Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

997 Billets

15 Éditions

Tribune 21 juil. 2021

Violence et harcèlement dans le monde du travail : la jeunesse dit stop !

« Ratification minimaliste pour un Président qui se dit féministe. » Si le 22 juillet, les parlementaires discuteront du projet de loi de ratification de la Convention 190 de l’Organisation Internationale du Travail sur la violence et le harcèlement, le système juridique français « est complaisant au harcèlement et à l'invisibilisation du vécu d’1 femme sur 3 », fustigent étudiant·e·s, stagiaires, alternant·e·s, futur·e·s salarié·es et entrepreneur·ses. Ils et elles se rassemblent le 21 juillet devant l’Assemblée. « Les travailleur·euses et la jeunesse du pays vous regardent » !

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Nous, étudiant·es, stagiaires, alternant·es, futur·es salarié·es et entrepreneur·ses... ne voulons pas d’un monde du travail qui protège insuffisamment contre les violences et le harcèlement. C'est pour porter ce message et faire entendre la voix d’une génération qui ne fera pas de compromis que nous nous rassemblons ce mercredi 21 juillet devant l’Assemblée nationale.

En France, 1 femme sur 3 a déjà été harcelée ou agressée sexuellement sur son lieu de travail. Les femmes lesbiennes ou bisexuelles sont deux fois plus harcelées ou agressées sexuellement sur leur lieu de travail que les personnes hétérosexuelles. Les personnes en situation de handicap, migrantes, ou vulnérables sont plus souvent victimes de harcèlement et de violences : pourtant, aucune mesure spécifique ne les protège. En 2019, au moins 146 femmes (152 selon #NousToutes) ont été tuées par leur partenaire ou ex-partenaire : pourtant, le droit du travail n’accompagne pas les personnes victimes de violences conjugales.

Quand il se félicite de la création d’emplois en France, Emmanuel Macron a-t-il conscience des conditions qui les accompagnent ? Elisabeth Borne se rend-elle compte qu’en acceptant une offre d’emploi, les françaises s’exposent au risque de faire partie de ces statistiques ?

Ce 22 juillet, les parlementaires discutent du projet de loi de ratification de la Convention 190 de l’Organisation Internationale du Travail sur la violence et le harcèlement. Si nous saluons la décision du gouvernement de ratifier une Convention que l'on sait ambitieuse et nécessaire pour faire évoluer le monde du travail, nous lui demandons de ne pas s'en tenir à des mots ni à des effets d'annonce. ONGs, syndicats, militant·es, tous·tes s'accordent à dire qu'il n'y aura pas d'évolution majeure sans  changement du droit français. Car aujourd'hui, c'est bel et bien le système juridique français qui est complaisant au harcèlement, aux agressions et à l'invisibilisation du vécu d’1 femme sur 3. Pourtant, à l’agenda de ce gouvernement, rien de tel de prévu. Rien.

Ratification minimaliste pour un Président qui se dit féministe.

Nous serons de celles et ceux qui ne sont pas dupes. Nous serons de celles et ceux qui refusent de se satisfaire d’un État qui oublie plus de la moitié de la population. Nous ne voulons pas d’une ratification à droit constant : nous demandons une transcription des mesures comprises dans la Convention et la recommandation qui l’accompagne.

Ériger la France en fer de lance du féminisme nécessite d’aller au-delà des beaux mots et d’engager des actes concrets.

Monsieur le Président de la République, Madame la Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, cher·es élu·es, la jeunesse vous rappelle aujourd'hui à vos responsabilités. Pour faire changer significativement les choses et mettre fin au cycle des violences :

  • Consultez la société civile et les syndicats ;
  • Écoutez et appliquez ses recommandations - elles vous ont déjà été communiquées à plusieurs reprises ;
  • Faites preuve d’humilité sur la scène internationale, être un·e allié·e du féminisme ne signifie pas brandir un étendard ;
  • Réformez le droit du travail français en profondeur.

Les travailleur·euses et la jeunesse du pays vous regardent.

Signataires :

  • Ariane Colson et Anna van der Lee, initiatrices du collectif #PasSansLaVraie190
  • Ambroise Boyer, vice-président 2020-2021 de Femto
  • Charlotte Caillat, présidente fondatrice de Les Méduses
  • Léa Sorhouetgaray, co-présidente de Sexprimons-Nous 
  • Anaëlle Lesné, présidente (2019-2021) des Sang-Culottes de l’INSA Lyon
  • Gabrielle Dorey, citoyenne engagée 
  • Solenn Fernandez, membre du collectif La Clitoliste
  • Stacy Algrain, présidente fondatrice du Think and Do Tank "Penser L'après"
  • Laura Hyon, citoyenne engagée
  • Agathe Peigney et Camille Dubourdieu-Rayrot, fondatrices de l'association Balance Ton Stage
  • Inès Cheikh, co-coordinatrice de Résilience
  • Camille Lecomte, Secrétaire Nationale du Mouvement National Lycéen (Riposte Féministe)
  • Manon Hourlier, membre de l’association HeForShe NEOMA BS Reims et de l’Observatoire des Violences Sexuelles et Sexistes de l’Enseignement Supérieur 
  • Iris Maréchal, Présidente ; Myriam Espinasse, Vice Présidente et Directrice du Pôle Grands Projets ; 
  • Inès Girard, Trésorière et Directrice du Pôle Grands Projets - L'Observatoire Etudiant des Violences Sexuelles et Sexistes dans l'Enseignement Supérieur 
  • Alice Apostoly, Déborah Rouach et Alexa Chabouté, bureau de l’Institut du Genre en Géopolitique
  • Léa Thuillier, Chargée des relations institutionnelles En avant toute(s)
  • Abel Chevalier, Président de HeForShe Bordeaux 
  • Collectif Pamplemousse

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis