Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

1014 Billets

15 Éditions

Tribune 22 avr. 2019

Alexis Kraland et Gaspard Glanz arrêtés, une atteinte grave à la liberté d'informer

Le philosophe Geoffroy de Lagasnerie et les avocats de Gaspard Glanz dénoncent l'arrestation de deux journalistes samedi 20 avril, lors de la manifestation parisienne des gilets jaunes. Ils défendent une presse qui puisse affirmer son indépendance, y compris à l'égard de la police.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

L’arrestation samedi 20 avril de deux journalistes, Alexis Kraland et Gaspard Glanz, alors qu’ils rendaient compte de la manifestation des gilets jaunes nous semble constituer un fait extrêmement grave en ce qui concerne la liberté d’informer dans notre pays. 

La police a notamment utilisé le délit « de participation à un groupement en vue de commettre des violences ou des dégradations » afin de les placer en garde à vue. Cette infraction scélérate, qui ne vise que l'intention supposée, devra, tôt ou tard, être abrogée. En effet, l'usage de ce délit contre manifestants et journalistes est massif. Il a ainsi déjà servi le 16 mars dernier, lors de la marche des solidarités, pour retenir le photographe Gwen Melin en garde à vue pendant sept heures. 

Ces arrestations ne débouchent pratiquement jamais sur des poursuites car tel n’est pas leur but. En fait, le délit de participation à un groupement est utilisé par la police et le parquet non seulement pour criminaliser la simple participation à une manifestation mais également pour cibler des journalistes, les intimider, les empêcher de travailler, de faire des images, de les faire circuler, et donc aussi de les vendre et de vivre. 

Le journalisme ne vit que s’il se réinvente et interroge les limites de la visibilité et de ce qui est public. L’invention d’un nouveau type de journalisme des luttes dont Gaspard Glanz et Alexis Kraland sont, avec beaucoup d’autres, des représentants, s’inscrit dans l’histoire du journalisme et de ses conquêtes successives contre les habitudes et les délimitations instituées. 

Nous vivons aujourd’hui dans un monde où la police peut détenir un journaliste dérangeant plusieurs heures et l’empêcher de produire des images et d’être témoin de ce qui se passe. Il a été dit à Alexis Kraland que sa caméra était « une arme par destination » pour justifier son interpellation, ce qui est clairement illégal car le délit de port d’arme par destination est inexistant.

Il n’est ainsi pas rare de voir aujourd’hui la police et le parquet prendre des mesures manifestement illégales, comme les nombreuses interpellations et garde à vue préventives que le procureur de Paris a validé même « lorsque les faits ne sont pas constitués ». Puisque le gouvernement parle si souvent du nécessaire « respect de l’État de droit »,  il ne faudrait pas qu’il oublie d’y rappeler ses parquetiers et policiers…
Aujourd'hui c'est en fait la question de l’indépendance de la presse qui se pose. Car au final, ce qui est arrivé à Gaspard Glanz et Alexis Kraland montre que tout journaliste vit sous la menace de l'arrestation pour le simple fait qu'il exerce son métier, qu'il est là, dans une manifestation. Un journaliste ne peut travailler qu’à condition que la police ne l’arrête pas. Ce qui revient à dire que c’est la police qui décide qui peut produire des images et qui ne peut pas, quel récit peut circuler et quel récit ne peut pas, quelle personne peut travailler et quelle personne ne peut pas – ce qui entrave nécessairement l’exercice critique du métier de journaliste, notamment par rapport aux pratiques policières.

Cette soumission du journalisme à l’ordre policier est intolérable en démocratie et doit s’arrêter. Nous exprimons notre plus vive inquiétude relativement à ce qui s’est produit ce samedi 20 avril 2019. 

Pour que le journalisme soit indépendant, il doit aussi être indépendant de la police. Et il doit donc dénoncer ces actes d'intimidation et de rappels à l'ordre qui ont visé, à travers Alexis Kraland et Gaspard Glanz, toute la profession, comme si la police avait dit aux journalistes : restez tranquille, montrez ce que nous voulons que vous montriez sinon, voilà ce qui vous arrivera.

SIGNATAIRES

Geoffroy de Lagasnerie, philosophe et sociologue

Raphaël Kempf, Aïnoha Pascual, Boris Rosenthal, Vincent Fillola, avocats de Gaspard Glanz

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra