Chère Christiane Taubira, portez-vous candidate à l'élection présidentielle

Redistribution des richesses, revalorisation massive des services publics, lutte contre la précarité, transition écologique: les enjeux de la gauche pour la présidentielle de 2022 passent par la « réunion des courants progressistes et écologistes ». À l'initiative de l'écrivaine Cloé Korman et du producteur Maxime Ruszniewski, 80 citoyens, dont Mati Diop et Eric Reinhardt, appellent Christiane Taubira à se présenter à l'élection: « Nous pensons que vous pouvez être l’inspiratrice de cet élan à travers toute la société ».

Madame la Garde des Sceaux, chère Christiane Taubira,

Nous, signataires de cette lettre, sommes unis par la volonté de faire advenir les changements sociaux et écologiques dont la crise sanitaire et politique du Covid a manifesté l’urgence. La diversité du vivant se meurt, les inégalités ne cessent de s’aggraver, nous ne voulons plus être des Cassandre qui voient venir la destruction et ne peuvent rien faire pour l’empêcher.

Nous sommes unis par la conviction que ces changements ne peuvent s’accomplir que par une politique de gauche, que la gauche des partis est affaiblie mais qu’en tant que vision du monde elle sort renforcée de ces mois de drame sanitaire et social, portée par tous les citoyens, associations, professionnels, les millions d’individus prêts à se mobiliser d’autant plus. Nous ne voulons pas laisser ce désir d’action se perdre dans les divisions historiques entre partis d’un même camp.

Les circonstances exceptionnelles que nous traversons démontrent la nécessité d’une mobilisation pour la justice sociale et la transition écologique qui ait la même ampleur que celle qui a été lancée contre la pandémie. Elles réclament une revalorisation massive des services publics. Elles réclament une redistribution des richesses qui cesse de payer de mépris les métiers du soin, de l’éducation et de la justice, qui cesse de faire de la précarité généralisée un gisement de fortune pour quelques uns. Cet objectif va demander une vigilance exceptionnelle, car s’il fallait lutter contre l’épidémie « quoi qu'il en coûte », il ne faudra certainement pas relancer l’économie « à tout prix » – en sacrifiant toujours les mêmes catégories de la population, avec toujours la même indifférence à l’équilibre des écosystèmes.

Si nous voulons réussir, il faut une réunion des courants progressistes et écologistes, et nous pensons que vous pouvez être décisive dans la réalisation de ce mouvement car votre parole est unique. C’est l’une des rares qui échappe à la langue de bois. Votre voix porte grâce à votre parcours singulier, elle porte loin aussi grâce à votre bilan politique, qui compte les avancées les plus marquantes de l’égalité dans la France de ces dernières années, de la loi sur la reconnaissance de la traite et de l'esclavage en tant que crime contre l’humanité à la loi sur le mariage pour tous.

Nous pensons que vous pouvez être l’inspiratrice de cet élan à travers toute la société. Le calendrier politique français nous donne un an et demie pour être à la hauteur de ces enjeux. Avant de nous asseoir et de nous conter la fin lamentable des rois, nous devons œuvrer à un avenir d’égalité des hommes et des femmes entre eux, et de paix avec le vivant. Nous vous invitons à mener ce mouvement, et à vous porter candidate à la présidence de la République.

Veuillez recevoir nos témoignages de reconnaissance, d’inquiétude et d’espoir,

Signataires : 

Aitor Alfonso, enseignant
Mehdi Thomas Allal, maître de conférence à Science Po Paris
Géraldine Aresteanu, photographe
Doumbia Batama, professeure d’economie et gestion en lycée, Conseillere municipale 
Juliette Binoche, comédienne 
Jean-Jacques Boutaud, ingénieur
Meriem Chabani, architecte
Catherine Chabas , éducatrice  
Céline Cousseau, contrôleur de gestion
Alice Diop, réalisatrice
Mati Diop, réalisatrice
Chayma Drira, chercheuse en sciences politiques
Asya Ekmen, médecin
Stéphane Foenkinos, scénariste, réalisateur
Sarah Frioux-Salgas, archiviste 
Julie Garnier, enseignante
Noémie Gillot, directrice de la photographie
Alice Gillot, modéliste
Clara Gonzales, juriste, militante féministe
Fatima Guellati, agent SNCF
Damien Guennif, consultant
Carol Guinebert, gérante d’un magasin de décoration
Christian Henry, peintre 
Vinod Jayaseelan, manager en ressources humaines
Guy Joseph-Edouard, retraité EDF
Harun Karagöz, enseignant
Emine Karagöz, retraitée
Cloé Korman, écrivaine, enseignante 
Liv Magnusson, travailleuse sociale
Dominique Malaspina, retraitée
Catherine Marin, podologue
Tamia Menez B'Chiri , entrepreneure
Jessica Mondesir, assistante maternelle
Nicolas Perrin, musicien
Nora Philippe, productrice, documentariste
Antoine Quint, ingénieur informaticien
Eric Reinhardt, écrivain
Maxime Ruszniewski, producteur 
Emmanuel Ruben, écrivain
Tiphaine Samoyault, écrivaine, traductrice 
Seyba Sima, étudiant à l'Université Paris-Nanterre
Maboula Soumahoro, universitaire
Mélissa Youssouf, conseillère régionale, conseillère municipale

Pour signer la pétition, c'est ici. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.