Front national: des sociétés de journalistes soutiennent Mediapart et Quotidien

Pour les Estivales du Front national, qui débutent samedi, Mediapart et Quotidien n'ont pas obtenu leur accréditation. Contre cette censure médiatique, les sociétés des journalistes de plusieurs médias soutiennent notre journal en ligne et l'émission de Yann Barthes.

Les sociétés des journalistes (SDJ) de plusieurs médias ont envoyé un communiqué commun à l'Agence France-Presse (AFP) vendredi après-midi, dans lequel elles dénoncent le refus du Front national d'accréditer deux médias pour son université d'été, ce week-end.

« Le site d'information en ligne Mediapart et la nouvelle émission de Yann Barthès, "Quotidien" (TMC), se sont vu refuser leur demande d'accréditation par le FN pour les "Estivales de Marine Le Pen" à Fréjus (Var).

Le Front national n’en est pas à son coup d’essai. Depuis de nombreuses années, il a pris l’habitude de choisir les médias et les journalistes autorisés à couvrir ses activités et sa campagne électorale. Ces choix et ces interdictions violent la liberté de la presse. L'article 11 de la Déclaration française des droits de l'homme et du citoyen de 1789 dispose : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi. »

A l’orée de la campagne présidentielle, il est inquiétant de voir un parti politique pratiquer la censure médiatique. Tous les responsables politiques, qui plus est lorsqu'ils postulent à la fonction suprême, doivent être conscients qu'il est inacceptable en France d'exclure des journalistes d'un rassemblement politique.

Les SDJ de Radio France, le Monde, le Figaro, Libération, le Parisien, les Echos, Courrier International, l'AEF, France 2, France 3, TF1, Itélé/Canal+ espèrent que ces interdictions ne se reproduiront plus dans le futur. »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.