Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak

Avant la tenue du référendum constitutionnel du 1er novembre en Algérie et à l'initiative d'un collectif d'Algériens et Algériennes, de très nombreux intellectuels et militants des droits humains à travers le monde appellent à la fin de répression visant des journalistes et des militant.es du Hirak. « Il faut continuer à se mobiliser pacifiquement pour écarter un système politique qui organise l’emprise du commandement militaire sur la vie politique, économique et sociale. »  

« L' Appel à la solidarité avec la lutte du peuple algérien pour les libertés démocratiques et la libération des détenus d'opinion continue de recevoir un large appui non seulement en Algérie mais également parmi tous les peuples du monde. Cette solidarité de femmes et d'hommes épris de justice et de liberté, tout en constituant un encouragement au peuple algérien, indique que l'autoritarisme et la répression qu'il subit ne doivent pas se dérouler dans le silence comme veulent l'imposer les gouvernants parce que le combat du peuple algérien pour la liberté revêt une dimension universelle. »

Le soulèvement pacifique du peuple algérien, en action depuis février 2019 pour la conquête de ses libertés démocratiques, a su faire preuve de sagesse et d’un sens élevé des responsabilités en recommandant aux manifestants de renoncer aux marches, jusque-là suivies massivement, pour éviter la propagation de l’épidémie du coronavirus.

Né pour construire un meilleur avenir pour le pays, il a ainsi agi en cohérence avec ses objectifs de libertés et de droits humains, soucieux des intérêts supérieurs du pays.

Les acteurs et les actrices de ce soulèvement savent que, pour atteindre leurs objectifs, il faut continuer à se mobiliser pacifiquement pour écarter un système politique qui, derrière une façade civile et des élections manipulées, organise l’emprise du commandement militaire sur la vie politique, économique et sociale.

Au lieu de suivre la voie de la sagesse et le sens élevé des responsabilités montrés par les acteurs du soulèvement et de répondre à leurs aspirations légitimes, les dirigeants algériens, toujours préoccupés par leurs luttes internes de pouvoir, échafaudent des feuilles de route remplies de promesses visant la sauvegarde de leurs propres intérêts.

Pour répondre aux aspirations populaires exprimées depuis février 2019, la voie est dans l’ouverture des scènes politiques et médiatiques, débarrassées de la surveillance des services de sécurité. Elle est dans l’engagement, par le dialogue et la négociation avec les acteurs du Hirak, d’une véritable transition démocratique, pouvant assurer un État de droit, garant des libertés individuelles et collectives.

Cette réorientation politique des dirigeants algériens doit passer par la libération immédiate de tous les détenus politiques ou d’opinion aujourd’hui incarcérés par des juges soumis, avec des incriminations qui n’ont rien à voir avec leur combat pour les droits humains et les libertés démocratiques.

La condamnation à deux ans de prison ferme de Khaled Drareni ce 15 septembre 2020, ainsi que celle d'Abdelkrim Zeghilèche à la même peine, sont l'ultime démonstration de cette justice aux ordres. Les peines écopées par ces deux journalistes, punis pour avoir exercé avec honnêteté, responsabilité et engagement leur travail d’information, sont les plus lourdes prononcées contre des journalistes depuis l'indépendance de l'Algérie.

Le combat du peuple algérien pour la conquête de ses droits légitimes mérite la solidarité agissante de toutes les femmes et de tous les hommes épris de justice et de liberté. Nous manifestons notre solidarité à ce combat et :

- dénonçons la politique répressive menée par le pouvoir algérien envers le Hirak pacifique et responsable, qui est un espoir de libération et d’émancipation citoyennes ;

- exigeons la libération immédiate et sans condition de tous les journalistes et de tous les détenus politiques et d’opinion ;

- alertons les différentes organisations internationales pour exiger de l’État algérien le respect de tous les traités et conventions de défense des droits humains ratifiés par l’Algérie ;

- appelons solennellement le chef de l’État algérien à faire respecter, effectivement, les droits et libertés des citoyennes et des citoyens établis par les conventions internationales et dûment ratifiées par l’Algérie.

Pour vous joindre à cet appel : acda.dz@gmail.com

Premiers signataires (par ordre alphabétique)

Belaïd Abane, professeur de médecine, politologue (Algérie)
Hassine Abassi, ancien secrétaire général de l'UGTT, Prix Nobel de la Paix 2015 (Tunisie)
Aïcha Abdelmoumen, retraitée (Algérie)
Fouad Abdelmoumni, secrétaire général de Transparency Maroc, économiste (Maroc)
Adel Abderrezak, enseignant universitaire (Algérie)
Ramdane Achab, éditeur (Algérie)
Gilbert Achcar, professeur d’université, essayiste (Liban)
Lahouari Addi, sociologue, professeur d’université (Algérie)
Fouzia Adel, militante de Solidarité Palestine (France/Algérie)
Abderrahim Afarki, bibliothécaire (Maroc/France)
Rachid Ahnou, expert-comptable (Algérie)
Ayad Ahram, président de l’ASDHOM (Maroc)
Manel Aisa, président de l'Ateneu Enciclopèdic Popular, Catalogne (Espagne)
Nadia Aïssaoui, sociologue (Algérie)
Massinissa Aït Ahmed, musicien, Catalogne (Espagne)
Ali Aït Djoudi, président de Riposte internationale (France/Algérie)
Omar Aït Oussaïd, médecin (France)
Sanhadja Akrouf, militante associative et féministe (Algérie)
Hala Alabdala, cinéaste (Syrie)
Bartomeu Albertí, éditeur, Mallorca, Baléares
Yassin Al-Hadj Saleh, écrivain (Syrie)
Zineb Ali-Benali, professeur émérite de littératures francophones (France)
Tewfik Allal, coordinateur d'ACDA (Agir pour le changement et la démocratie en Algérie)
Paul Alliès, professeur émérite, Université de Montpellier (France)
Hassan Allod, membre du secrétariat de la CMODH (Maroc)
Maram Al Masri, poétesse (Syrie)
Marc Almodóvar, journaliste, Catalogne (Espagne)
Ghanima Ammour, poétesse (Algérie)
Samia Ammour, militante associative (Algérie)
Oriol Andrés, journaliste, Catalogne (Espagne)
Hamid Arab, journaliste (France/Algérie)
Aïcha Arnaout, artiste peintre, poétesse (Syrie)
Antoine Artous, responsable de la revue « Contre-Temps » (France)
Sion Assidon, citoyen (Maroc)
Pierre Audin, Association Josette et Maurice Audin (Algérie, France)

Sofiane Baba, professeur d’université (Canada)
Bertrand Badie, professeur émérite, Science-po Paris (France)
Pierre-Robert Baduel, sociologue politique, directeur de recherche honoraire au CNRS, (France)
Malika Bakhti, ingénieur d’études (France)
Anis Balafrej, ingénieur (Maroc)
Etienne Balibar, philosophe (France)
Brigitte Bardet-Allal, professeure de lettres classiques (France)
Mahfoud Bedrouni, vice-président de l'Association nationale de lutte contre la corruption (Algérie)
Adda Bekkouche, juriste (France)
Yacine Belahcene, musicien, Catalogne (Espagne)
Saïd Belguidoum, sociologue, enseignant-chercheur (France/Algérie)
Souhayr Belhassen, présidente d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH)
Akram Belkaïd, journaliste (Algérie)
Farouk Belkeddar, militant associatif (France/Algérie)
Hocine Bena, professeur d'histoire (France)
Sana Ben Achour, juriste, fondatrice de la Maison des femmes Beyti (Tunisie)
Bachir Ben Barka, président de l'Institut Mehdi-Ben Barka (Maroc)
Kamel Bencheikh, écrivain et chroniqueur (Algérie)
Madjid Benchikh, professeur émérite, ancien doyen de la Faculté de droit d’Alger (Algérie)
Mustapha Benfodil, journaliste et écrivain (Algérie)
Raymond Benhaïm, membre du CEDETIM (Maroc)
Yasmine Benhamza-Flitti, militante des droits des exilés (France/Algérie)
Nourredine Benissad, président Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (Algérie)
Abdessatar Ben Moussa, ancien bâtonnier et président honoraire de la LTDH, Prix Nobel de la paix 2015 (Tunisie)
Karim Bennabi, conseil communication et médias (Algérie)
Sebastià Bennassar, écrivain, Mallorca, Baléares
Ali Bensaad, géographe, professeur d’université (France)
Mohamed El Moncef Bentchikou, professeur émérite des universités
Samta Benyahia, artiste plasticienne (France)
Madjid Ben Yaou, enseignant-chercheur à l’université (Algérie)
Othmane Benzaghou, expert en risques financiers et coordinateur de Doustourouna (Algérie)
Belkacem Benzenine, politologue, chercheur (Algérie)
Sophie Bessis, historienne (Tunisie)
Mariano Bona, militante de « Algérie au coeur » Isère (France)
David Bondia, professeur de droit, président de IDHC, Catalogne (Espagne)
Mostepha Bouchachi, avocat (Algérie)
Hmimi Bouider, militant du FFS et ex-détenu (Algérie)
Mohamed Boulaïch, militant politique (Maroc)
Omar Boulesnam, chef d'entreprise (Allemagne/Algérie)
Alima Boumediene-Thiery, avocate (France)
Mouloud Boumghar, professeur d'université (Algérie)
Omar Bouraba, militant politique (Algérie/France)
Txell Bragulat, directrice de la Mostra Cinema Àrab i Mediterrani de Catalunya (Espagne)
Ali Brahimi, juriste et militant démocrate (Algérie)
Youssef Brahimi, consultant Nations unies (Algérie)
Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières (France)
Joan Buades, professeur, activiste écologiste, Mallorca, Baléares
Guillem Balboa Buika, député de MES pour le Conseil de Mallorca, Baléares
Bel Busquets, vice-présidente du Conseil de Mallorca, Baléares

Yves Cabanes, urbaniste, professeur émérite (France)
Nour Carmona, artiste (France)
Hamid Challal, militant associatif (France/Algérie)
Philippe Chamek, membre de Mémorial 98 (France)
Gérard Chaouat, directeur de recherches émérite (France)
Jacqueline Charretier, militante des droits de l’homme (France)
Kacem Chebab, militant des droits humains et syndicaliste (Maroc)
Mouhieddine Cherbib, militant des droits humains, membre fondateur de la CRLDHT (Tunisie)
Khadija Cherif, sociologue, militante féministe (Tunisie)
Alice Cherki, psychanalyste (France/Algérie)
Philippe Chesneau, militant écologiste (France)
Noam Chomsky, écrivain, professeur émérite (Etats-Unis)
Driss Chouika, réalisateur-producteur (Maroc)
Jean-Louis Comolli, cinéaste, écrivain (France)
Stefano Cristante, sociologue (Italie)
Albertina Cuppini, retraitée (Italie)

Bachir Dahak, juriste, militant associatif (France)
Ahmed Dahmani, économiste (Algérie)
Labiba Daïfallah-Djermani, consultante (France/Algérie)
Leyla Dakhli, historienne, CNRS (France)
Jocelyne Dakhlia, universitaire (France)
Maria Dantas, députée au Congrès espagnol (GP républicain), Catalogne (Espagne)
Pierre Dardot, philosophe (France)
Emmanuel Decaux, professeur émérite, ancien président du Comité des Nations unies contre les disparitions forcées (France)
Olivier de Frouville, juriste, professeur d’université (France)
Tahar Dekar, cadre comptable et financier (Algérie)
Bruno Della Sudda, militant altermondialiste et autogestionnaire (France)
Ouardia Derriche, militante associative et féministe (Belgique)
Souleymane Bachir Diagne, philosophe, Columbia University, directeur de Institute of African Studies (Sénégal)
Nacer Djabi, sociologue, professeur émérite (Algérie)
Yahia Djafri, enseignant (France)
Fafia Djardem, psychiatre, psychanalyste (France/Algérie)
Hubert Moriceau, ingénieur (France)
Kaci Djebbara, étudiant (Algérie)
Saïd Doumane, économiste (Algérie)
Bernard Dréano, président du CEDETIM (France)
Jean-Numa Ducange, historien (France)
Pierre Dufour, militant paysan, citoyen du monde
Marie-Hélène Dumas, écrivaine et traductrice (France)
Nacera Dutour, porte-parole du Collectif des familles de disparus en Algérie (Algérie)

Miguel Eek, cinéaste, Mallorca, Baléares
Mohammed El Adbi, professeur retraité (Maroc)
Asmahan El Batraoui, traductrice (Egypte)
Belaïd Elbousky (États-Unis/Maroc)
Stéphane Eljaran, de l'Union syndicale Solidaires (France)

Ahmed Farradji, retraité de l'Education nationale (Algérie)
Jacques Fath, spécialiste des relations internationales (France)
Txell Feixas, journaliste, Catalogne (Espagne)
David Fernandez, journaliste, ancien député, Catalogne (Espagne)
Luigi Ferrajoli, professeur émérite de philosophie du droit, Université de Rome (Italie)
Patrick Fodella, militant associatif et syndical (France)
Jacques Fontaine, géographe, retraité de l'Université de Besançon (France)
Clara Fontanet, documentaliste et galeriste, Mallorca, Baléares
Guillem Frontera, écrivain, Mallorca, Baléares
Jean Frouin, membre de la Ligue des droits de l’Homme (France)

René Gallissot, historien, professeur émérite (France)
Domenico Gallo, magistrat, président de section à la Cour de cassation (Italie)
Aritz Garcia, président de SODEPAU, Catalogne (Espagne)
Isabelle Garo, philosophe (France)
Luca Gervasoni, président de Lafede (Organisation des ONG des droits de l’Homme), Catalogne (Espagne)
François Gèze, éditeur (France)
Nasser Eddine Ghozali, professeur d'université (Algérie)
William Goldberg, président de la fédération de Lyon de la LDH (France)
Ricard Gonzalez, journaliste, Catalogne (Espagne)
Larbi Graïne, journaliste (Algérie)
Ali Guenoun, historien (France)
Michelle Guerci, journaliste (France)

Janette Habel, politologue (France)
Subhi Hadidi, critique littéraire, éditorialiste (Syrie)
Sadek Hadjerès, écrivain, ancien dirigeant du PAGS (Algérie)
Anis Hadj Henni, entrepreneur (Canada)
Ratiba Hadj-Moussa, professeure titulaire de sociologie, York University Toronto (Canada)
Ghassan Hage, anthropologue, écrivain (Liban)
Muriam Haley Davis, historienne (Etats-Unis)
Hamid Hami, retraité Education nationale (Algérie)
Abdelkader Haoues, avocat auprès de la Cour suprême et du Conseil d'Etat (Algérie)
Mohammed Harbi, historien (Algérie)
Zaher Harir, ingénieur, président du Forum de solidarité euro-méditerranéen (France/Algérie)
Jean-Marie Harribey, économiste (France)
Bahey-Eddin Hassan, directeur du Cairo Institute for Human Right studies (Egypte)
Fatiha Hassanine, photographe, directrice de production (Algérie)
Jamila Heitz, professeure (Suisse/Algérie)
Yacine Herirèche, consultant en management de la qualité (Algérie)
Albert Herszkowicz, membre de l’association Mémorial 98 (France)
Ghazi Hidouci, ancien ministre de l'économie en exil (Algérie)
Hacène Hirèche, consultant (France)
Mahmoud Hussein, écrivains (Egypte)
Michel Husson, économiste (France)

Ali Ihaddadene, enseignant (Canada/Algérie)
Saliha Ibersiene, informaticienne (Algérie)
Ahmet Insel, essayiste, politologue (Turquie)
Franco Ippolito, ancien magistrat à la Cour de cassation, président de la Fondation Lelio-Basso (Italie)

Hana Jaber, chercheuse (Liban)
Ramin Jahanbegloo, philosophe, vice-directeur du Centre Mahatma-Gandhi pour la paix, Jindal Global University India (Iran)
Jill M. Jarvis, Assistant Professor, Department of French, Yale University (Etats-Unis)
Kamel Jendoubi, militant des droits humains, expert auprès du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme pour le Yément (Tunisie)
Alain Joxe, directeur d’études à l’EHESS (France)

Abdelkader Kacher, professeur d'université (Algérie)
Aïssa Kadri, sociologue, professeur d'université (Algérie)
Myriam Kendsi, artiste peintre (France/Algérie)
Omar Kezouit, membre d’ACDA, militant pour une Algérie démocratique et sociale (France/Algérie)
Abdelhalim Khairedine, avocat et enseignant en droit (Algérie)
Pierre Khalfa, économiste (France)
Tahar Khalfoune, juriste (Algérie)
Habib Kheddache, avocat (Algérie)
Elias Khoury, romancier (Liban)
Toufik Kloul, promoteur (Algérie)
Bassma Kodmani, politologue (France/Syrie)
Aziz Krichen, écrivain (Tunisie)
Isabelle Krzywkowski, professeure des universités (France)

Abdellatif Laabi, poète (Maroc)
Souad Labbize, écrivaine (Algérie)
Kamal Lahbib, défenseur des droits de l'Homme (Maroc)
Mehdi Larbi, sociologue, professeur d’université (Algérie)
Seddik Lardjane, ancien cadre supérieur, ancien journaliste économique (Algérie)
Aziz Latrach, militant associatif (Maroc)
Olivier Le Cour Grandmaison, universitaire (France)
Catherine Lévy, sociologue (France)
Miquel Àngel Llauger, poète et traducteur, Mallorca, Baléares
David Llistar, directeur de Justicia global i cooperacio international, Catalogne (Espagne)
Joan Llodrà, député de MES, Conseil de Mallorca, Baléares
Marta Ball Llosera, écologiste, Catalogne (Espagne)
Farid Lounis, étudiant (France)
Miriam Lowi, politologue (Etats-Unis)
Michael Löwy, sociologue (France)

Latifa Madani, journaliste (France/Algérie)
Mouloud Madoun, professeur (France/Inde)
Ahmed Mahiou, ancien doyen de la Faculté de droit d’Alger et ancien juge ad-hoc à la Cour internationale de justice (Algérie)
Ziad Majed, politiste, écrivain (Liban)
Gilles Manceron, historien (France)
Marc Mangenot, économiste (France)
Pierre Mansat, président de l’Association Josette et Maurice Audin (France)
Farouk Mardam Bey, historien, éditeur (Syrie)
Tomeu Martí, écrivain, journaliste, Mallorca, Baléares
Joan Josep Mas, député de MES, Mallorca, Baléares
Souad Massi, artiste (Algérie/France)
Gustave Massiah, membre du conseil du Forum social mondial (France)
Achille Mbembe, professeur d’histoire et de sciences politiques à l'Université du Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud (Cameroun)
Hanny Megally, collaborateur principal, Centre on International Cooperation, New York University (Égypte/Etats-Unis)
Sid-Ali Mekhane, retraité (Finlande/Algérie)
Jacques Menigoz, militant des droits de l'Homme (France)
Marc Mercier, président du Réseau Euromed France
Christine M. Merkel, responsable du département de la culture et de la communication (Mémoire du monde), Commission allemande pour l'UNESCO (Allemagne)
Samia Messaoudi, journaliste, association Au nom de la mémoire (France/Algérie)
Amar Mohand-Amer, historien (Algérie)
Hamid Moumène, ingénieur retraité (France)
Rosa Moussaoui, journaliste (France)
Amel Mouterfi, enseignante-chercheure (Algérie)

Leïla Nachawati Rego, écrivaine (Espagne)
Jean-Baptiste Naguib, défenseur des droits de l’Homme (France)
Habib Nassar, avocat, directeur des politiques et de la recherche, Impunity Watch (Liban/Pays-Bas)
Josep Maria Navarro, anthropologue, Catalogne (Espagne)
Mamadou Niang, syndicaliste de la CGTM (Mauritanie)
Pap Ndiaye, historien, professeur à Science-po Paris (France)
Antoni Noguera, coordinateur de MES pour Mallorca, Baléares

Perrine Ollf, membre de l'UJFP (France)
Marc Ollivier, chercheur CNRS retraité (France)
Karim Ouaras, sociolinguiste (Algérie)
Salah Oudahar, directeur du festival Strasbourg-Méditerranée (France)
Mehdi Ourdani, informaticien (Algérie)

Isidre Pallàs, conseiller, mairie de Garrigoles, Catalogne (Espagne)
Jaime Pastor, professeur de sciences politiques, éditeur, Madrid (Espagne)
Jean Perrin, ingénieur honoraire (France)
Marcel Pich, musicien, Mallorca, Baléares
Baltasar Picornell, ancien président du Parlement des Iles Baléares
Antoni Pingrau Soli, professeur de droit, Université de Tarragone (Espagne)
Edwy Plenel, journaliste (France)
Damià Pons, professeur de littérature catalane à l’Université de Mallorca, Baléares
Pere Antoni Pons, écrivain, Mallorca, Baléares
Marc Schade Poulsen, chercheur invité, Université de Roskilde (Danemark)

Larbi Rabdi, universitaire (Algérie)
Fatiha Rahmouni, avocate (France)
Margalida Ramis, porte-parole du GOB (Organisation unitaire de l'écologie), Baléares
Eulalia Reguant, ancien député, Catalogne (Espagne)
Fabrice Riceputi, historien (France)
Santiago Alba Rico, philosophe (Espagne)
Michèle Riot-Sarcey, historienne (France)
Anabel Riveras, chef d’entreprise, Mallorca, Baléares
Madeleine Robbez-Masson, retraitée (France)
Massaoud Romdhani, militant des droits de l'Homme (Tunisie)
Natalia Roma, journaliste, Catalogne (Espagne)
Henri Rossi, architecte retraité, militant des droits de l’Homme (France)
Joan Roura, journaliste, Catalogne (Espagne)
Khadija Ryadi, coordinatrice de la Coordination maghrébine des organisations des droits humains (CMODH), lauréate du prix des Nations unies pour les droits de l’Homme (Maroc)

Farid Saâdi-Leray, sociologue (France)
Slimane Saadoun, écrivain (Algérie)
Lana Sadeq, présidente du Forum Palestine Citoyenneté (Palestine)
Madani Safar Zitoun, sociologue, professeur d’université (Algérie)
Nadji Safir, sociologue (Algérie)
Pierre Salama, économiste, professeur émérite, Université Sorbonne-Paris-Nord (France)Nour Salameh, chercheuse, traductrice, Catalogne (Espagne)
Malik Salemkour, président de la Ligue des droits de l’Homme (France)
Benet Salellas, avocat, Catalogne (Espagne)
Saïd Salhi, vice-président de la LADDH (Algérie)
Noureddine Saoudi, militant droits humains (Maroc)
Tewfik Sari, professeur d’université (France)
Mamadou Moctar Sarr, secrétaire exécutif FONADH (Mauritanie)
Philippe Schepens, professeur émérite à l'Université de Franche-Comté (France)
Kenza Sefrioui, éditrice (Maroc)
Gabriela Serra, enseignante, activiste et ancien député de la CUP (Espagne)
Jaume Serra, artiste plasticien, Mallorca, Baléares
Hamid Seyad, membre du bureau exécutif de l'Instance nationale de défense des biens publics (Maroc)
Todd Shepard, historien Johns Hopkins University (Etats-Unis)
Menad Si Ahmed, climatologue (Algérie)
Patrick Silberstein, éditeur (France)
Evelyne Sire-Marin, magistrate, ancienne présidente du Syndicat de la magistrature (France)
Francis Sitel, membre de la rédaction de la revue « Contre-Temps » (France)
Nabila Smaïl, avocate (Algérie)
Geneviève Stalla-Moriceau, psychologue (France)
Jordi Solé, euro-parlementaire (Vert/ALE), Catalogne (Espagne)

Amar Taleb, militant pour la démocratie (Algérie)
Hocine Tandjaoui, écrivain (France)
Emmanuel Terray, anthropologue (France)
Philippe Texier, magistrat, président du Tribunal permanent des peuples (France)
Jean-Pierre Thorn, cinéaste (France)
Gianni Tognoni, secrétaire général du Tribunal permanent des peuples (Italie)
Enzo Traverso, historien, professeur d’université (Etats-Unis)
Antoni Trobat, journaliste, historien, Mallorca, Baléares
Neus Truyol, conseiller Mairie de Palma (Espagne)
Francesc Tubau, activiste social, Catalogne (Espagne)

Arnaud Veïsse, médecin, Paris
Françoise Vergès, politologue (France)
Marie-Christine Vergiat, militante des droits de l’Homme, ancienne députée européenne (France)
Vicenç Vidal, sénateur pour les Iles Baléares (Espagne)

Lynn Welchman, professeure de droit, Université de Londres (Royaume-Uni)
Michel Wilson, co-président de « Coup de soleil » Auvergne/Rhônes-Alpes (France)

Mohamed Idir Yacoub, militant FFS
Samir Yahiaoui, architecte (France)
Farid Yaker, citoyen militant (France/Algérie)

Ahmed Zefzafi, porte-parole de l’Association TAFRA de défense des prisonniers politiques du Hirak du Rif (Maroc)
Youcef Zirem, écrivain (Algérie)
Abdallah Zniber, militant associatif, ancien président de IDD (Maroc)
Rachid Zouaimia, juriste, professeur d'université (Algérie)
Ayad Zoubir, retraité (Algérie)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.