Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

932 Billets

15 Éditions

Tribune 16 juil. 2019

Lettre ouverte du Canada aux parlementaires français: ne ratifiez pas le CETA !

Alors que la France s’apprête à ratifier l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne (CETA), des organisations de la société civile et citoyens du Canada et du Québec exhortent l’Assemblée nationale et le Sénat à voter contre cette entente qui «favorise une plus grande dérèglementation et donne toujours plus de pouvoir aux entreprises transnationales» au mépris des enjeux démocratiques, sociaux et environnementaux.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Alors que la France s’apprête à ratifier l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne (AÉCG ou CETA), nous, organisations de la société civile et citoyens du Canada et du Québec, en écho à nos homologues français, appelons les membres de l’Assemblée nationale et du Sénat à voter contre cette entente. L’AÉCG est insuffisant et n’offre rien pour s’attaquer aux problèmes majeurs du XXIe siècle, soit les changements climatiques et les inégalités sociales.

Bien au contraire, l’entente conclue favorise une plus grande dérèglementation et donne toujours plus de pouvoir aux entreprises transnationales. L’AÉCG contient un tribunal d’arbitrage (ICS) qui permet aux entreprises de poursuivre les États si leurs profits sont limités par des règlementations. Et cela, malgré une forte opposition parmi les élus et parmi la population. Les transformations cosmétiques effectuées pour rendre ce tribunal plus acceptable n’en changent pas la nature profonde qui demeure nettement antidémocratique.

L’AÉCG contient un chapitre sur la coopération en matière de réglementation (chapitre 28), qui complique en fait grandement l’adoption de règlements et favorise un nivèlement par le bas, dans l’intérêt des firmes qui réduiront leurs coûts, mais pas dans celui des populations, dont la santé et la sécurité pourraient être compromises.

Ce chapitre met en place un « forum de coopération » qui tient des rencontres régulières. Ce forum réunit de hauts représentants du Canada et de l’Union européenne, de même que d’« autres parties », qui sont principalement les lobbyistes de grandes firmes. Leur tâche est « d’examiner les initiatives prévues en matière de réglementation » de manière à les rendre conformes aux souhaits des entreprises concernées.

L’AÉCG favorise une agro-industrie exportatrice, ce qui va à l’encontre de la nécessité de privilégier les circuits courts et une production moins nocive pour l’environnement. C’est ainsi que le Canada a choisi, par exemple, d’avantager ses producteurs de porc et de bœuf aux dépens des fabricants de fromages artisanaux.

Sur le plan de l’agriculture, les deux parties perdent. Les gouvernements subiront des pressions pour approuver des produits répondant à des normes plus souples. Par exemple, les Européens pourront-ils refuser le saumon OGM canadien, alors qu’il n’est pas étiqueté, qu’il est impossible à identifier dans son pays d’origine ? Et qui profitera de tout ça ? Le déficit commercial s’est accru de façon significative pour les Canadiens depuis la mise en œuvre de l’accord.

L’ouverture des marchés publics nous inquiète grandement dans cet accord. Dans quelle mesure sera-t-il possible de soutenir l’économie locale, alors que les grandes entreprises peuvent maintenant répondre aux appels d’offres à tous les niveaux de gouvernement ? Les seuils très bas exigés pour ouvrir les appels d’offres à la concurrence internationale permettent difficilement aux petites entreprises, coopératives, entreprises d’économie sociale de rivaliser avec des multinationales.

Devant les grands problèmes environnementaux auxquels nous sommes confrontés, l’AÉCG ne propose rien de concret et de contraignant. Il favorise au contraire une économie basée sur l’exportation à haute échelle de marchandises, qui nécessite une forte consommation de carburant. Il empêche les gouvernements de se donner les moyens nécessaires pour entreprendre d’urgence une transition écologique plus que nécessaire, par des investissements publics, des nationalisations, des réglementations et un soutien à l’économie locale et écoresponsable. Honteusement, aucune disposition de l’AÉCG n’oblige les pays signataires d’implanter les ententes de l’Accord de Paris et il n’y a aucun mécanisme pour suspendre l’AÉCG si un pays signataire décide de ne plus appliquer cet Accord.

Les raisons pour renoncer à l’AÉCG sont donc nombreuses. Cet accord se situe dans la lignée de ceux qui ont été conçus et signés à la fin du XXe siècle, et qui n’a fondamentalement pas changé, malgré les défis nouveaux devant nous.

Au lieu de les remettre en cause, le Canada et l’Union européenne continuent à soutenir un type d’économie qui n’a profité qu’aux plus privilégiés. Au Canada, l’AÉCG a été ratifié à la course, sans véritable débat démocratique. Refuser de ratifier l’AÉCG, de la part des élus français, pourrait être un pas significatif vers une nouvelle approche de l’économie, qui tient davantage compte des citoyens, des citoyennes, de l’environnement, de la qualité de vie, voire de la survie de notre planète.

Signataires: 

Nadia Ibrahim, Trade Justice Network (tradejustice.ca)

Sujata Dey, Conseil des Canadiens (canadians.org).

Claude Vaillancourt, Réseau québécois sur l'intégration continentale (rqic.quebec)

Appuis du Canada anglais : 

Maude Barlow, présidente honoraire Conseil des Canadiens, prestataire du Nobel alternatif,

Tony Clarke, président, Institut Polaris

Conseil des Canadiens

Union nationale des fermiers (UNF)

Syndicat national des employées et employés généraux (SNEGSP - NUPGE)

Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC)

Sierra Club du Canada

Syndicat des Métallos du Canada

Trade Justice Network (TJN)

Trade Justice Prince Edward Island

Appuis du Québec : 

Michèle Asselin, directrice, Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)

Pierre Beaudet, professeur en développement international de l'Université du Québec en Outaouais

Nancy Bédard, présidente, Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ)

André Bélisle, président, Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA)

Pascal Bergeron, porte-parole, Environnement Vert Plus

Christiane Bernier, citoyenne inquiète

Jean-François Boisvert, secrétaire, Coalition Climat Montréal

Denis Bolduc, président, Syndicat canadien de la fonction publique - Québec (SCFP-Québec)

Stéphane Brousseau, Enjeux Énergies et Environnement 

Dominic Champagne, initiateur, Pacte pour la transition

Nika Deslauriers, présidente Québec solidaire

Bruno Detuncq, membre de Mobilisation Environnement Ahuntsic-Cartierville 

Carolle Dubé, présidente, Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS)

Irène Dupuis, porte-parole de Lotbinière en transition

Sonia Éthier, présidente, Centrale des syndicats du Québec (CSQ)

François Geoffroy, porte-parole du collectif La Planète s’invite au Parlement

Léa Ilardo, porte-parole du collectif La planète s’invite à l’Université

Pierre-Yves Guay, professeur honoraire, Université de Montréal

Amir Khadir, médecin, et ancien député de Mercier à l’Assemblée nationale du Québec

Line Lamarre, présidente, Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ)

Denise Laprise, porte-parole de Montmagny en transition

France Latreille, directrice, Union des consommateurs

Alain Marois, vice-président, Fédération autonome de l’enseignement (FAE)

Katherine MacDonald, présidente, Vigilance OGM

Nima Machouf, médecin et candidate du Nouveau parti démocratique dans Laurier-Sainte-Marie

Robert McBryde, Conseil des Canadiens - Montréal

Diane Perron, Groupe solidarité alimentaire pour la transition

Abdul Pirani, Conseil des Canadiens – Montréal

Pascal Priori, coordonnateur, Alliance pour l'interdiction des pesticides systémique

Caroline Quesnel, présidente, Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec (FNEEQ-CSN)

Joyce Renaud, porte-parole, Mobilisation climat Trois-Rivières

Michèle Rioux, directrice, Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

Germaine Roy, Citoyens Écolos

Odette Sarrazin, coordonnatrice, région Nord, Regroupement vigilance hydrocarbures Québec (RVHQ) 

Simon-Pierre Savard-Tremblay, chroniqueur et auteur, candidat du Bloc québécois 

Anne Schlenker, Conseil des Canadiens - Montréal

Jonathan Théorêt, directeur, Groupe de recherche appliquée en macroécologie (GRAME)

Alexandre Thibodeau, DéclarationsClimatiques.ca

Luc Vachon, président, Centrale des syndicats démocratiques (CSD)

Claude Vaillancourt, président, ATTAC-Québec

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat·e à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras