Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

994 Billets

15 Éditions

Tribune 11 févr. 2014

Le potentiel révolutionnaire des coopératives d'habitants

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Faut-il spéculer pour ne pas s'appauvrir ? Voici la singulière question qui ressort des débats sur la mesure la moins connue de la loi Alur, celle qui pourtant a un potentiel révolutionnaire : les coopératives d'habitants.

La crise du logement, à laquelle la loi actuelle répond en partie, est fortement liée à la flambée du marché immobilier qui a plus que doublé en dix ans en France. L'encadrement des loyers et la garantie universelle des loyers sont des mesures qui visent l'accès à la location, mais il est indispensable de s'attaquer parallèlement à une autre racine du mal : la spéculation immobilière.

Le projet de loi crée, justement, un statut pour les coopératives d'habitants qui permet d'importer dans le domaine immobilier les principes d'intérêt général des coopératives. La démocratie : une personne = une voix, indépendamment du capital de chacun ; et la solidarité : entre les membres et envers la société, sans recherche de profit. C'est donc un moyen de développer l'habitat participatif, mais aussi d'aller bien plus loin en faisant du logement un bien qu'on utilise pour un besoin primaire – sans en faire un outil de spéculation. Cette propriété collective ouvre même une perspective révolutionnaire : la possibilité pour les plus convaincus de sortir leurs logements de la sphère marchande et d'en faire des biens communs comme le sont l'air, la connaissance ou l'internet (1).

La condition pour assurer la pérennité et l'équité de la coopérative, c'est de garantir qu'aucun coopérateur quittant le projet ne puisse exiger qu'on lui rembourse ses apports initiaux augmentés d'autant que la spéculation. Car si il avait apporté 10 000 € en 1998, la coopérative risquerait de devoir lui « rembourser » aujourd'hui 24 000 € (2), or elle ne pourrait le faire qu'à la  condition de trouver un nouveau coopérateur ayant les moyens de payer une somme aussi considérablement gonflée. Par contre, si on applique le fonctionnement normal des coopératives, la revalorisation de ces parts sera indexée sur l'inflation : le coopérateur entrant n'aura donc à débourser en 2014 que 12 400 €, et le sortant récupérera le même pouvoir d'achat qu'il avait en 1998 avec cette somme – tout en ayant joui pendant quinze ans d'un logement économique, écologique et participatif.

Mais si le Sénat en voit tout l'intérêt, et a rédigé des amendements adéquats, l'Assemblée nationale bloque jusqu'à présent sur ce point. Certains élus expriment le souci que les petites gens puissent se constituer un « bas de laine légitime » en profitant de la hausse continue des prix du marché immobilier – sans quoi ils s'appauvriraient. Or, sans neutralisation de la spéculation, les ménages défavorisés seront justement encore et toujours condamnés à la location. Et pour ceux qui auront la chance d'y avoir accès, ils feront une culbute sur le dos de la génération à venir, qui devra à son tour payer le prix imposé par le marché. Ne pas garantir cette neutralisation de la spéculation, c'est donc à la fois encourager un transfert de dette intergénérationnel – une pyramide de Ponzi de long terme –, et réserver l'habitat participatif à ceux qui ont des capitaux tout en en excluant les démunis.

Pourtant, les coopératives d'habitants, avec leur clause anti-spéculative, offrent à tous les ménages, y compris modestes, la possibilité de se loger tout en leur permettant de se constituer une épargne à travers les parts sociales émises en échange du remboursement progressif du bien immobilier. A terme, ils peuvent donc récupérer leurs apports initiaux ainsi qu'une part de la valeur du bien collectif – mais limités à leur valeur réelle, non pas à celle dictée par la spéculation immobilière. C'est du reste ainsi que sont définis les statuts des coopératives d'habitants en Allemagne, en Norvège, en Suisse, etc.

Et pour ceux qui voudront vivre en habitat participatif tout en profitant de l'évolution du marché immobilier, la même loi Alur crée la société d'auto-promotion et d'attribution qui le permet. La liberté de choix est assurée. Il serait donc foncièrement insensé d'amputer les coopératives d'habitants de leur statut anti-spéculatif, ou d'en faire une simple option, alors que c'en est la dimension essentielle.

Si la commission mixte paritaire qui se tient mardi 11 février pour trancher cette question se saisit finalement de cette opportunité que sont les coopératives d'habitants et entérine l'amendement du Sénat, alors elle ne démissionnera pas devant le marché : au contraire, elle construira un levier d'action pour lutter contre la flambée immobilière, et pour ouvrir un nouvel espace entre propriété privée et location.


(1) Lire Habitat coopératif, verrou contre la spéculationLe Monde diplomatique, décembre 2012.

(2) Augmentation de 140 % des prix du marché immobilier français sur la période, alors que l'inflation était de 24 % (Insee).

Signataires

Collectif La Rotative, organisation des coopératives CoopFr, Coordin'action nationale des associations de l'habitat participatif, Fondation Copernic, DAL, Jeudi Noir, HALEM, Syndicat des Avocats de France, Community Land Trust France - pour un foncier solidaire, Habicoop, les Compagnons bâtisseurs.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Ukrainiens écartelés entre la dureté des batailles, les tourments de l’exil et la peur de rentrer
L’Ukraine, qui entre dans son quatrième mois de guerre, a pour le moment échappé au pire : l’invasion totale du territoire national. Mais le pays reste déchiré, entre celles qui ont fui à l’étranger la menace russe, celles qui rentrent d’un exil forcé, parfois dans une grande détresse matérielle, et ceux qui se battent, à l’est et au sud.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Législatives : dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
L’Ecole et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI