Démocratie sexuelle et de genre en danger en Pologne: libérez Margot!

Un collectif d'intellectuels et d'artistes, parmi lesquels Paul B. Preciado, Judith Butler, Virginie Despentes et Antonio Negri, lancent un appel international à la libération de Margot, militante de genre non-binaire arrêtée vendredi 7 août à Varsovie. « Cet appel international est aussi une initiative pour dénoncer le virage autoritaire du gouvernement polonais et la violence misogyne, homophobe, transphobe et raciste ».

Le vendredi 7 août, le tribunal polonais a ordonné la détention préventive de Margot, une militante de genre non-binaire et pronom féminin de vingt-deux ans et l'une des fondatrices du collectif polonais « Stop Bzdurom » (« Stop à l'absurdité ») pour une durée de deux mois.

Elle est accusée d'avoir dégradé et détruit une camionnette de la campagne « Stop Pédophilie ». Depuis des mois, des camionnettes portant des banderoles assimilant la pédophilie à l'homosexualité et l'éducation sexuelle au harcèlement sexuel (par exemple : « Vous savez ce que le lobby LGBT veut apprendre à vos enfants : la masturbation à 4 ans ! 6 ans : la permission d'avoir des relations sexuelles ! 9 ans : les premières rencontres sexuelles et l'orgasme ! ») circulent dans les rues de Varsovie en toute impunité dans le cadre de la campagne « Stop Pédophilie » lancée par l'organisation « pro-vie », néo-nationaliste et catholique « Fundacja Pro-prawo do życia » (Fondation pour le droit à la vie), largement soutenue par les institutions gouvernementales.

Ces camionnettes, ainsi que d'autres bannières et guides éducatifs homophobes, sont des signes publics de violence institutionnelle contre les minorités sexuelles et de genre qui mettent en danger la vie de ceux qui sont accusés de ne pas être hétérosexuels ou de ne pas être normatifs en termes de genre. L'Organisation mondiale de la santé et le médiateur polonais, Adam Bodnar, ont exprimé leur opposition au contenu présenté dans ces bannières et publications, mais n'ont reçu aucune réponse du gouvernement.

Il y a un an et demi, en réaction à la campagne « Stop Pédophilie », Margot et sa partenaire Lania ont fondé le collectif « Stop Bzdurom » pour lutter contre la propagande homophobe.

Leur but était de combattre la honte, la passivité, la peur et la solitude des personnes queer, trans et de genre non-binaire en utilisant des drapeaux queer pour couvrir des bannières homophobes et pour décorer des monuments publics avec des signes de résistance.

L'arrestation de Margot s'inscrit dans le cadre d'une opération plus vaste du gouvernement et de la police visant à réduire et à dégrader les droits des minorités sexuelles et de genre et à supprimer toute forme d'antagonisme critique.

Après l'arrestation de Margot, un blocus de solidarité pacifique a été mis en place devant le poste de police de la rue Wilcza et dans d'autres quartiers de Varsovie. Les manifestations ont été brutalement réprimées par la police, des dizaines de manifestants ont été agressivement battus et un certain nombre ont été arrêtés et transportés dans des commissariats de police.

Il n'y avait aucune information sur les personnes arrêtées ni sur le lieu où elles avaient été emmenées. L'immunité des députés de l'opposition qui les avaient accompagnés et essayé de les protéger avec leur propre corps a été ignorée.

Joanna Bitner, présidente du tribunal de district de Varsovie, n'a pas révélé pourquoi Margot a été arrêtée. Et le bureau du procureur dit n'avoir pas encore examiné la demande de l'activiste de contacter un avocat. Les droits de la défense sont violés à chaque étape.

Les autres manifestants arrêtés n'ont pas été autorisés à contacter leurs familles ou leurs représentants légaux. Les personnes sont interrogées sans la participation d'un avocat de la défense. Le droit à l'information leur est refusé.

Seul le blocage de la voiture de police par la députée Magdalena Biejat (La Gauche) en fin de soirée a obligé la police à révéler que certaines des personnes arrêtées avaient été transportées au poste de police de la rue Zakroczymska.

Nous savons maintenant que 48 personnes ont été arrêtées, les premiers interrogatoires sont en cours. Le médiateur, Adam Bodnar, et des représentants de l'Observatoire national pour la prévention de la torture sont intervenus. Il semblerait que des personnes aient été battues, torturées et agressées sexuellement lors des interrogatoires de la police. Ni le gouvernement ni la police n'ont fourni d'autres informations.

Nous lançons un appel public international pour exiger la libération immédiate de Margot, pour demander au bureau du procureur du district de Varsovie de révoquer l'ordre de détention préventive à son encontre et pour que la police polonaise de Varsovie s'abstienne de toute nouvelle répression des manifestants.

Cet appel international est aussi une initiative pour dénoncer le virage autoritaire du gouvernement polonais et la violence misogyne, homophobe, transphobe et raciste qui sous-tend les institutions policières et judiciaires de la Pologne.

Il existe une longue tradition de persécution des minorités en Pologne : Juifs, Tsiganes, migrants, homosexuels, transsexuels et personnes non blanches… ont été violemment criminalisés et stigmatisés par différentes lois avec l'autorisation des autorités à différents moments de l'histoire récente de la Pologne.

Dans les années 1985-87, le parti communiste polonais a mené l' « Opération Jacinthe », une vaste campagne de propagande homophobe, doublée par une opération de police secrète visant à faire du chantage et à persécuter les homosexuels, les personnes séropositives et les travailleurs et travailleuses du sexe. Bien que la persécution ait été critiquée par des intellectuels et des militants, l'opération a été jugée « légale » selon les lois du pays sous le communisme.

Depuis deux ans, une nouvelle campagne contre les minorités sexuelles a été lancée « légalement » par des gouvernements néolibéraux autoritaires et est maintenant amplifiée par le gouvernement d'Andrzej Duda, avec la complicité du Premier ministre Morawiecki et du vice-ministre de la justice Sebastian Kaleta.

Le communisme autoritaire et le néolibéralisme autoritaire visent tous deux à construire un corps normatif hétérosexuel purifié, qu'ils reconnaissent et revendiquent comme le seul citoyen souverain du pays.

La démocratie s'arrête lorsque ses institutions éducatives sont utilisées pour réinscrire les relations de pouvoir ; lorsque la loi justifie la violence sexuelle, de genre ou raciale, et lorsque la défense de l' « enfance » ou de monuments est utilisée pour discriminer des organismes non hétérosexuels et non binaires.

Les enfants et les adultes homosexuels, trans et de genre non-binaires doivent être défendus. Nous appelons toutes les forces internationales libres à agir maintenant contre la violence institutionnelle des gouvernements, des politiques et des institutions supposées démocratiques en Europe.

Puissance et amour pour Margot et pour tous les manifestants arrêtés.

Signataires :

Wojciech Pus
Paul B. Preciado
Ewa Majewska
Judith Butler, University of California, Berkeley
Judith Revel, philosopher, Paris
Antonio Negri, Bologna/ Paris
Virginie Despentes
Magdalena Górska, Utrecht
Mariya Ivancheva, University of Liverpool / LevFem & LeftEast collectives
Laboria Cubonix
Jack Halberstam, Columbia University, New York
Patricia Reed, feminist theorist and artist, Berlin.
Ovul O. Durmusoglu curator, Berlin
Margarita Tsomou, HAU, Berlin
Michał Murawski, UCL, London
Rafał Jakubowicz, University of Art, Poznan
Dominique Gonzalez-Foerster, artist
Lisa Duggan, NYU
Catherine Malabou, King's College, London
Laima Kreivyte, Art Academy, Vilnus
Aleksandra Przegalinska, Warsaw.
Agata Lisiak, Bard College, Berlin
Aldona Kopkiewicz, writer
Gal Kirn
Ankica Cakardic
Daniel Muzyczuk, curator, Łódź and Warsaw
Viktor Neumann, curator
Natalia Sielewicz, curator
Tomasz Fudala, curator
Sebastian Cichocki, curator
Magda Lipska, curator
Szymon Maliborski, curator
Krystyna Duniec, Art Institute PAN

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.