Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

1014 Billets

15 Éditions

Tribune 13 nov. 2019

Être migrant n'est pas un crime!

Monsieur le Président Emmanuel Macron, « je dois vous faire part de mon immense choc et de mon horreur en découvrant à la frontière de votre pays avec l’Italie une négligence délibérée et répétée des droits de l’Homme, une franche méconnaissance de l’humanité, et un abus du droit européen », interpelle Magid Magid, membre du Parlement européen et de la commission des libertés civiles de la justice et des affaires intérieures (LIBE).

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Pour Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République Française,
Je dois vous faire part de mon immense choc et de mon horreur en découvrant à la frontière de votre pays avec l’Italie une négligence délibérée et répétée des droits de l’Homme, une franche méconnaissance de l’humanité, et un abus du droit européen.

Au cours de mon déplacement à Menton et Vintimille, j’ai vu des réfugiés et des personnes déplacées de tous âges et de tous les coins de notre planète - contraints de fuir la pauvreté, la persécution, la guerre et les désastres écologiques, et de parcourir des distances inimaginables - déshumanisés et humiliés, écartés et rejetés, traités avec retard et dédain par vos garde-frontières et vos forces de police aux ordres de vos politiques aveugles en matière de migration. J’ai été témoin de contraintes sans pitié et non de « liberté », d'absence d’égalité et sûrement pas de fraternité chaleureuse.
Monsieur le Président, par votre inaction face aux manifestants pour le Climat, la répression brutale des militants de la classe ouvrière luttant pour la justice sociale ou encore le démantèlement et la destruction sans pitié des foyers de migrants vulnérables et démunis à Calais, vous cimentez votre place du mauvais côté de l’histoire, du mauvais côté de l’humanité. Vous vous pensez plus posé et sage que Salvini, en célébrant votre image personnelle devant le drapeau tricolore, d’un homme fier de ses couleurs et de sa symbolique, mais vous dirigez et imposez une politique incolore et sans vie d'un banquier froid, dont la seule visée politique est de protéger les riches et de condamner les autres. 

Dans la mesure où vous jouissez des privilèges du Fort de Brégançon et que vous savourez les beautés du paysage, ne perdez pas de vue les injustices indignes commises aux extrémités lointaines de votre pays. Je vous demande instamment d’agir et de remédier à ces injustices flagrantes.
À votre frontière avec l’Italie, il existe des preuves irréfutables de refoulements systématiques de personnes vulnérables, y compris d'enfants - oui, innocents, demandeurs d’asile non accompagnés. Non seulement vos agents frontaliers mentionnent des dates de naissance fausses sur les documents de refus d’entrée, mais ils confisquent également les certificats de naissance. Ce n’est pas seulement une violation flagrante du droit de votre pays : il s’agit d’une monstruosité sans nom. Vous les laissez partir sans refuge ni protection et les envoyez avec indifférence vers un traumatisme, un dénuement et une vulnérabilité accrus. Monsieur le Président - veillez à ce que les évaluations de l’âge de l’enfant soient conformes au droit international et mettez un terme à la fermeture des frontières pour les mineurs non accompagnés, qu’ils ne soient pas contraints à la mendicité pour un foyer et un avenir.
Les personnes déplacées qui cherchent refuge à la frontière sont renvoyées vers l’Italie sans aucune garantie de procédure. Pire encore, lorsque la police italienne ne les reprend pas, elles sont illégalement détenues dans des installations mal équipées au poste de police de Menton. Je me suis rendu compte de la situation avec mes propres yeux, mais je me suis vu refuser l’accès aux conteneurs où se tiennent les réfugiés et les migrants. La police les appelle un « espace de mise à l’abri », je les appelle « cages ». Monsieur le Président, permettez-moi de vous dire ce qu’ils cachent.
Comment vous sentiriez-vous si vous étiez obligé de passer une nuit sur le sol d'un conteneur verrouillé, sur-occupé, sans différenciation de personnes, sans couverture, ni nourriture, ni eau ? Parce que c'est la réalité que vous imposez quotidiennement à des dizaines de personnes innocentes. Cette privation arbitraire de liberté représente également une violation du droit international et du droit de l'Union. Ces pratiques inhumaines doivent s’arrêter, et les conditions de détention doivent faire l'objet d'un suivi indépendant et d'une mise en conformité avec les normes internationales : séparer les hommes et les femmes, les adultes et les enfants et donner libre accès à la nourriture et l'eau, à des soins médicaux et à une représentation légale.
Bien qu’il soit clairement nécessaire de mettre en place une réforme globale de partage des responsabilités entre les États membres de l’UE afin d’atténuer la pression sur les États situés en première ligne, le minimum de décence, Monsieur le Président, est de traiter tous les réfugiés et les personnes déplacées comme des êtres humains. Tenez-les informés, garantissez-leur une représentation juridique et assurez-leur la possibilité de faire appel à un refus d’entrée. Protégez-les de toute détention arbitraire, tout en formant la police à respecter les droits de l’Homme, en protégeant les personnes vulnérables et en identifiant les victimes de la traite des êtres humains.
Je vous invite instamment à vous pencher sur ce que de nombreuses ONG et bénévoles, et moi-même, ont décrit, de vous rendre compte par vous-même, et de prendre au plus vite toute mesure nécessaire pour stopper ces délits atroces à vos frontières. J’invite également tous les dirigeants européens à mettre un terme aux politiques qui portent préjudice aux migrants et instaurent un climat d’hostilité vis-à-vis des personnes qui cherchent refuge dans nos pays. Je demande également aux dirigeants européens d’ouvrir des itinéraires sûrs pour la migration, de telle sorte que nous ne soyons pas à nouveau les témoins impuissants de morts et de dévastations qui auraient pu être évitées. N’oubliez pas qu’il s’agit de nos frères et sœurs qui ont été abandonnés en  mer Méditerranée ou qui étouffent dans les camions de trafiquants.
En cas de tragédie, nous sommes prompts à pleurer et à présenter nos condoléances, et encore plus rapidement, à faire des reproches dans toutes les directions. Toutefois, de nombreux responsables politiques devraient avoir honte d’ignorer l’injustice des lois qu’ils promeuvent - qui coûtent tant de vies et privent les survivants de leurs droits fondamentaux - et de développer une rhétorique répugnante autour de la migration. 
Monsieur le Président, pendant que vous soutenez une « libéralisation » de l’économie française, à marche forcée, ne tuez pas la force centrale de toute démocratie libérale : l'humain. Loin de constituer une violation répétée du droit international, le fait d’être un migrant et de demander l’asile n’est pas un crime.

Magid Magid, membre du Parlement européen et de la commission des libertés civiles de la justice et des affaires intérieures (LIBE). 

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale