Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

952 Billets

15 Éditions

Tribune 10 mai 2021

Pas de réouverture sans droits sociaux et plan de reprise!

A l'issue d'une rencontre de coordination des lieux occupés à Villeurbanne le 25 et 26 avril, un large ensemble de collectifs en lutte demandent le retrait de la réforme de l'assurance-chômage. Elles et ils sont « déterminé·e·s à obtenir satisfaction sur l’intégralité de [leurs] revendications ». Pour eux, l’évolution des conditions de travail et de salaires « doit obéir à un objectif de progrès social et écologique. » « Occupons, occupons partout ! »

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Nous, occupantes et occupants, sommes déterminé·e·s à obtenir satisfaction sur l’intégralité de nos revendications. Celles-ci s’enracinent dans la conviction profonde que les droits sociaux doivent être maintenus, renforcés et devenir des droits sociaux attachés à la personne, au bénéfice de tou·te·s, indépendamment de l’âge ou du parcours professionnel. De même, l’évolution des conditions de travail et de salaires doit obéir à un objectif de progrès social et écologique.
Chacun·e doit être considéré·e sans distinction ni discrimination aucune. Toutes les formes d'inégalités et oppressions systémiques doivent être combattues radicalement et sans relâche.
Nous exigeons :
● Le retrait, pur, simple et définitif de la réforme de l’assurance-chômage et donc l’abrogation des décrets du 31 mars 2021.
● Le maintien des droits pour tou·te·s les chômeur·se·s, de la période de crise jusqu’à la reprise totale des activités au niveau de mars 2020 :
- Pour les chômeur·se·s au régime général, la neutralisation du décompte des jours chômés jusqu’à la reprise totale des activités.
- Pour les intermittent·e·s du spectacle, les travailleur·se·s en emploi discontinu et les chômeur·se·s en fin de droit, la prolongation immédiate des droits au moins un an après la reprise totale et normale des activités.
● La baisse du seuil d’heures minimum permettant l’accès à l’indemnisation chômage pour les primo-entrant·e·s et chômeur·se·s en rupture de droits. L’accès de tou·te·s les travailleur·se·s précaires en emploi discontinu à la protection sociale, notamment par le retour à une annexe spécifique (extras de l’hôtellerie, de la restauration, de l’événementiel, guides conférencier·e·s, accompagnateur·rice·s du tourisme, saisonnier·e·s, intérimaires, artistes/auteur·rice·s, travailleur·se·s forcé·e·s à l’auto-entreprenariat...)
● Pour une véritable reprise du secteur culturel, un plan massif de soutien à l’emploi, impliquant les jeunes, établi en concertation avec les organisations représentatives des salarié·e·s, applicable dès maintenant et jusqu’au retour au volume d’activité antérieur à la crise. Pour les autres secteurs empêchés, conditionner l’obtention des aides du plan de reprise à des engagements sur l’emploi.
● Le refinancement des caisses sociales et la garantie du maintien de l’ensemble des droits sociaux, notamment formation, retraite, santé et prévoyance, médecine du travail.
● Des mesures immédiates permettant l’accès de tou·te·s aux congés maternité, paternité et maladie indemnisés au sein de la sécurité sociale. Nous exigeons qu’à l’issue de ces périodes de congés, soit mis en place un aménagement des règles d’indemnisation chômage en assimilant ces congés à des périodes de travail, quels que soient les métiers et régimes d’indemnisation chômage, comme c’est déjà le cas pour les intermittent.es.
● Face à la précarité des jeunes et ses conséquences, des mesures spécifiques pour les jeunes. Nous considérons la coordination nationale de la jeunesse du spectacle vivant et leur communiqué comme un des pilier essentiel du mouvement.
Nos occupations se poursuivront tant que nos revendications n’auront pas été satisfaites.
Occupons, occupons partout !
Les lieux occupés coordonnés
Signataires : 

Alès – Le Cratère, scène Nationale
Alenya – Espace culturel Ecoiffier
Amiens – Cirque Jules Verne
Ancénis-Saint Géréon – Théâtre Quartier Libre
Angoulême-Théâtre d’Angoulême, Scène Nationale
Argenton-sur-Creuse – Théâtre de L’Avant Scène
Arles – Collectif Certifiessentiel
Auch – Circa-Ciné32
Auxerre – Théâtre d’Auxerre
Avignon – La FabricA
Avignon – Opéra Confluence
Bayonne – Théâtre Michel Portal
Béthune – Centre Dramatique National La Comédie
Blois – Halle Aux Grains
Brest – Le Quartz, Scène Nationale
Bourges – Théâtre Jacques Coeur
Calais – Le Channel, Scène Nationale
Caen – La Centrifugeuz
Chambery – Espace Malraux
Chalon-sur-Saône – Espace des Arts, Scène Nationale
Châteauroux - Équinoxe, Scène Nationale
Cherbourg – Le Trident, Scène Nationale
Clermond-Ferrand – La Comédie
Clisson – Le Tivoli
Die – Les Aires, Théâtre de Die
Dijon – Grand Théâtre
Gap – Occupation itinérante 05
Gennevilliers - T2G, Centre Dramatique National
Grenoble – MC2
Ivry – Théâtre des Quartiers d’Ivry
Laval – Le Théâtre, Centre National de la Marionnette
Le Mans – Théâtre des Quinconces, Scène Nationale
Lannion – Carré Magique, Pôle National Cirque
La Rochelle – La Coursive, Scène Nationale
Le Havre – Le Volcan, Scène Nationale
Limoges – Théâtre de l’Union, Centre Dramatique National du Limousin
Lorient – Grand Théâtre
Mâcon – Scène Nationale
Marseille – La Criée, Théâtre National
Marseille – Le Zef Le Merlan, Scène Nationale
Mende – Théâtre de Mende
Millau – Théâtre de la Maison du Peuple
Montluçon – Théâtre des îlets, Centre Dramatique National
Montpellier – Centre Chorégraphique National
Montpellier – Théâtre des 13 vents, Centre Dramatique National
Montpellier – Théâtre de la Plume
Montreuil – Nouveau Théâtre de Montreuil, Centre Dramatique National
Nancy – La Manufacture, Centre Dramatique National
Nantes – Opéra Graslin
Narbonne – Scène Nationale Grand Narbonne
Nice – Théâtre National de Nice
Nimes – Paloma, SMAC de Nîmes Métropole
Niort – Moulin Du Roc, Scène Nationale
Noyon – Théâtre du Chevalet
Orléans – Théâtre d’Orléans
Paris – Théâtre National de l’Odéon
Pau – La Route du Peuple
Plouguerneau – Armorica
Poitiers – Théâtre Au Peuple, Scène Nationale
Quimper – Théâtre de Cornouaille
Roubaix – Le Colisée
Rouen – Théâtre des Deux Rives, Centre Dramatique National
Saint-Brieuc – La Passerelle, Scène Nationale
Saint-Céré – Théâtre de l’Usine, Centre Dramatique National
Saint-Étienne – La Manuf’arts
Saint-Étienne – Le Fil social
Sète – Théâtre Molière, Scène Nationale
Strasbourg – Théâtre National de Strasbourg
Toulouse – Théâtre de la cité, Centre Dramatique National
Tours – Grand Théâtre
Valence – Comédie de Valence
Villeurbanne - TNP

Pour signer la pétition, c'est ici : http://chng.it/RMJNLWgscW

Visionner la carte des lieux occupés :  https://www.occupationodeon.com/carte-des-occupations

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française