Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

936 Billets

15 Éditions

Tribune 23 nov. 2021

Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !

[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Avec le mouvement #MeToo, la question des luttes contre les violences sexistes et sexuelles dont sont victimes les femmes partout dans la sphère publique comme dans la sphère privée a fait irruption dans le débat public. Ce mouvement a obligé la société à entendre davantage la parole des femmes et à moins tolérer ces violences, même si les mesures gouvernementales restent largement insuffisantes. 

Nous, organisations syndicales et politiques, sans avoir attendu ce moment, menons dans nos structures ce même combat afin que nos relations militantes soient des relations sans oppression ni domination, car vouloir changer la société passe aussi par une transformation profonde et par la mise en place d’un environnement militant sans violence sexiste ni sexuelle.

Des cellules de veille, commissions ou collectifs existent dans nos structures afin de protéger les victimes, d’écarter et de sanctionner les agresseurs et faire vivre nos valeurs d’égalité. Car, pour permettre l’égalité entre les femmes et les hommes, nous devons faire cesser les violences à l’encontre des femmes. C’est une condition sine qua non.

Nous avons donc décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort·e·s notamment face à trois enjeux majeurs dans notre lutte à l’intérieur de nos organisations : 

  • La prise en charge des victimes et sa temporalité (syndrome post-traumatique) est un sujet incontournable. L’impact de ces violences sur les femmes est délétère, que ce soit sur leur santé physique ou psychologique ou sur leur place dans nos organisations. L’accès aux soins et à la justice devrait être garanti car trop souvent la difficulté de prise en charge se révèle être un frein réel pour les femmes.
  • La mise en place d’actions de prévention et de formation contre les violences sexistes et sexuelles pour établir une culture commune non sexiste dans nos organisations. Dans ce processus, nous avons développé des partenariats avec des associations reconnues de lutte contre les violences faites aux femmes. L’Etat doit soutenir et subventionner les associations féministes engagées dans les luttes contre ces violences.
  • L’itinérance des agresseurs : qu’elle soit en interne ou bien d’une organisation à une autre, cette stratégie des agresseurs leur assure à la fois un nouveau « terrain de prédation », d’échapper à la sanction et une continuité de leur impunité ; cette question est donc fondamentale. Nous nous engageons à la résoudre pour parvenir à établir de fait un environnement global sans impunité, de la sécurité et de la confiance pour nos militant·e·s. Être volontariste sur cette problématique nous permettra aussi de visibiliser le problème des « à côté », comme la présence des agresseurs en manifestations, meetings, universités d’été...

Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons qu’aujourd’hui comme hier les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures : Stop à l'impunité !

Nos aspirations rejoignent celles qui vont s’exprimer dans la rue à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes : nous voulons vivre dans une société où chacun·e puisse s'épanouir quels que soient son genre ou sa sexualité.

Pour cela, nous sommes prêt·e·s à changer ce monde sexiste et patriarcal ! 

Signataires :

  • Philippe Martinez, Secrétaire général de la CGT et Raphaelle Manière, pilote de la cellule de veille contre les violences sexistes et sexuelles, 
  • Julien Bayou, Secrétaire national d’Europe Ecologie Les Verts et Eva Sas, Porte-Parole et Présidente d'honneur de l'ECVF (association d'élu.es contre les violences faites aux femmes), 
  • Alice Carret et Rémy Sébille, des Jeunes Écologistes, mandataires de la Team Bienveillance du mouvement et signataire au nom du bureau exécutif, 
  • Myriam Martin et Jean-François Pellissier, co-porte-parole d’Ensemble !,
  • Sophie Taillé-Polian, Sénatrice du Val-de-Marne, Coordinatrice nationale de génération.s et Benjamin Lucas, Conseiller régional des Hauts-de-France, Coordinateur national,
  • Fabien Roussel, secrétaire national du Parti Communiste Français et Hélène Bidard, responsable nationale de la commission égalité femmes hommes/Droit des femmes,
  • Léon Deffontaines secrétaire général du Mouvement des Jeunes Communistes de France et Jeanne Péchon Secrétaire nationale de l'Union des Etudiants Communistes,
  • Hélène Lecacheux, co-coordinatrice du Parti de Gauche et Jean-Christophe Sellin, co-coordinateur du Parti de Gauche,
  • Olivier Faure, Premier Secrétaire du Parti Socialiste et Cécilia Gondard, Secrétaire Nationale à l'égalité entre les femmes et les hommes,
  • Emma Rafowicz, Secrétaire Nationale des Jeunes Socialistes et Lyes Bouhdida-Laserre, responsable de la lutte contre les violences sexiste et sexuelles au sein des JS,
  • Adrien Quatennens, coordinateur du mouvement La France Insoumise et Mathilde Panot, présidente du groupe parlementaire,
  • Philippe Poutou, Porte-parole national du Nouveau Parti Anticapitaliste, Alice Pelletier Commission national féministe et Conseil politique nationale,
  • Sophie Vénétitay, secrétaire générale du SNES - FSU et Emmanuel Séchet, secrétaire général adjoint,
  • Lucie Wyrm et Pablo Rauzy de l'Union Communiste Libertaire,
  • Mélanie Luce, présidente de l’Union Nationale des Etudiants de France et Quentin Bourgeon, secrétaire général,
  • Murielle Guilbert, Co-déléguée de l'Union syndicale Solidaires et Simon Duteil, Co-délégué de l'Union syndicale Solidaires.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre