Lettre ouverte des universitaires de Birzeit en Palestine

Les universitaires de Birzeit, en Palestine, appellent la communauté académique internationale à protester «contre le harcèlement délibéré que le gouvernement israélien fait subir aux étudiants et aux collègues internationaux» qui veulent travailler avec des institutions universitaires palestiniennes.

Nous, de l’université de Birzeit, appelons la communauté universitaire à protester contre le harcèlement délibéré que le gouvernement israélien fait subir aux étudiants et aux collègues internationaux qui voyagent en Palestine afin d’étudier ou de travailler dans des institutions universitaires palestiniennes.

Les dernières années ont vu de nombreux étudiants et collègues internationaux arrêtés, interrogés, et/ou déportés par les services de sécurité israéliens alors qu’ils essayaient d’entrer en Palestine par les points d’entrée contrôlés par Israël.

Ces mesures excessives violent la liberté académique, le droit à l’éducation et le libre échange des étudiants et des universitaires. De telles actions sont souvent menées sans aucune charge et incluent des techniques d’interrogation, dont beaucoup constituent une agression verbale. Ceci est une autre violation flagrante des droits humains fondamentaux par l’occupation israélienne.

Nous appelons la communauté académique internationale - particulièrement les universités - à manifester leur solidarité avec leurs propres étudiants et collègues, ainsi qu’avec les institutions palestiniennes, dans une condamnation commune de ces pratiques injustes et de ces violations. Nous vous appelons aussi à intensifier vos efforts pour boycotter Israël et ses institutions universitaires jusqu’à la fin de ses violations des droits humains des Palestiniens.

Le droit d’accès aux institutions académiques palestiniennes est dénié par un abus de pouvoir systématique dont l’objectif est de décourager des membres potentiels de la communauté académique, couplé avec une menace implicite de représailles au cas où les membres de cette communauté persisteraient à faire valoir leurs droits. Les conventions des droits humains affirment que l’accès à l’éducation doit être accordé sur la seule base du mérite et de la compétence. Mais dans cette situation unique, Israël refuse l’accès à l’université et punit injustement ceux qui le réclament.

La décision de certaines institutions internationales d’empêcher leurs étudiants de s’impliquer avec leurs homologues palestiniens donne un renfort aux autorités israéliennes pour implémenter ces violations. La condamnation devrait au contraire être dirigée contre le harcèlement en Palestine, par l’autorité israélienne, des propres étudiants et universitaires de ces institutions.

Une telle décision reflète la triste réalité qui punit les victimes de la discrimination et de la violation des droits humains par Israël, ainsi que les institutions universitaires palestiniennes. Les étudiants et les universitaires qui font l’expérience, de la part de l’autorité israélienne, de la discrimination, du harcèlement et d’un refus d’entrée devraient recevoir le soutien et la protection de leurs propres Etats et de leurs propres institutions universitaires.

 

Cette tribune a été traduite par l'AURDIP (Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.