Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

936 Billets

15 Éditions

Tribune 15 oct. 2021

Marseille en vrai - l'analyse et les réponses des Marseillais·e·s face au plan Macron

Après sa venue du 2 septembre, Emmanuel Macron est à nouveau à Marseille. Face à la « posture paternaliste » à l’encontre des élu·e·s locaux et à un plan « qui relève de l’assemblage boiteux et de l’expérimentation libérale », un ensemble de collectifs citoyens, « Marseille en vrai », invite les citoyen·ne·s marseillais·e·s à « participer à construire une réponse d’ampleur et se saisir de ces débats qui structureront notre ville pour les prochaines années. »

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Un  mois et demi  après sa venue et son discours du 2 septembre, Emmanuel Macron est à nouveau à Marseille les 15 et 16 octobre. Adoptant une posture paternaliste et de réprimande à l’encontre des élu·es locaux, il vient mettre en œuvre un plan qui relève de l’assemblage boiteux, de l’expérimentation libérale et, cela n’avait surpris personne, de l’entrée en campagne à grands renforts financiers.

Il ne s’agit pas ici pour autant de bouder certains plaisirs

D’abord, la boîte de pandore métropolitaine a enfin été rouverte. Plutôt que de parler de façon méprisante de “chicayas”, une meilleure connaissance de ce débat incessant aurait pu mettre en lumière la quasi-unanimité contre cette structure poussée de terre en 2016 et fonctionnant de façon anti-démocratique. Parmi tous les collectifs citoyens, connus et reconnus à Marseille, qui écrivent ici, aucun n’a par exemple jamais été reçu par les services de Mme Vassal. E. Macron non plus n’a pas daigné recevoir cette société civile agissante, vantée parfois même par ses propres relais locaux. Si aucune réforme démocratique de l’institution n’est prévue pour l’heure, le constat est désormais partagé et nous comptons bien continuer à réclamer la transparence et la démocratie métropolitaine.

Surtout, après des années de mobilisations citoyennes, l’école est redevenue un enjeu central, relayé par les élus locaux et la projection d’un plan de rénovation porté par la nouvelle municipalité. Alors que le coûteux Partenariat Public Privé de Gaudin avait été empêché par une formidable campagne de pétition et un travail judiciaire acharné, que des livres, articles et l’audit citoyen des parents d’élèves et enseignant·es avait mis en lumière l’état de délabrement des écoles, le sujet de leur rénovation est désormais inévitable. Pourtant, en faisant de celui-ci un sujet d’expérimentation pédagogique libérale et nationale, le Président fait tout pour profiter de la situation et appliquer les rêves de concurrence pédagogique de son Ministre Blanquer.

Faire front citoyen

Malgré cela, ce plan Macron s’avère plus petit qu’il n’y paraît. D’abord, la plupart des mesures annoncées relèvent de l’assemblage de projets, souvent libéraux et sécuritaires, parfois insuffisants et dé-corrélés des besoins, que nous connaissions déjà. Surtout, en l’absence de véritable diagnostic et d’écoute des acteurs de terrain, de grandes absentes pointent leur nez : l’inégalité sanitaire dans la ville, le logement, le chômage et la précarité explosives, la transition écologique. Dans une ville où le tourisme est en train de saturer l’accès au logement et la pollution de l’air, alors que des dizaines de milliers de personnes sont au chômage, mal-logé·e·s et en situation d’ultra-précarité alimentaire, Macron tourne le dos à un grand nombre des vrais problèmes de Marseille.

En posant une longue série de projets dans le débat public local, Macron espère peut-être saturer la discussion et disperser les réactions. Nous avons voulu lui répondre collectivement.

Nous avions déjà exprimé nos voix avant sa venue : nous ne voulons pas d’un chèque qui servira à la mise sous tutelle du débat démocratique local. Alors que les finances publiques et pouvoirs des collectivités locales sont en berne dans un cadre austéritaire national, d’une disparition de la taxe d’habitation, de compensation insuffisantes, de compétences dispersées et d’un sous-développement structurel organisé en partie par l’État, nous refusons l’imposition de politiques publiques pensées sans les citoyen·ne·s et qui relèvent aujourd’hui d’une posture paternaliste.

Réunis depuis plusieurs années au sein de différentes réseaux inter-collectifs et inter-associatifs, après un meeting intersyndical et national de l’éducation nationale tenu mardi dernier, nous avons voulu poser ici quelques éléments d’analyse non-exhaustifs du plan d’Emmanuel Macron annoncé le 2 septembre dernier, à destination du grand public, des citoyen·ne·s marseillais·es et des médias. A partir de son propre discours, nous répondons ici au Président Macron : il faut regarder Marseille en vrai, telle qu’elle est, en repartant des diagnostics de terrain, des besoins et en la (re)construisant avec ses habitant·e·s !

Nous proposons ainsi aux citoyen·ne·s marseillais·es de participer à construire une réponse d’ampleur et se saisir de ces débats qui structureront notre ville pour les prochaines années. Ils et elles peuvent d’ores et déjà co-signer cette interpellation, avant que nous nous retrouvions très prochainement pour débattre de ses suites.

Retrouvez la suite de ce texte ici :

(pdf, 1.2 MB)

Pour signer, c'est ici

Les rédacteurs et rédactrices sont des membres des collectifs citoyens, organisés depuis plusieurs années en réseau et portant des propositions communes. Ils et elles se sont appuyées sur les constats et propositions déjà connus des associations, collectifs citoyens, ONGs, syndicats et expert·es scientifiques.

Signataires : 

Cécile Baron et Julien Houles, Collectif des écoles de Marseille
Sébastien Fournier, syndicaliste enseignant
Collectif « Technopolice »
Kevin Vacher, membre du Collectif du 5 novembre
Emmanuel Patris, membre d’n Centre-Ville Pour Tous
Emmanuelle Gourvitch, syndicaliste du secteur culturel
Chantale Meyen, coordinatrice d’ONG
Charlène Fleury et Florence Joly, membres d’Alternatiba Marseille
Mohamed Bensaada, Syndicat des Quartiers Populaires de Marseille
Nicolas Maisetti, chercheur en science politique

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa