Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

992 Billets

15 Éditions

Tribune 10 mai 2022

« Il existait un système PPDA »

« J'ai connu PPDA le journaliste star et le sportif avec qui j’ai partagé des compétitions. J’ai aussi connu le harceleur. Il n’y a pas d’autre mot. » Ce mardi, tandis que 20 autres femmes - qui ont témoigné dans l’enquête judiciaire contre Patrick Poivre d’Arvor - prennent la parole dans notre émission spéciale, Cécile Thimoreau, journaliste et secrétaire générale de MeTooMedia livre son propre récit.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

J'ai connu PPDA le journaliste star et le sportif avec qui j’ai partagé des compétitions. J’ai aussi connu le harceleur. Il n’y a pas d’autre mot. Un supérieur hiérarchique qui vous appelle régulièrement la nuit pour vous demander si vous dormez nue, qui n’arrête pas tant qu’un homme n’est pas allé lui parler, ça n’est pas de la drague pour moi.

J’ai aussi connu l’agresseur. Un soir où il était fragilisé par l’anniversaire de la mort de sa fille j’ai accepté de dîner avec lui, après 10 ans à la rédaction. J’avais mis les choses au clair, à plusieurs reprises avant d’accepter. Il a été charmant puis a brusquement changé de regard et m’a attrapée et touché les seins, suppliant pour une relation sexuelle. J’ai été virulente, menaçante,  il m’a laissée partir.

Que ce serait il passé si j’avais été prise de panique et de sidération ? Aurait il pris l’absence de réponse pour du consentement ?

J’appréciais Robert Namias, directeur de la rédaction. Nous étions arrivés ensemble à l’émission du petit matin à TF1. Il voulait féminiser la rédaction et m’a promue durant ma carrière. Lui n’a jamais eu de comportement déplacé. Je lui ai parlé de ce qui s'était passé avec PPDA. Sa première réaction a été de me dire que cette affaire s’était déroulée entre adultes, à l’extérieur de TF1. Puis il s’est ravisé et engagé à s’occuper du problème.

Il existait un système PPDA, hors des normes sociales de l'époque. Il avait un salaire hors norme,  une vie professionnelle hors norme et des droits qu'aucun autre professionnel n'avait. J’ai l’intime conviction que tout le monde savait que PPDA harcelait les jeunes femmes, qu’il avait les mains baladeuses, au-delà de simples baisers dans le cou. Mais qu'il allait jusqu'au viol nous ne le savions pas, je ne le savais pas sinon jamais je n’aurais accepté de dîner chez lui.

Je suis en colère contre notre arsenal juridique français. Il était impensable de témoigner à l'époque de sa toute puissance : qui nous aurait donné credit ? Et maintenant nous sommes prescrites juridiquement. Trop tard !

Quand nous regardons les chiffres des viols, 135 000 viols par an (mineurs compris) soit 1 viol toutes les 4mn, et seulement 1% condamnés, nous devrions avoir honte et ré-interroger notre droit. J'espère que notre combat à Metoomedia y contribuera.

 ***

Patrick Poivre d'Arvor a déclaré aux enquêteurs se souvenir « d'un jeu de séduction de part et d'autre » avec Cécile Thimoreau. Sur les appels téléphoniques, il dit : « Je n'ai jamais fait cela ». Sur les faits décrits par Cécile Thimoreau lors du dîner, il affirme: « J'ai dû lui faire des avances, légères, à la fin du dîner, et surtout pas dans la contrainte ».

Robert Namias, ancien rédacteur en chef du « 20 heures » et directeur de l’information a expliqué à Mediapart n’avoir « aucun souvenir » d'une alerte de Cécile Thimoreau. « ça ne veut pas dire que ça n’a pas existé », nous a-t-il répondu, comme il l’a déclaré à Libération.

Cécile Thimoreau est journaliste, secrétaire générale de MeTooMedia

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena