L’inclusion ou l’explosion

Après la crise sanitaire, la crise économique va heurter encore plus la jeunesse la plus défavorisée. La mobilisation du secteur privé et le soutien des pouvoirs publics est aujourd'hui indispensable. « Il est temps de miser sur notre jeunesse, dans toute sa diversité » réclame L’Ascenseur, une coalition de 53 associations et Fondations.

En France, selon notre histoire personnelle ou notre ancrage territorial, nous ne sommes pas égaux dans notre accès à la culture, à l’école ou à l’emploi.

Dans la foulée de la crise sanitaire, la crise économique qui vient va heurter encore plus la jeunesse déjà la plus défavorisée, amplifiant ce constat d’inégalité des chances. 

Pouvons-nous l’accepter ? Non, car cette situation empoisonne notre pacte républicain. Nous prenons le risque d’une explosion du sentiment d’injustice, avec son corollaire de violence et d’abandon au repli sur soi, frappant et réunissant tous ces jeunes qui, des quartiers populaires aux zones rurales, se sentent délaissés. 

Plus que jamais, face à l’ampleur des périls, nous devons lutter contre les inégalités et les discriminations. Non pas par charité mais parce que nous sommes persuadés que nous devons miser sur le talent de toute la jeunesse pour trouver les solutions dont nous avons besoin.

C’est pourquoi nous, associations de divers horizons regroupées au sein de la coalition de l’Ascenseur, lançons un appel pour que l’inclusion devienne notre nouveau défi.

Aux grandes déclarations, nous préférons les actes. Nous devons forger un modèle collaboratif innovant entre le secteur privé et les acteurs de l’intérêt général.

Pour y parvenir, nous voulons mobiliser 1000 entreprises. C’est avec cet élan que nous allons pouvoir générer un changement de paradigme, en intégrant les pratiques inclusives au cœur de la vie de l’entreprise.

Face à la crise, maintenons et amplifions les efforts d’insertion professionnelle et d’accès à l’alternance pour les jeunes issus de milieux défavorisés, pour les publics migrants ou fragilisés.

Poursuivons et renouvelons les efforts d’accompagnement des jeunes dans la construction de leur orientation et de leur parcours d’études, au travers des actions de découvertes des métiers, d’accès aux stages et de mentorat.

Déployons avec encore plus d’ambition des politiques d’achats responsables auprès des organisations du secteur protégé ou de l’insertion par l’emploi.

Nous sommes prêts à faire face, dans ces mois où nous allons à notre tour être en première ligne, mais les pouvoirs publics doivent nous aider. Nous devons nouer des partenariats stratégiques, avec l’Etat et les collectivités, bien plus ambitieux autour des enjeux d’inclusion. Nos gouvernants doivent aussi protéger les associations, menacées par la crise dans leurs financements, notamment en aménageant les dispositions fiscales en faveur du mécénat. 

Avec cette mobilisation du secteur privé et le soutien des pouvoirs publics, nous pouvons nous assigner un objectif fédérateur. Dès 2021, il est possible de garantir à 2 millions de jeunes, partout sur le territoire, l’accès à nos services d’inclusion : ouverture socio-culturelle, pratique sportive et artistique, prévention du décrochage scolaire, orientation choisie, engagement citoyen, accès aux études supérieures, insertion professionnelle réussie (y compris aux plus hauts niveaux de responsabilités), et accès à l’entrepreneuriat. 

Il est temps de miser sur notre jeunesse, dans toute sa diversité. Est-ce une utopie ? Ce qui est utopique, c’est d’imaginer qu’il n’y a pas urgence, c’est de croire que nous pouvons réussir autrement. La crise sanitaire nous a appris que la solidarité n’est pas un luxe, elle est vitale. Aider chaque jeune à trouver sa voie sans déterminisme lié à sa naissance, ses origines et son histoire doit être notre prochaine victoire.

 

Signataires :

L’Ascenseur, coalition de 53 associations et Fondations

Alice Barbe (Directrice co-fondatrice, SINGA) ; Anthony Babkine (Président co-fondateur, Diversidays) ; Arthur Dehaene-Queffélec (Président, L'équipée) ; Assane Diouf (Président, Stains Espoir) ; Athina Marmorat (Directrice fondatrice, Rev’Elles) ; Benjamin Blavier (Président, L’Ascenseur) ; Benjamin Blavier et Boris Walbaum (Co-présidents et co-fondateurs, Article 1) ; Boris Janicek et Laetitia Hélouet (Co-présidents, Club XXIe Siècle) ; Buhadri Susso (Président fondateur, JoinHands) ; Camila Rios Armas (Directrice fondatrice, UniR) ; Caroline Sénéclauze (Présidente fondatrice, Moteur !) ; Claire de Mazancourt (Directrice générale Institut de l’Engagement) ; Damien Baldin et Paul Guis (Co-directeurs, Le Choix de l’école) ; Diane Binder et Kavita Brahmbhatt (co-présidentes et co-fondatrices, Action Emploi Réfugiés) ; Dominique Malhaire et Jules Sire (Président et Directeur, Rebonds!) ; Ericka Cogne (Déléguée générale, Institut Télémaque) ; François Benthanane (Président fondateur, ZupdeCo) ; Frédéric Simonart et Matthieu Le Grelle (Directeurs et co-fondateurs, Duo For A Job) ; Gisèle Magnan et Nathalie Roudaut (Directrice générale et Directrice générale adjointe, Les Concerts de Poche) ; Godefroy De Colombe (Président, Proxité) ; Guillaume Herisson et Fabien de Castilla (Co-directeurs, Ares) ; Hawa Dramé (Déléguée générale, Time2start) ; Hassan El Houlali (Président fondateur, Surf Insertion) ; Inès Seddiki (Présidente fondatrice, Ghett'Up) ; Isabelle Giordano (Présidente, Cinéma pour Tous) ; Jean-Louis Kiehl (Président fondateur, Fondation Crésus) ; Jean-Marc Potdevin (Président fondateur, Entourage) ; Jérôme Auriac et Stéphane De Freitas (Président et Fondateur, Eloquentia) ; Laurence Drake (Déléguée générale, Fondation Agir Contre l'Exclusion) ; Marc Epstein et David Allais (Président et Directeur Général, La Chance) ; Marie Trellu-Kane (Présidente et co-fondatrice, Unis-Cité) ; Massy Badji (Président co-fondateur, Epsylon) ; Matthieu Dardaillon (Président co-fondateur, Ticket for Change) ; Mélanie Taravant (Présidente co-fondatrice, ViensVoirMonTaf) ; Michel Moullet (Président, Alter’Actions) ; Nicolas Gradziel et Yann Lotodé (Co-directeurs et fondateurs, La Cravate Solidaire) ; Patrick Beghin (Président, Seuil) ; Philippe Moracchini (Délégué général, Passerelles et Compétences) ; Philippe Korda (Président, Energie Jeunes) ; Philippe Oddou (Directeur général co-fondateur, Sport dans la Ville) ; Saïd Hammouche (Président, Fondation Mozaïk) ; Stéphanie Andrieux (Présidente fondatrice, Benenova) ; Tiphanie Magloire (Présidente fondatrice, Génération Ubuntu France) ; Radia Bakkouch et Samuel Grzybowski (Présidente et Fondateur, Coexister) ; Sara El Attar (Présidente fondatrice, Hashtag Ambition) ; Sarah Gogel (Directrice générale fondatrice, YES Akademia) ; Stéphane Roussel et Yann Tanguy (Président et Délégué Général, Les entreprises pour la Cité) ; Stéphanie Lapaix (Présidente, Job Odyssée 2.0) ; Théo Scubla (Directeur général fondateur, each One) ; Thierry Déau (Président, Archery, le fonds de dotation de Meridiam) ; Vincent Brassart (Président fondateur, La Tablée des Chefs) ; Yannick Noah (Président fondateur, Fête le Mur) ; Youcef Kahlloul (Président Breizeh Insertion Sport).

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.