Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

994 Billets

15 Éditions

Tribune 12 oct. 2019

Perturbateurs endocriniens: le niveau de protection actuel est-il illusoire?

« Il est temps que, face à la menace des perturbateurs endocriniens et au temps perdu du fait de la pression des lobbies, la politique européenne privilégie enfin la santé environnementale », alerte un collectif de chercheurs et de médecins au sujet de la contamination chimique de notre environnement et de nos organismes. Ils appellent à mettre en place le principe de précaution, « l'un des fondements de la législation européenne ».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

La contamination chimique de notre environnement et de nos organismes est une composante majeure de la crise écologique actuelle, particulièrement par les perturbateurs endocriniens (PE). Dans le cadre du règlement « pesticides », l’Union Européenne a adopté une définition fin 2017, mais celle-ci permet-elle vraiment de protéger les populations ? Autrement dit, se contente-t-elle d'éliminer quelques molécules ou met-elle en oeuvre le principe de précaution pourtant l'un des fondements de la législation européenne ?

Prenons l'exemple des pesticides puisqu'il s'agit de la catégorie de substances pour laquelle la législation est la plus avancée. Particulièrement de 15 substances qui voient leur homologation arriver à son terme. Ces molécules ne sont pas des vedettes médiatiques, et ces décisions vont suivre le parcours habituel concernant les pesticides qui doit se conclure par un vote européen prolongeant ou non leur autorisation.

Alors pourquoi est-ce important ?

Parce que ces substances actives sont des perturbateurs endocriniens (PE) suspectés de perturber l’axe thyroïdien in vitro et in vivo (chez l'animal). Et c’est l’Agence européenne (EFSA) elle-même qui le dit dans un rapport de 2013. Mais ce ne sera pas suffisant, au vu des critères actuels d'identification des perturbateurs endocriniens, pour que l’UE les mette sur la touche. Pourtant, les effets attendus en cas d’exposition pendant la grossesse, portent sur le développement cérébral des enfants, puisque le système thyroïdien est indispensable au développement harmonieux du cerveau chez l’embryon.

Or la France, comme d’autres pays européens, défend l’idée d’un classement en fonction du niveau de preuve apporté par les scientifiques (certain, probable, suspecté). Aux politiques de faire la suite : prendre les décisions de maintien ou non sur le marché des substances PE simplement suspectées. Car on peut s'attendre, du fait du niveau de preuve très élevé exigé pour qu'un PE soit qualifié de certain, que la catégorie des PE suspectés si elle finit par voir le jour, soit la plus fournie.

D'où la nécessité d'une politique claire à leur égard : concernant les pesticides s'en tiendra-t-on, comme le prévoit le règlement pesticides 1107/2009 à une approche par le danger, et donc à leur éviction, au moins le temps que les études scientifiques confirment ou infirment leur caractère perturbateurs endocriniens ? Ou bien s'achemine-t-on sans le crier sur les toits, vers un non-respect du règlement 1107/2009 avec la création d'une catégorie de produits dont la réglementation européenne a le secret, et qui ne sont jamais retirés du marché, mais dont seulement certains usages sont restreints ?

Ces 15 substances actives sont de plus retrouvées dans l’alimentation des français, cette fois-ci c’est une étude de l’Anses qui l’affirme. Elles nous fournissent donc un cas d’école : par un vote d’opposition au renouvellement d’autorisation de ces substances suspectées de perturber la fonction thyroïdienne et par leur interdiction sur le marché français, la France a l’opportunité de défendre la notion de perturbateurs endocriniens suspectés et la nécessité absolue de réduire l’exposition par l’alimentation. Elle a ainsi l’occasion de mettre en pratique la seconde Stratégie Nationale sur les perturbateurs endocriniens par l’utilisation du «principe de précaution lorsque certaines données scientifiques sont présentes, en vue d’atteindre une réduction maximale de l’exposition aux perturbateurs endocriniens ».

Il est grand temps que, face à la menace des perturbateurs endocriniens et au temps perdu du fait de la pression des lobbies, la politique européenne privilégie enfin la santé environnementale.

Signataires: 

Isabella Annesi-Maesano, directrice de recherche (DR1) Inserm et directrice équipe EPAR (épidémiologie des maladies et pathologies respiratoires), IPLESP, Inserm et Sorbonne Université ;

Françoise Archambeaud, professeur d'endocrinologie et de médecine interne ;

Jean-Marc Bonmatin, Chercheur (CNRS) au centre de biophysique moléculaire d’Orléans et Vice-Président de la Task force on Systemic pesticides (TSFP) ;

Thomas Bourdrel, médecin, Collectif Strasbourg Respire ;

Didier Cosserat, médecin ;

Barbara Demeneix, biologiste au Muséum national d’histoirenaturelle ;

Eric Feraille, Professeur de néphrologie, Président de la fédération de protection de l’environnement en Rhône-Alpes ;

Patrick Fenichel, Professeur d'endocrinologie et médecine de la reproduction ; Jean-Baptiste FINI chercheur (CNRS) au Muséum national d'histoire naturelle ;

Dominique Le Houezec, pédiatre du réseau de périnatalité de Normandie ;

Dominique Malgrange, médecin endocrinologue, AMLP ;

Gilles Nalbone, directeur de recherche émérite INSERM ;

Michel Nicolle, médecin Vice-Président d’Alerte des médecins sur les pesticides ;

Pierre-Michel Perinaud, médecin et Président d’Alerte des médecins sur les pesticides ;

Philippe Ricordeau, médecin spécialiste en santé publique, épidémiologiste ;

Pierre Souvet, cardiologue, Président de l’association Santé Environnement France ;

Sandrine Taillefer, médecin endocrinologue

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal
Un policier pariait en ligne avec les cartes bleues de gardés à vue, le parquet veut un procès
L’enquête, ouverte après la plainte d’une jeune femme délestée de 500 euros, a permis d’identifier six victimes au sein du commissariat du Xe arrondissement de Paris. Un adjoint de sécurité, licencié depuis, a reconnu les faits. Le parquet requiert son renvoi devant le tribunal correctionnel pour « escroqueries ». 
par Cécile Hautefeuille et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart