Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

994 Billets

15 Éditions

Tribune 24 mai 2020

Pour sauver des vies, fabriquons des masques

Alors que pour faire face à la pénurie, le gouvernement importe des masques fabriqués en Chine, « l'affaire Honeywell raconte le désinvestissement tragique de l’État dans la production de matériels de protection ». Dans une perspective sociale et écologique, des membres du Comité national de soutien en appellent « à la création d'une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) “Fabrique de santé”, où se trouvait l'ex-usine ».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Alors que la sortie de la crise sanitaire du coronavirus n’est pas encore effective, il nous appartient toutes et tous ensemble d’inventer le monde d’après. Celui-ci ne doit pas reprendre les recettes éculées de celui d’avant et doit répondre aux urgences sociales et écologiques. Elle doit aussi répondre aux besoins essentiels et si cette crise a mis en avant une évidence c’est bien celle du manque criant de masques, tout d’abord pour les personnels des hôpitaux et EPAHD, et aussi pour l’ensemble de la population.

Pour répondre à cette situation de pénurie le gouvernement est aujourd’hui obligé de faire venir à grand frais des masques en nombre, fabriqués en Chine et transportés par des avions gigantesques (comme l’Antonov An-225 le plus gros avion du monde). Si ce pont aérien sauve des vies, dans le même temps il accroît la pollution et en détruit d’autres. En 2018 selon un rapport de l’International Council on Clean Transportation (ICCT) le transport aérien représentait à lui seul 2,4 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre (GES) de la planète, une pollution en forte progression (+ 32 % en cinq ans). Le monde d’après ne peut pas continuer ainsi à faire traverser le globe à des produits essentiels.

Pourtant de nombreuses entreprises de fabrication de masques existaient en France il y a encore quelques années. C’était par exemple le cas de l’usine Honeywell/Spérian à Plaintel, en Bretagne. La fermeture de cette usine est significative du désinvestissement tragique de l’État dans la production de matériels de protection ainsi que la désindustrialisation du territoire dans un marché mondial de moins en moins régulé, où la recherche du profit maximum prime avant toute autre considération, en particulier sanitaire ou sociale. Cette usine a fermé fin 2018 pour deux raisons principales. En premier, l’arrêt progressif des commandes de l’État après la crise du virus H1N1 de 2009, arrêt dont on mesure aujourd’hui toutes les conséquences sanitaires. En second, la volonté toujours exponentielle de profits des groupes et de leurs actionnaires qui a conduit la société Honeywell à délocaliser cette production et à fermer cette usine pourtant rentable. Le monde d’après ne peut pas continuer à faire primer les profits sur les besoins essentiels.

Pour la commune de Plaintel d’un peu plus de 4 000 habitant-es, cette usine était très importante. Elle était moderne et avait pu acquérir plusieurs lignes de productions automatiques ultra modernes et performantes, grâce entre autres à des subventions et au Crédit Impôt Recherche. Ces machines dernier cri seront détruites et envoyées à la casse… Et surtout, ce sont plus de 300 salarié-es qui se sont ainsi retrouvés au fil des ans licencié-es. Pourtant l’usine Honeywell/Spérian disposait d’une main d’œuvre spécialisées et particulièrement qualifiée. Le monde d’après ne peut pas continuer à faire passer les profits après les intérêts sociaux.

C’est pour que ce monde d’avant ne perdure pas et dans une perspective sociale et écologique que nous soutenons la réalisation du projet de création de la Coopérative d’intérêt Collectif (SCIC) « Fabrique de santé », où se trouvait l'ex-usine Honeywell/Spérian. Nous proposons de redémarrer une production locale et industrielle de masques respiratoires dans laquelle d’ancien-nes salarié-es d’Honeywell Plaintel pourraient de nouveau exercer leurs compétences.

La création d’une société coopérative d’intérêt collectif permettrait d’associer tou-tes les acteur-rices du territoire régional et de la filière. Salarié-es, collectivités locales, associations et groupements d’acheteurs siègent à son conseil d'administration.

Retrouver une capacité de production autonome de matériels de protection en Bretagne permettrait aussi à la fois de pouvoir à nouveau répondre en partie à ce besoin essentiel et d’autre part de réduire la pollution générée par le transport à grand frais pour la planète et l’air que nous respirons.

Elle permettrait aussi de combiner de meilleures conditions de travail, la stabilité de l’emploi et la qualité de la production. Nous défendons l’idée d’emplois utiles, relocalisés et où les travailleuses et travailleurs ont leur mot à dire sur leur travail.

Pour nous la situation de la Coopérative d’intérêt Collectif (SCIC) de Plaintel est un symbole de la situation et des choix de société que nous devons aujourd’hui mener.

Vous aussi soutenez la démarche en signant et relayant la pétition sur le site du comité de soutien: https://soutienscic22.org/

Les signataires

Eric Beynel, porte parole de l’Union syndicale Solidaires
Magali Fricaudet, co-présidente AITEC
Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne
Khaled Gaiji, président des Amis de la Terre France
Michel Jallamion,pour la Convergence nationale des services publics
Benoit Teste, secrétaire général de la FSU
Aurélie Trouvé, porte parole d’ATTAC

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse