Pour l'abandon de toutes poursuites contre les 5 lycéens de Paul Eluard et tous les réprimés!

Des élèves du Lycée Paul Eluard soutenus par de nombreux intellectuels et personnalités appellent à « l’abandon de toutes les charges » contre les lycéens interpellés et à « la justice face aux violences policières qu’ils ont subies ». « En plus de nous envoyer dans nos établissements sans nous protéger du virus, l’État tente de mater notre mobilisation pour un protocole sanitaire à la hauteur de la crise ». Ils demandent la fin de la répression et des violences policières.

Le lundi 2 novembre, alors qu’Emmanuel Macron venait d'annoncer le reconfinement sur l’ensemble du territoire, les établissements scolaires faisaient leur rentrée avec un protocole sanitaire loin d'être à la hauteur de la crise sanitaire, le ministre de l'Éducation nationale se contentant de simples mesures appliquées depuis la rentrée « si possible ».

Face au déficit de normes et matériels sanitaires dans notre établissement, nous, élèves du lycée Paul Eluard à Saint-Denis dans le 93, avons décidé de nous mobiliser dès le premier jour de la rentrée pour exiger un véritable protocole sanitaire.

Les images sur les réseaux sociaux de la journée de lundi où l'on pouvait voir cours et couloirs remplis d’élèves dans les différents établissements scolaires ont démontré la légitimité de nos revendications, pour notre santé et celles de nos proches.

A cette mobilisation de la jeunesse et des travailleurs de l’éducation (professeurs, AED), l’État n’a répondu que par les coups de matraque et les gaz lacrymogènes.

Dès mardi matin, une quarantaine d’élèves du lycée Colbert à Paris étaient réprimés devant leur établissement et écopaient d'une amende de 135 euros chacun.

Dans notre lycée, mercredi 4 novembre aux alentours de 13h, alors que nous étions devant notre établissement scolaire, la police a débarqué soudainement et a procédé à 5 interpellations arbitraires violentes, comme en témoignent les images. Dans les voitures de police et au commissariat, les lycéens interpellés ont reçu de multiples coups et insultes. Quatre des cinq lycéens seront libérés seulement après 21h, n’ayant pas eu la possibilité d’avoir un seul contact avec leurs parents, ni de choisir librement leur avocat. L’un d’eux sortira du commissariat une plaie à l’arcade et à la lèvre, ses lunettes de vue cassées.

Cet acte, si violent soit-il, n’est pas un acte isolé.

Ces deux dernières semaines nous avons pu observer une multitude d’images montrant la répression que les lycéens ont subie, à SaintNazaire, à Lyon ou au lycée Colbert, Bergson et Brassens à Paris.

Cette répression est intolérable : en plus de nous envoyer dans nos établissements sans nous protéger du virus, l’État tente de mater notre mobilisation pour un protocole sanitaire à la hauteur de la crise, en nous réprimant.

Aujourd’hui, les lycéens interpellés lors de ce mouvement craignent des suites judiciaires.

Nous exigeons donc par cette pétition l’abandon de toutes les charges des lycéens de Paul Eluard interpellés, ainsi que des autres lycéens en France, et la justice face aux violences policières qu’ils ont subies.

Soutien à toutes les victimes de la répression et des violences policières !

Des lycéennes et lycéens de Paul Eluard

Tribune soutenue par :

Collectifs et personnes victime de violences policières :

-Comité Verité et Justice pour Gaye Camara
-
Collectif Oliv’vit’haut
-Collectif Sélom Matisse
-Justice pour Cédric Chouviat
-Ramata et Fatou Dieng du Comité Vérité et Justice pour Lamine Dieng et Le collectif Vies Volées
-Mélanie Ngoye-Gaham, Antoine Boudinet, Vanessa Langard et Les Mutilés pour l'exemple.
-Collectif des mères solidaires
-C.L.A.P 33 : Collectif bordelais Contre les Abus Policiers
-Geneviève Legay, militante victime de violences policières lors du mouvement gilet jaune
-Myriam Eckert, victime de violences policières en 2009
-Mélanie Ngoye-Gaham, gilet jaune victime de violences policières

Organisation de jeunesse :

-Cordination Lycéenne Autonome Paname/Banlieue
-NPA jeune
-Jeunes Insoumis
-SNES 93
-Cordination Lycéenne Autonome Paname/Banlieu
-Onzième thèse
-Le Poing levé

Personnalités :

-Fatima Ouassak, politologue, cofondatrice du collectif Front de mères
-Françoise Verges, politologue féministe décoloniale
-Mathilde Larrère, historienne spécialiste des mouvements révolutionnaires et du maintien de
l’ordre
-Naouelle Garnoussi, militante anti-raciste
-Saïd Bouamama, sociologue et militant FUIQP
- Omar Slaouti
-Anasse Kazib, délégué syndical SUD Rail à la SNCF, militant au NPA Révolution Permanente
-Éric Coquerel, député LFI Seine-Saint-Denis.
-Clémentine Autain, députée LFI 11e circonscription de Seine-Saint-Denis
-Sabine Rubin, députée LFI 9e circonscription de Seine-Saint-Denis
-Bastien Lachaud, député LFI 6e circonscription de Seine-Saint-Denis
-Nathalie Artaud, Lutte Ouvrière
-Philippe Poutou, porte-parole du NPA, conseiller municipal Bordeaux En Luttes
-Evelyne Cerventes-Descubes, Conseillère Municipale
Bordeaux en Luttes
-Eric Fassin, professeur à Paris 8 -Hélène Nicolas, professeur à Paris 8
-Baly Bagayoko, chef de file France Insoumise Saint-Denis
-Laura Varlet, militante Sud Rail
-Eric Bezou, syndicaliste réprimé par la SNCF et lanceur d'alerte
-Gaëtan Gracia, élu CGT Ateliers de Haute Garonne
- Ahmed Berrahal, élu CGT RATP Bus dépôt de Flandre
-Najah Salman, élu du personnel RS-RATP, dépôt bus de Saint-Denis

Collectifs :

-L'Orchestre Poétique d'Avant-guerre
-Collectif antifasciste Picardie (C.A.P)
-
Le collectif des précaires de l’ESR Bordeaux
-Collectif d’AED, vie scolaire en colère
-collectif Cases Rebelles

Organisations syndicales et politiques:

-Révolution Permanente
-FIDL
-Sud Educ 93
-SNES 93
-CGT Éducation 93
-LO Saint-Denis

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.