Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

1027 Billets

15 Éditions

Tribune 24 févr. 2016

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Lettre ouverte à Emmanuelle Cosse

Bénédicte Monville-De Cecco, conseillère régionale d’Île de France EELV et élue à Melun demande à la nouvelle ministre du logement, Emmanuelle Cosse «d’assumer jusqu’au bout les conséquences de (s)on choix». «Se mettre en retrait ce n’est pas démissionner d’Europe Ecologie Les Verts et tu n’as pas non plus démissionné du groupe que nous formons au Conseil Régional d’Île de France. (...) C’est aussi une question de dignité politique.»

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Chère Emmanuelle,

Tu as pris la décision d’accepter la proposition qui t’était faite de devenir ministre du logement dans le gouvernement de Manuel Valls sous la présidence de François Hollande. Tu nous as expliqué que cette décision était personnelle et tu as souhaité te mettre en retrait d’Europe Ecologie-Les Verts. Tu savais, en effet, que nous aurions été nombreux-ses à ne pas accueillir la nouvelle avec plaisir.

Parce qu’en entrant au gouvernement tu soutiens de fait ses politiques anti-écologiques. Il y eut d’abord le non respect des engagements sur Fessenheim et la poursuite de l’EPR de Flamanville. L’abandon de l’écotaxe et le maintien d’une fiscalité avantageuse pour le Diesel. Puis, il y eut la mort de Rémi Fraisse. La poursuite des grands projets inutiles et cette proposition d’un référendum sur l’aéroport Notre Dame des Landes qualifié de « jeu de dupes » par les premier-e-s concerné-e-s. Mais aussi les boues rouges à Marseille, le scandale d’Areva, le soutien à l’agriculture productiviste et aux fermes usines.

Parce qu’en entrant au gouvernement tu cautionnes ses politiques anti-démocratiques et l’émergence d’un état sécuritaire. Il y eut les expulsions des Roms et des sans papiers et les déclarations inadmissibles de Manuel Valls, alors ministre de l’intérieur, bientôt intronisé premier ministre. Les renoncements sur les mesures promises pour limiter les contrôles aux faciès et le harcèlement policier dont sont victimes les jeunes de banlieue. Puis, la prolongation de l’état d’urgence, une première fois, une deuxième fois, et sa constitutionalisation avec la déchéance de nationalité, une loi discriminatoire de division de notre société. Et, les persécutions des migrant-e-s à Calais, l’absence de solidarité avec les pays du sud de l’Europe face à la crise migratoire, la négation de fait des principes humanistes qui constituent la meilleure part de nous-mêmes. Bientôt, il y aura la réforme du code de procédure pénal qui donnera aux policiers le droit d'autodéfense et le permis de porter leurs armes en dehors du service. 

Parce qu’en entrant au gouvernement tu cautionnes ses politiques anti-sociales. Il y eut le CICE, 50 milliards d’euros versés aux entreprises et l’absence de revalorisation du SMIC. La poursuite d’une politique de restriction budgétaire et des collectivités locales qui augmentent les impôts et le prix des services. Puis, la première loi Macron, le travail du dimanche, la libéralisation des transports en autocar, une première remise en cause des dispositions légales de protection des salarié-e-s et les condamnations de syndicalistes qui défendaient leur droit au travail. Aujourd’hui, il y a la loi El Khomri ; le démantèlement du code du travail, la remise en cause des droits des syndicats, la possibilité pour les entreprises de faire travailler leurs salarié-e-s jusqu'à 12 heures par jour et 46 heures par semaines, d’augmenter le temps de travail sans augmenter les salaires et de licencier les salarié-e-s qui s’y opposent.

En faisant le choix d’entrer dans ce gouvernement, tu soutiens des valeurs contraires aux nôtres et à ton histoire. Cette histoire qui d’Act’up à Regards a permis que résonne cette voix « dissidente » et « insolente » que tu as portée jusqu’à devenir notre secrétaire nationale. A l’époque, tu n'aurais eu que mépris pour ce gouvernement là. Certes, une femme politique est toujours libre de ses positions et peut s’opposer aux résolutions prises par son parti, même, sans doute, quand elle en a incarné la parole en tant que secrétaire nationale pendant plusieurs mois. Mais cela relève, en effet, d’un choix personnel qui doit être clairement dissocié de notre parti. C’est à toi d’en tirer toutes les conséquences. « Se mettre en retrait » ce n’est pas démissionner d’Europe Ecologie Les Verts et tu n’as pas non plus démissionné du groupe que nous formons au Conseil Régional d’Île de France. Il t’incombe d’assumer jusqu’au bout les conséquences de ton choix. C’est aussi une question de dignité politique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica