AXA doit cesser ses investissements dans les colonies israéliennes

«Pour les Palestiniens, il est vital que les gouvernements et les sociétés qui soutiennent les colonies israéliennes, les vols de notre terre et les agressions contre nous mettent fin à leur complicité. Le 24 avril, AXA tiendra son Assemblée Générale annuelle à Paris. Si je pouvais y assister, je lui poserais une question toute simple : AXA considère-t-elle les Palestiniens comme des êtres humains ?», par Manal Tamimi, activiste palestinienne (tante de Ahed Tamimi) et défenseure des droits humains.

Le président des Etats Unis Donald Trump a récemment signé une proclamation par laquelle les Etats unis reconnaissaient l’annexion par Israël des Hauteurs du Golan syrien dont il s’est emparé en 1967 et qu’il a annexées en 1981, violant ainsi le droit international. C’est une démarche similaire à celle où il a déclaré Jérusalem capitale d’Israël en 2017, ignorant dans ce cas là les droits des Palestiniens. Trump soutient le plan colonial d’Israël : contrôler toute la terre palestinienne, sans un Palestinien dessus.

Beaucoup de Palestiniens et d’observateurs internationaux craignent qu’Israël ait reçu un feu vert des Etats Unis pour revendiquer la souveraineté sur la Cisjordanie – démarche dans laquelle Netanyahu s’est engagé au long de la campagne électorale. Un Israël enhardi rendra nos vies déjà difficiles encore plus dures. En tant que militante des droits de l’Homme vivant à Nabi Saleh, village palestinien cerné par des colonies israéliennes illégales, ma famille et moi luttons tous les jours contre la violence incessante des colons et des soldats israéliens. Les résidents de Nabi Saleh, dont ma famille et moi, ont régulièrement conduit des manifestations contre la saisie de notre terre par Israël au cours de la dernière décennie.

La Nakba, catastrophe coloniale de 1947 à 1949 au cours de laquelle les milices sionistes et l’armée israélienne ont détruit plus de 500 villages et expulsé plus de 750.000 autochtones palestiniens de leurs terres et de leurs maisons, se poursuit. Mes expériences dans ce village en sont un exemple parfait.

En 1976, des colons ont construit Halamish, l’une des plus vieilles colonies de Cisjordanie, sur une terre volée à Nabi Saleh. Même alors que les colonies sont illégales selon le droit international, et considérées comme un crime de guerre, elles sont entièrement protégées par l’armée israélienne. A cause des colonies, aujourd’hui, nous à Nabi Saleh n’avons accès qu’à moins d’un tiers de notre terre.

Les crimes de guerre d’Israël se poursuivent dans l’impunité grâce au soutien de gouvernements comme celui des Etats Unis, mais aussi avec le soutien de sociétés internationales complices qui profitent de la violation de nos droits. Différents rapports prouvent qu'AXA, le géant français de l'assurance, investit des dizaines de millions de dollars dans les cinq plus grandes banques israéliennes qui financent directement les colonies et dans le producteur d'armes israélien Elbit Systems, dont les systèmes de sécurité protègent le mur de l'apartheid, Halamish et les quelques 200 autres colonies israéliennes illégales qui ne pourraient exister sans ces investissements internationaux et cet appui financier.

À la suite d’une campagne menée par des défenseurs des droits humains, AXA vient de céder certaines de ses participations dans Elbit Systems. Cependant, AXA maintient d'autres investissements dans Elbit Systems via une filiale et conserve tous ses investissements dans les cinq banques israéliennes. En détenant ces investissements, AXA complète le soutien de l’administration Trump à Israël, contribuant à une situation illégale et légitimant ces colonies et le contrôle israélien de la Cisjordanie.

J’ai beaucoup d’histoires horribles à partager sur ce que signifie vivre à un kilomètre d’une colonie israélienne : j’ai été touchée à balle réelle par un tireur d’élite, des soldats ont brisé trois caméras de mon mari, et des membres de ma famille ont été tués.

L’une des tactiques les plus courantes d’Israël, c’est la punition collective, également illégale selon le droit international. Nos enfants sont punis parce que nous essayons de rester sur notre terre. Mes garçons ont été agressés, touchés par balle et arrêtés. Mon fils de 23 ans vient juste d’être libéré après neuf mois en prison israélienne. Il a perdu la vue pendant deux longs mois après avoir été atteint par une bombe lacrymogène. Mon fils cadet, alors qu’il avait douze ans, a été frappé par une bombe lacrymogène qui a provoqué des dommages internes au foie et au rein, puis plus tard, il a été frappé à balle réelle à la jambe. La balle est toujours dans sa jambe parce que c’était trop dangereux de la retirer. Il en est maintenant à 14 mois de prison pour avoir protesté contre la saisie de notre terre, après une condamnation à 22 mois. Mon plus jeune fils, qui a 12 ans maintenant, a été kidnappé l’année dernière dans notre arrière-cour par quatre soldats, puis interrogé, et il a maintenant le droit d’aller voir son frère en prison.

La douleur et la peur que j’ai vécues quand mes deux garçons ont été arrêtés sont bien au-delà de tout ce que j’ai vécu auparavant. Je n’ai pu ni manger ni dormir pendant des jours et je restais allongée sur leurs lits toutes les nuits sans dormir. Même si toute mère palestinienne sait qu’il y a un grand risque que ses enfants soient arrêtés – aucune mère n’est jamais préparée à voir ses enfants emmenés loin d’elle.

Pour les Palestiniens, il est vital que les gouvernements et les sociétés qui soutiennent les colonies israéliennes, les vols de notre terre et les agressions contre nous mettent fin à leur complicité. Le 24 avril, AXA tiendra son Assemblée Générale annuelle à Paris. Si je pouvais y assister, je poserais à AXA une question toute simple : AXA considère-t-elle les Palestiniens comme des êtres humains ? L’apartheid israélien cible les Palestiniens parce que nous sommes palestiniens. Si AXA croit à l’égalité et à la liberté comme elle le prétend, alors elle devrait immédiatement arrêter de financer les banques israéliennes, qui financent la colonisation israélienne et Elbit Systems, qui protège le mur d’apartheid d’Israël. En maintenant ces investissements, AXA soutient l’oppression des Palestiniens, et tous ses profits sont édifiés sur la souffrance et la douleur des Palestiniens.

Avec l’administration Trump qui octroie carte blanche à Israël, les gouvernements et les entreprises européennes doivent assumer leurs responsabilités et soutenir les droits des Palestiniens, et ne pas aider à les dénier.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.