Pourquoi nous quittons Nouvelle Donne

Soixante militants et responsables de Nouvelle Donne annoncent leur « démission collective » de l'organisation fondée fin 2013 par l'économiste Pierre Larrouturou. Parmi les signataires, la seule députée du parti, Isabelle Attard, et plusieurs membres du bureau national dont le porte-parole national Joseph Boussion. Ils dénoncent un parti « vidé de son sens ». 

Soixante militants et responsables de Nouvelle Donne annoncent leur « démission collective » de l'organisation fondée fin 2013 par l'économiste Pierre Larrouturou. Parmi les signataires, la seule députée du parti, Isabelle Attard, et plusieurs membres du bureau national dont le porte-parole national Joseph Boussion. Ils dénoncent un parti « vidé de son sens »



Quitter un parti si petit, si peu visible est un sérieux paradoxe. Mais aux dernières élections européennes, 549 774 électeurs ont justement choisi ce petit parti inconnu pour exprimer leurs envies de changement sur des sujets aussi essentiels que les pratiques politiques, le partage du travail et des richesses sans oublier le crucial partage du pouvoir.

Grâce à eux, Nouvelle Donne a existé plus fortement et sa présence s'est renforcée dans le débat. Des milliers d’adhérents ont rejoint avec enthousiasme le mouvement.

Mais aujourd’hui, nous, militants, responsables de comité locaux, candidats, élus, nous savons, chacun à notre niveau, que Nouvelle Donne ne changera rien à la vie politique. 

Le constat est amer car nous faisons partie des 549 774 électeurs qui avons cru que le mouvement vers un renouveau était lancé. 

Malheureusement, nous avons constaté que « faire de la politique autrement » s’est transformé en dogme d’exclusion, brandi comme une fin de non-recevoir par ceux qui ne veulent, finalement, pas faire de politique du tout.

Aujourd'hui les instances de Nouvelle Donne dépensent plus d'énergie à organiser leur entre-soi qu'à préparer les alternances de demain. 

Il est désormais impossible de faire exister une idée, de créer le programme politique que nous attendons tous, et la perspective des régionales devient un alibi de plus, permettant à un groupe réduit et contesté de décider pour le plus grand nombre, tout en limitant la moindre expression contradictoire.

Le parti du renouvellement des pratiques est désormais le jouet d'une oligarchie. Quelle ironie !

Ce serait risible si les propositions de Nouvelle Donne n'étaient pas indispensables à la réorientation de la politique française. Il faut remercier Pierre Larouturrou, qui fut et demeure un inspirateur talentueux, ce sont bien ses idées qui nous ont rassemblées et que nous avons défendues. Malheureusement le talent ne fait pas le leader, et le visionnaire, en refusant de prendre des positions claires et donc forcément clivantes, nous a souvent rendus inaudibles.

Nouvelle Donne est aujourd'hui un parti qui absorbe les énergies plus qu'il ne les dynamise. En l’état de notre Constitution, la vie d'un parti est rythmée par les échéances électorales. Nous sommes obligés de passer par ces échéances, ne serait-ce que pour, une fois élus, les modifier.  

Mais pour cela, nous ne pouvons pas nous présenter aux régionales de décembre au mois de février, ni à la présidentielle de 2017 en 2018. Nos propositions ont un train d'avance et notre organisation un train de retard. 

Face à un tel constat, nous avions le choix  changer les choses de l'intérieur (et réinventer le mythe de Sysiphe) ou partir… Après avoir vainement essayé de faire avancer le mouvement malgré les tourmentes, l'opacité de ces dernières semaines a rendu évidente l'inutilité de notre présence dans un parti vidé de son sens.

Malgré tout, notre charte éthique fixant les garde-fous des élus, encourageant la transparence et la participation citoyenne, est reprise par d'autres, nous avons donc déjà réussi une première étape !

Nous voulons maintenant réussir la deuxième. L’heure est au rassemblement autour de ce qui nous parait impératif : permettre la mutation de notre économie, de notre justice sociale, ériger en principe de société la transition énergétique nécessaire à notre survie. Le temps des luttes partisanes stériles est révolu, c'est le regroupement des forces vives qui prime.

Afin d’essaimer nos idées, nous voulons participer à un nouvel élan, initier, soutenir ou rejoindre certains des rassemblements citoyens qui émergent dans notre pays et continuer de leur insuffler l’esprit de notre charte.

Nous vous incitons, vous, les 549 774 à faire de même et à ne pas baisser les bras, à garder haut l'espoir afin que "faire de la politique autrement", soit avant tout "faire de la politique", avec vous, près de chez vous, par des engagements pour des politiques concrètes à dimensions humaines.

Nous reprenons donc notre liberté pour avancer en confiance vers l'avenir. Nous élargissons le cercle de toutes celles et ceux qui, avec, et en dehors des partis, veulent faire de la Politique au service des citoyens. 

contact@rdvcitoyens.fr

Joseph Boussion, porte-parole national, tête de liste aux européennes (Sud-Ouest)
Emmanuel Chaumery
, secrétaire national
Laurence Danieau
, secrétaire nationale
Isabelle Attard
, députée
Laure Adam-Chapron
, candidate à Bayeux aux départementales
Yolande Alix
Solange Arnaudies
, représentante Comité Régional Auvergne au Conseil Citoyen Déléguée du Conseil Citoyen au Bureau National
Jean-Louis Attard
Benjamin Ball
Nicolas Barré
, porte-parole Haute-Normandie
Laurent Bernard
Christophe Billand
Claude Biziou
Christian Borras
Sélim Bouchareb
Gwendal Boule
Mathilde Buhot
Lionel Caze Pairoux
Emilien Cousin
Maxime Danieau
Ivan Darlet
Robert Darmon
, ex co référent Vitrolles, ex co référent CT Nomade 13
Frédéric Descrozailles
Fanny Despouys
, communication interne du CRA /pôle numerique
Marie-Isabelle Fernandez
, candidate à Marseille 10 aux départementales
Sophie Fonquernie
Didier Fradin
, référent Yvelines au CR Ile-de-France,
Rabia Franoux Moukhlesse
, membre du conseil citoyen, porte parole de ND 71
Muriel Freger
Annie Gautier
Carole Gehendges
Alain Gillie
, membre de la commission thématique nationale santé
Loic Hermant
André Jacques
Sam Karmann
, artiste engagé
Alain Klepper
, ex co référent CT Vendée
Véronique Klepper,
candidate à Marseille 1 aux départementales
Jeanne Lannoy
André le Bohec
, membre de la commission culture
Philippe Le Dauphin
, ex-référent CT ND 41
Willy Legatelois
, ex-référent CT ND 41 puis ex-membre du CR ND Centre-Val de Loire
Rosa Ould-Améziane dit Florent, candidate aux départementales à Talence-Bègles
Antony Lepesqueux
Christophe Littera
, co-tête de liste Marseille 1 aux départementales, ex co ref Vitrolles
Sandrine Lopez
Anne-Laure Néron
Simon Patry
Camille Pillias
, commission culture
Anne-Françoise Pillias-Prunières
Emmanuel Poilâne
, tête de liste Ouest aux européennes
Thierry Poulet
Eric Remen
Caroline Ridel

Catherine Sardet
Jean-François Sauvaget
Lucette Sicard
Sylvie Tassin
, ex référente CT Nantes et ex membre du CN
Frédric Toutain
, candidat à Bayeux aux départementales
Alain Vassort
Yann Web
Catherine Wimphen
, artiste engagée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.