Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

994 Billets

15 Éditions

Tribune 14 déc. 2021

Contre les comportements discriminatoires, notamment le sexisme du monde médical

Bizutage, pratiques humiliantes, violences obstétricales... un large ensemble d'organisations alerte sur le sexisme en milieu hospitalo-universitaire. Face à une tendance à mettre les problèmes « sous le tapis », elles demandent que soit combattu le « système oppressif, discriminatoire, et patriarcal » par des mesures concrètes dans la formation et dans la prise en charge des plaintes liées à des violences médicales.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

L’actualité récente a mis en lumière plusieurs scandales liés au milieu hospitalo-universitaire qui sont révélateurs des discriminations sexistes omniprésentes dans le milieu médical.

Courant septembre, les agressions sexuelles d'un gynécologue de l'hôpital Tenon (Paris), ponte de l'endométriose, ont été médiatisées après la mobilisation de longue haleine de Marie-Rose Galès, patiente-experte, et du collectif "Stop VOG" (Violences Gynécologiques et Obstétricales @StopVOGfr). Malgré une avalanche de témoignages et l'ouverture d'une enquête interne (après plusieurs semaines de mobilisation), ce médecin exerce encore, notamment grâce à sa haute position hiérarchique. Durant cette affaire, il a également été révélé que les témoins de ces agressions (principalement des étudiant·e·s en médecine), ont été fortement invité·e·s à se taire. 

Quelques semaines plus tard, la presse s'est emparée du "cas" de la fresque du CHU de Toulouse de Purpan, représentant « une femme [...] à moitié nue et à quatre pattes, une autre gisant morte les jambes écartées au milieu des ordures ».

  • Sexisme et « culture carabine »

Ces dernières années, les fresques des salles de gardes des CHU ont fait scandale à plusieurs reprises dans les médias nationaux. Ces fresques sont souvent justifiées par la "culture carabine" : un ensemble de rites et pratiques propres aux étudiant-es en médecine. Son but premier serait d'aider les futurs médecins à prendre de la distance face aux situations, parfois terribles, auxquelles iels sont confronté·e·s durant leur cursus.

Si l'initiative peut sembler justifiée aux premiers abords (on notera néanmoins que nombre de professions sont soumises à des situations difficiles sans sentir le besoin d’être oppressif), force est de constater que de nombreuses pratiques discriminatoires gravitent autour du milieu carabin. Celui-ci s'inscrit en effet dans les logiques les plus abjectes du patriarcat : domination masculine, harcèlements et agressions sexistes et sexuelles sont banalisées, sous prétexte d'un nécessaire recours à l’"humour". Malgré la loi de 1998 contre le bizutage, les soirées Médecine sont des lieux où règnent sexisme, racisme et oppressions diverses, et pendant lesquelles agressions sexuelles et viols sont fréquents. Il existe également des propos LGBTQIphobes banalisés durant les études ou dans le milieu hospitalier ; au point que les étudiant-es LGBTQ+ vivent souvent caché·e·s pour ne pas subir les moqueries ambiantes. 

Sans surprise, les patient·e·s sont évidemment victimes de ce climat de violences. Les maltraitances médicales sont courantes, et affectent tout particulièrement les femmes, premières usagères du système de soin. Parmi elles, les personnes et femmes notamment handicapées, racisées, trans, migrantes, usagères de drogues, sont d’autant plus surexposées aux violences sexistes du corps médical qu'elles sont vulnérabilisées et essentialisées par des discriminations et des systèmes d'oppressions hétéro-patriarcaux croisés renforcés en milieu médical comme le validisme, le racisme, les LGBTQI+phobie, la sérophobie, la psychophobie, la grossophobie… Il n'y a qu'à parcourir les comptes sur les réseaux sociaux de « @StopVOGfr », qui recensent les témoignages de victimes de violences gynécologiques et obstétricales, pour prendre conscience de l'ampleur et de la banalisation de ces phénomènes. Psychiatrisation des symptômes, non-respect du consentement, actes violents...

  • Corporatisme et confraternité

Les possibilités de contestations sont limitées, d'autant plus que le rapport de domination patient·e/médecin agit comme un bâillon supplémentaire à la libération de la parole des victimes. Et c'est sans compter la place du corporatisme, omniprésent dans ce milieu qui constitue un levier de silenciation des éventuel·le·s témoins. Sous couvert du principe de « confraternité », les responsables sont soutenus et couverts par leurs collègues, ce qui leur permet de continuer d’exercer en toute impunité. 

Ajoutons à cela que 25% des étudiant·e·s en médecine sont victimes de harcèlement, 4% des étudiant-e-s en médecine sont victimes d'agressions sexuelles, 60% des agresseurs étant des médecins thésés, et l'on comprend bien que l'ensemble de la formation hospitalière médicale est complice de ces pratiques. A quand un mouvement #metoo en médecine et dans les autres professions de santé ?

  • Revendications

Nous nous opposons à ce système oppressif, discriminatoire, et patriarcal qui nuit à la fois à la formation des futur·e·s médecins, aux étudiant·e·s en santé, aux soignant·e·s et aux patient·e·s.

Ainsi, nous demandons le retrait de toutes les fresques sexistes présentes dans les hôpitaux de France.

Nous demandons que des réformes concrètes soient instaurées dans la formation des médecins afin que celle ci ne soit plus sexiste et discriminatoire envers les étudiant·e·s et les patient·e·s.

Nous demandons que l’interdiction du bizutage soit appliquée et la fin des pratiques "traditionnelles" humiliantes et violentes. 

Nous demandons que le processus de plaintes liées à des violences médicales soit facilité et des engagements pris. Nous demandons que de véritables sanctions soient prises contre les agresseurs, et les médecins responsables, sans mise de ces événements sous le tapis.

Signataires :

  • Organisations:

Le CoMPAS (Collectif de Militant-es, Professionnel-les, et Acteur-rices en Santé)
Le SNJMG (Syndicat national des jeunes médecins généralistes)
Les Dévalideuses
Héroï-nes 95
Compagnie Les Attentives
Collectif d'usager.es pour une gynécologie féministe.
ANCRés (A nos corps résistants)
CGT salarié.es - étudiant.es du Doubs
CLE Autistes (Collectif pour la liberté d'expression des personnes autistes)
Objectif autonomie
Toutes Des Femmes
Groupe d’Action Féministe Rouen
Stop VOG France (stop violences obstétricales et gynécologiques)*
Act up Paris
Collectif AAERS - Autour de l’Adénomyose et l’Endométriose pour la Recherche Scientifique

  • Personnalités

Martin Winckler, Médecin et écrivain
Marie-Hélène Lahaye, autrice du blog Marie accouche là

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance…ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey