Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

952 Billets

15 Éditions

Tribune 20 mars 2018

La loi sur le secret des affaires est un danger pour nos libertés fondamentales

L’Assemblée nationale et le Sénat s’apprêtent à voter via une procédure accélérée une proposition de loi portant « sur la protection des savoir-faire et des informations commerciales non divulgués (secrets d'affaires) contre l'obtention, l'utilisation et la divulgation illicites ». Lanceurs d'alertes, syndicats, ONGs, journalistes dont ceux de Mediapart, chercheurs, et simples citoyens, s'opposent à l'application en l'état de cette loi en France.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Ce texte, qui sera étudié en séance publique à l’Assemblée nationale le 27 mars 2018 et qui porte sur « la protection des savoir-faire et des informations commerciales non divulgués contre l'obtention, l'utilisation et la divulgation illicites », est la transposition d'une directive européenne adoptée en 2016 malgré les mises en garde des ONG, des syndicats, des journalistes, des chercheurs et l'opposition massive des citoyens. Cette directive a été élaborée par les lobbies des multinationales et des banques d’affaires qui souhaitaient un droit plus protecteur pour leurs secrets de fabrication et leurs projets stratégiques, alors que le vol de documents et la propriété intellectuelle sont déjà encadrés par la loi.

La France dispose de marges de manœuvre importantes pour la transposition de la directive dans notre droit national, et peut préserver les libertés tout en respectant le droit européen. Pourtant, le gouvernement et la majorité semblent avoir choisi, en catimini, de retenir une option remettant gravement en cause l’intérêt général et le droit des citoyens à l’information. La proposition de loi sur le secret des affaires a des implications juridiques, sociales, environnementales et sanitaires graves. De fait, ce texte pourrait verrouiller l'information à la fois sur les pratiques et les produits commercialisés par les entreprises.

En effet, la définition des « secrets d'affaires » est si vaste que n'importe quelle information interne à une entreprise peut désormais être classée dans cette catégorie. L’infraction au secret des affaires aurait lieu dès lors que ces informations seraient obtenues ou diffusées et leur divulgation serait passible de sanctions pénales. Les dérogations instituées par le texte sont trop faibles pour garantir l’exercice des libertés fondamentales. Des scandales comme celui du médiator ou du bisphénol A, ou des affaires comme les Panama Papers ou LuxLeaks pourraient ne plus être portés à la connaissance des citoyens.  

Qu’il s'agisse d’informations sur les pratiques fiscales des entreprises, de données d’intérêt général relatives à la santé publique ou liées à la protection de l’environnement et à la santé des consommateurs, les journalistes, les scientifiques, les syndicats, les ONG ou les lanceurs d'alertes qui s'aventureraient à rendre publiques de telles informations s'exposeraient à une procédure judiciaire longue et coûteuse, que la plupart d’entre eux seraient incapables d’assumer face aux moyens dont disposent les multinationales et les banques. C'est là le pouvoir de cette loi : devenir une arme de dissuasion massive.

Pour les téméraires qui briseront cette loi du silence, on peut toujours espérer que les tribunaux feront primer la liberté d’expression et d'informer... La récente affaire Conforama indique plutôt le contraire. Les soi-disant garanties proposées par le gouvernement français aux journalistes, aux lanceurs d'alertes et aux syndicats ne couvrent pas tous les domaines de la société civile et notamment le travail des associations environnementales. Ces dérogations ne sont qu'un piètre hommage aux grands principes de la liberté d'informer. Elles ne vaudront pas grand chose devant une juridiction armée d'un nouveau droit érigeant le secret des affaires en principe, et la révélation d’informations d’intérêt public en exception.

Cette offensive sans précédent sur notre droit à l'information est un enjeu démocratique majeur qui est en train de mobiliser l'ensemble de la société civile, comme le montre le succès de la pétition dans ce sens. Lanceurs d'alertes, syndicats, ONG, journalistes, avocats, chercheurs et citoyens : nous nous opposerons à l’adoption en l’état de cette loi. Le droit à l’information et l’intérêt des citoyens ne sauraient être restreints au profit du secret des affaires.

Pour signer la pétition, c'est ici

SIGNATAIRES :

Pablo Aiquel, journaliste, SNJ-CGT

Éric Alt, vice-Président de l’association ANTICOR

Patrick Apel-Muller, directeur de la rédaction de l’Humanité

Anthony Bellanger, secrétaire général de la Fédération internationale des journalistes

Eric Beynel, porte-parole de l'union syndicale Solidaires

Sophie Binet, Secrétaire générale adjointe de l'UGICT CGT

Thomas Borrel, porte-parole de Survie

Dominique Cellier, président de Sciences Citoyennes

Florent Compain, président Les Amis de la Terre France

Sandra Cossart, directrice de Sherpa

Antoine Deltour, lanceur d’alertes Luxleaks

Dr Marc Arazi, lanceur d’alerte du Phonegate

Mathilde Dupré, présidente du Forum citoyen pour la RSE

Ivan du Roy, journaliste, co-rédacteur en chef de Basta!

Jean-François Julliard,  directeur-exécutif de Greenpeace France

Wojtek Kalinowski, co-Directeur de l'Institut Veblen

Patrick Kamenka, journaliste, SNJ-CGT

Ingrid Kragl, directrice de l’information Foodwatch

Marie-José Kotlicki, secrétaire générale de l'UGICT CGT

Elliot Lepers, directeur de l’ONG «Le Mouvement»

Élise Lucet, journaliste

Jean Merckaert, rédacteur en chef de la Revue Projet

Patrick Monfort, secrétaire général du SNCS-FSU

Patrick Kamenka, journaliste SNJ-CGT

Edouard Perrin, journaliste, président du Collectif «Informer N’est Pas un Délit»

Eric Peres, secrétaire général de FO Cadres

Olivier Petitjean, journaliste, coordinateur de l’Observatoire des multinationales

Dominique Plihon, économiste et porte-parole d'Attac

Julie Potier, directrice de BIO CONSOM'ACTEURS

Emmanuel Poilane, Directeur Général de France Libertés et président du CRID

Patrick Raffin, photographe

Christophe Ramaux, économiste à l'Université Paris 1, membre des Economistes atterrés

Rémy Clément, président de l’ONG POLLINIS

Laurence Roques, présidente du Syndicat des avocats de France

Agnès Rousseaux, journaliste, co-rédactrice en chef de Basta!

Bernard Salamand, Ritimo

Clément Thibaud, président de l’Association des Historiens Contemporanéistes de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

Aurélie Trouvé, porte parole d’ATTAC

Emmanuel Vire, secrétaire général du Syndicat national des Journalistes CGT (SNJ-CGT)

Action Aid France – Peuples Solidaires

CrimHalt

Collectif On ne se taira pas !

Alternatives Economiques

La Télé Libre

Ingénieurs Sans Frontières-AgriSTA

Magneto Presse

La Société des journalistes des Échos

La Société des rédacteurs du Monde

La Société des journalistes de TV5 Monde

La Société des journalistes du Point

La Société des journalistes de France 2

La Société des journalistes de France 3

La Société des journalistes et du personnel de Libération

La Société des journalistes de BFMTV

La Société des journalistes de Premières Lignes

La Société des journalistes de Challenges

La Société des journalistes de RMC

La Société des journalistes de Mediapart

La Société des journalistes de Télérama

La Société des personnels de l’Humanité

La Société des journalistes du JDD

La Société des journalistes de l'AFP

La Société des journalistes du Parisien-aujourd’hui en France

La Société des journalistes de Radio France

La Société des rédacteurs de La Vie

La Société des journalistes du Figaro

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot