulait vivre, mais il est mort à 24 ans, le jour de son anniversaire.

Cela fait maintenant 4 ans que la famille Traoré exige vérité et justice, exige que les gendarmes soient mis en examen et jugés. Pour Adama. Pour toutes les victimes de violences policières. Car l'impunité judiciaire produit la violence policière, elle la légitime, elle la prolonge, elle l'amplifie. 

Ce combat doit être porté par tout le monde, car si la violence policière s'abat particulièrement sur les jeunes hommes noirs et arabes qui vivent dans les quartiers populaires, elle vise aujourd'hui l'ensemble des mouvements sociaux, les gilets jaunes, le mouvement climat, le mouvement lycéen, les soignants, etc. Elle vise tous ceux et celles qui sont considérés comme une menace pour l'ordre établi.

Ce combat doit être porté par tout le monde, car c’est un combat pour la société que nous voulons faire naître pour faire face aux crises sociales, sanitaires et climatiques qui menacent l’humanité entière et particulièrement les populations précaires et opprimées en première ligne. 

Assa Traoré dit souvent que son frère Adama est mort sous le poids de trois gendarmes, et d'un système.

Il s'agit d'un système raciste qui trie les êtres humains qui ont le droit de circuler librement dans la rue en fonction de leur couleur de peau. Un système qui trie les êtres humains qui ont le droit de respirer, et vivre. Un système qui détruit la nature et les humains.

C’est ce système inégalitaire et injuste, basé sur des rapports de dominations et d'oppressions, que nous refusons.

On veut respirer, partout, toujours. Dans nos quartiers, dans nos rues, dans nos vies.

On veut respirer, et pour ça, nous exigeons le respect de nos libertés fondamentales. Celles de circuler librement dans l'espace public sans y être entravé par des contrôles d'identité et un quadrillage policier, celles de manifester.

On veut respirer et pour ça, nous refusons d'être chassés de l’espace public de nos rues et de nos quartiers, nous refusons d'être assigné à résidence. Nous refusons d’être les victimes d’un système qui nous place en première ligne des injustices et de la pollution.

Le 18 juillet, nous appelons la Génération Adama et la Génération climat à se retrouver dans la ville de Beaumont-sur-Oise, à y occuper l'espace commun, à marcher ensemble, main dans la main. Pour refuser ce système qui nous étouffe. Pour le droit de circuler librement dans l'espace public, le droit d'y manifester, le droit de participer à la construction d’une société juste et soutenable ou tout simplement le droit d'y exister.

L'heure est à la solidarité. Nous refusons le piège de la division tendu par Emmanuel Macron. La Génération climat et la Génération Adama partagent les mêmes combats, parmi lesquels les luttes pour la justice, l'égalité, et le respect de la dignité humaine.

Rendez-vous tous et toutes le 18 juillet à Beaumont-sur-Oise. Soyons nombreuses et nombreux, comme nous l'avons été les 2 et 13 juin à Paris. Pour une nouvelle démonstration de force. 

Pour nos frères et soeurs, pour nos enfants.

Justice pour Adama, justice pour toutes les victimes de violences policières, justice climatique.

Signataires :  

Comité Adama ;

Alternatiba. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal
UBS : quand Bercy se refuse à indemniser une lanceuse d’alerte
Sans Stéphanie Gibaud, il n’y aurait pas eu de scandale UBS. Alors que l’État a récupéré des milliards grâce à ses informations permettant de mettre fin à l’évasion fiscale de la banque suisse, le ministère des finances se refuse à l’indemniser. Le tribunal administratif lui a demandé de reconsidérer sa position. Bercy a fait appel.
par Martine Orange
Journal — Santé
En Mayenne : « J’ai arrêté de chercher un médecin traitant »
En Mayenne, des centaines de personnes font la queue pour un médecin traitant. Dans ce désert médical, le nombre de médecins n’est pas suffisant face à une énorme demande. Inciter les médecins à s’installer dans des zones sous-dotées ne suffit peut-être plus. Certaines voix prônent une autre solution : la contrainte. 
par Célia Mebroukine
Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya

La sélection du Club

Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier