Féminicides: l’indifférence tue

Dans cette deuxième lettre ouverte à Emmanuel Macron, un collectif féministe, qui réunit notamment Caroline De Haas, Rokhaya Diallo et Inna Shevchenko, propose au président de la République cinq politiques publiques ambitieuses pour mettre fin aux féminicides.

Monsieur le Président,

Nous reprenons notre plume, quelques mois après notre première lettre. Début juillet, nous vous proposions cinq mesures d’urgence à mettre en place pendant l’été pour prévenir les féminicides. Vous avez manifestement manqué de temps pour nous répondre et aucune de nos propositions n'a été retenue. 

L’été est donc passé, dans l’indifférence la plus totale. Les féminicides ont continué. 

Le « Grenelle des violences conjugales » organisé début septembre, devait apporter des réponses. Malheureusement, un empilement de petites mesures, sans moyens financier, ne fait pas une politique publique. 

Vous le savez sans doute, Monsieur le Président, lundi, deux femmes sont mortes assassinées par leurs conjoints. Johanna et Chafia. Johanna avait échappé à une tentative de meurtre en août, une plainte avait été déposée. Classée sans suite. Chafia était victime de violences depuis plusieurs années. Les voisins avaient prévenu les forces de l’ordre à de multiples reprises. 

Nous sommes sidérées. Ces féminicides auraient pu être évités. Dans les deux cas, leurs conjoints avaient déjà été mis en cause pour des faits de violences et étaient connus des services de police. Aucun dispositif n’a été pris pour les empêcher d’approcher les victimes. 

Comment notre pays peut-il être à ce point incapable de protéger les femmes victimes de violence au sein de leurs couples ? 

Monsieur le Président, ces violences ne sont pas une fatalité. Elles peuvent cesser si des politiques publiques ambitieuses sont mises en place. 

Nos propositions sont sur la table : 

  • Formation des professionnel.le.s à détecter les violences et à réagir de manière efficace
  • Création de places d’hébergement pérennes dans des centres dédiés
  • Démultiplication des ordonnances de protection et systématisation des bracelets électroniques pour les conjoints violents condamnés
  • Campagne de prévention nationale sur le modèle de celles qu’on a connues pour la sécurité routière
  • Education obligatoire à l’école. 

Que se passe-t-il Monsieur le Président ? Comment expliquer cette indifférence ? La vie des femmes ne vaut-elle à ce point rien que vous ne trouviez pas le temps de réagir ou, simplement, de nous répondre ?

En ce moment même, des femmes sont en danger. L’Etat doit les protéger. Plus de 100 femmes sont mortes assassinées depuis le premier janvier. Agissez avant que la liste des mortes ne s'allonge encore.

Signataires :

Rebecca Amsellem, Les Glorieuses

Pénélope Bagieu, autrice

Diaryatou Bah, Excision Parlons-en !

Lauren Bastide, journaliste et productrice

Caroline De Haas, #NousToutes

Rokhaya Diallo, journaliste

Marine Périn, journaliste et vidéaste

Caroline Rebhi, Le Planning Familial 

Inna Shevchenko, Femen

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.