Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

951 Billets

15 Éditions

Tribune 21 févr. 2017

Que vive le documentaire sur grand écran!

L'association "Documentaire sur grand écran" qui existe depuis 25 ans se voit menacé de ne plus toucher de subventions du Centre National du Cinéma et de l'Image Animée et donc de disparaître. Plus de 400 professionnels du cinéma adressent une supplique motivée à Frédérique Bredin, présidente du CNC.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

A sa création en 1992, Documentaire sur grand écran (DSGE) se donnait pour mission l’aide au retour du cinéma documentaire en salles. Aujourd’hui, après des années d’un travail de distribution et de diffusion, c’est près d’une centaine de films documentaires qui sortent en salles chaque année. Pour autant rien n’est acquis, et le grand écran reste un enjeu essentiel pour la rencontre des films documentaires avec les publics.
C’est dans ce contexte que Documentaire sur grand écran a –plus que jamais– un rôle essentiel à jouer. Tant par le travail d’accompagnement de nouveaux films, par la sortie des documentaires de patrimoine, par le travail de formation de programmateurs ou d’exploitants. DSGE continue d’assurer le lien indispensable entre les auteurs, l’histoire du genre et le public en salles. Tous les professionnels le savent: la distribution et l’exploitation en salles d’un film documentaire se travaillent toujours d’une façon singulière et l’accompagnement du film est la clé de la réussite de sa sortie.   
Or, depuis un an, notre principal financeur, le CNC, nous exhorte à mutualiser nos activités avec diverses associations actives, elles, sur d’autres terrains du champ du documentaire. A défaut d’obtempérer, l’association est menacée d’une très lourde diminution de la subvention du CNC, qui pourrait signifier sa disparition à brève échéance.
Ceci, au moment même où le CNC est missionné par le ministère de la Culture pour mettre en chantier –avant les élections– une «Cinémathèque du documentaire». Ce projet, initié par la SCAM, réunit des structures travaillant sur la diffusion et l’information en ligne, la télévision et les bibliothèques: la SCAM, Images en Bibliothèques, la plateforme VOD Tënk, la Bibliothèque Publique d’Information, la Bibliothèque Nationale de France, le site ressources film documentaire.fr… sous la houlette de la Direction du patrimoine du CNC. Les salles de cinéma sont inexplicablement absentes du projet… Tout comme DSGE, alors que l’association est un parfait outil pour inscrire la diffusion en salles dans ce projet. 
Nous nous alarmons de la portée de ces menaces qui pèsent sur une association dédiée à la promotion et à la diffusion du documentaire sur grand écran. Comment penser une cinémathèque qui se veut un réseau national de diffusion, sans y associer les salles de cinéma? Serait-il question de cantonner le documentaire aux plateformes numériques, aux cinémathèques, à la télévision et aux bibliothèques? 
C’est pourquoi nous vous demandons :
- La levée des menaces qui pèsent sur l’avenir de l’association «Documentaire sur grand écran»
- La participation de «Documentaire sur grand écran» au groupe de création de la «Cinémathèque du documentaire»
- Le renforcement des moyens de l’association afin de mettre en œuvre des propositions constructives en direction des salles dans le cadre du projet de «Cinémathèque du documentaire».      

       
Le conseil d’administration de Documentaire sur grand écran :
Annick Peigné-Giuly (journaliste, présidente de DSGE et de Corsica.Doc)
Arlène Groffe (exploitante, Ciné 104 Pantin)
Colette Piault (cinéaste, anthropologue, cofondatrice de DSGE)
Richard Copans (réalisateur, producteur Les Films d’Ici)
Maïté Peltier (programmatrice, Festival Filmer le travail)
François Caillat (réalisateur)
Jean-Yves de Lépinay (Président d’Images en bibliothèques)
Gérard Collas (producteur, INA)
Marie Balducchi (productrice, Agat Films)
Elena Jimenez (Cinémathèque de  Tanger, Les Films du Village)
Michèle Soulignac (Directrice Périphérie)
Jean-Michel Ausseil (co-fondateur de DSGE, administrateur du Festival CinéSalé)
Les premiers signataires :
ADCI (Association pour la défense du cinéma indépendant), Isabelle Allo (cinéma Quai des images, Loudéac), Michel Andrieu (réalisateur, auteur), Danielle Anezin (chef monteuse), Claire Atherton (monteuse), Jacques Aumont (universitaire, critique), Viviane Aquili (Iskra productions), François Barat (réalisateur), Gaëlle Bedier-Lerays (critique), Malek Bensmaïl (réalisateur), Alain Bergala (réalisateur, critique, enseignant de cinéma), Mathieu Berthon (producteur, Meteore Films), Olivier Bitoun (Réseau Cinéphare), Marie Bonnel (Ateliers Varan), Claudine Bories (réalisatrice), Christine Boursier (enseignante), Emilie Brisavoine (réalisatrice), Emmanuel Broche (festival Les Filmeurs, Conteville), Dominique Cabrera (réalisatrice), Michèle Casalta (réalisatrice, productrice Mouvement), Catherine Catella (monteuse, réalisatrice), Jean-Pierre Cautain (Les Artisans filmeurs), Alain Cavalier (réalisateur), Catherine Cavelier (Le Cinématographie, Ciné-femmes, Nantes), Juliette Cazanave (Kepler 22, productions), Patrice Chagnard (réalisateur), Etienne Chaillou (réalisateur), Patrick Chiha (réalisateur), le Cinématographe (Nantes), Jean-Louis Comolli (réalisateur, critique, écrivain), Comptoir du Doc (Rennes), Alexandre Cornu (producteur Les Films du Tambour de soie), Corsica.Doc (Ajaccio), Marion Coste (La Miroiterie, Forcalquier), Pauline David (Le P’tit ciné, Regards sur les Docs, Bruxelles), Michel David (producteur Zeugma), Laïs Decaster (étudiante cinéma), Luc Decaster (réalisateur), Yann Dedet (monteur), Philippe Delesalle (réalisateur, critique), Rachel Deparis (Festival Les Filmeurs), Arnaud Dommerc (Andolfi productions, réalisateur), Jean Douchet (critique, historien et enseignant de cinéma), Cédric Dupire (réalisateur), Jean-Pierre Duret (réalisateur), Amalia Escriva (réalisatrice), Films en Bretagne (union des professionnels de Bretagne), Michel Follin (réalisateur), Jean-Michel Frodon (critique), Thierry Garrel (ancien responsable des documentaires sur Arte, producteur), Hervé Gauville (critique, écrivain), Denis Gheerbrant (réalisateur), Miguel Gomes (réalisateur), Emmanuel Gras (réalisateur), Clara Guillaud (programmatrice et intervenante éducation à l'image), Idrissa Guiro (réalisateur), Claude Guisard (producteur), Antoine Héberlé (directeur de la photo), Arnaud Hée (enseignant, programmateur, critique), Esther Hoffenberg (réalisatrice), ID (Revue Images Documentaires), Anne Jailler (association EthnoArt), Jacques Kebadian (réalisateur), Gaspard Kuentz (réalisateur), André S. Labarthe (réalisateur, directeur de la collection Cinéma, de notre temps), Benoît Labourdette (réalisateur, pédagogue), Geoffrey Lachassagne (réalisateur), Emmanuel Lautréamont (réalisateur), Nicolas Le Gac (J’ai vu un documentaire), Elisabeth Leuvrey (réalisatrice), Guy-Claude Marie (enseignant, essayiste, Toulouse), Raphaël Mathié (réalisateur), Pierre Menahem (producteur/Still moving), Perrine Michel (réalisatrice), Eugénie Michel-Villette (les Films du Bilboquet), Géraldine Michelot (productrice/Mona Films), Erwan Moalic (Daoulagad Breizh), Marie-José Mondzain (philosophe), Gérard Mordillat (réalisateur, écrivain), Jean Narboni (critique, enseignant de cinéma), Claudia Neubern (réalisatrice, scripte), Marie-Thérèse Neveu (Fondus déchaînés, St Brieuc), Hervé Nisic (réalisateur), Christian Oddos (cabinet I2C), Thomas Ordonneau (producteur, distributeur, éditeur de cinéma/Shellac), Mariana Otero (réalisatrice), Thierry Paladino (réalisateur), Julie Paratian (Sister productions), Mélanie Pavy (réalisatrice, monteuse), Claudio Pazienza (réalisateur), Franssou Prenant (réalisatrice), Pascal Privet (Rencontres cinématographiques de Manosque), Stéphane Quinson (producteur, les Films du Tambour de soie), Lisa Rebouleau (réalisatrice), Chantal Richard (réalisatrice, présidente de Périphérie), André Rigaut (chef opérateur du son), Jane Roger (productrice, JHR), Federico Rossin (historien de cinéma), Paul Saadoun (Seconde Vague productions), Andrea Santana (réalisatrice), Antoine Santana (réalisateur), Claire Simon (réalisatrice), Vincent Sorrel (réalisateur, chercheur), Yann Stéphant (directeur du Festival de Douarnenez), Mehran Tamadon (réalisateur), Mathias Théry (réalisateur), Gérard Tougait (les Passeurs d’images et de sons, Sérent), Marie-Claude Treilhou (réalisatrice), Virgil Vernier (réalisateur), Catalina Vilar (réalisatrice), Marie Voignier (réalisatrice, artiste), Françoise Widhoff (productrice), David Yon (réalisateur). 
Le syndicat des distributeurs indépendants:
A3 Distribution, Acacias, Aloest distribution, Aramis films, Arizona films distribution, Capricci Films, Carlotta Films, Chrysalis Films, Ciné Tamaris, Cinéma Public Films, Commune Image Media, Contre-Allée Distribution, Damned Films, Doc(k)s 66, Equation Distribution, Folimage Studio, Gebeka Films, Heliotrope Films, JHR Films, Jour2Fête, La Géode, La vingt-cinquième heure, Les Films de l’Atalante, Les Films des 2 rives, Les Films du Préau, Les Films du Whippet, Malavida, New Story, Nour Films, Outplay, Premium Films, Saje Prod, Shellac, Solaris Distribution, Survivance, Terre des Mondes, The French Connection, Urban Distribution, Version Originale/Condor, Zeugma Films.
Si vous souhaitez signer cette lettre ouverte, rendez vous sur la page de notre site  :
www.docsurgrandecran.fr/lettre_ouverte_cnc_2017
Ou par mail à  : scosta@documentairesurgrandecran.fr
(Précisez-nous à quel titre vous souhaitez apparaître)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii