Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

1027 Billets

15 Éditions

Tribune 24 nov. 2021

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Contre Éric Zemmour en France comme en Arménie

« Lorsque [Zemmour] dénigre certain·e·s immigré·e·s pour en encenser d’autres, c’est toujours au nom du racisme ». Face aux récupérations des souffrances de leur peuple par Éric Zemmour, un collectif d'Arménien·ne·s de France engagé·e·s s'élève contre un « rapt idéologique ». « Nous refusons que notre histoire soit instrumentalisée, au nom de notre propre dignité, mais aussi par refus des fins violemment discriminantes auxquelles sert cette "OPA". »

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Nous, Arménien.ne.s de France engagé.e.s contre le racisme et pour la solidarité des peuples en lutte, élevons nos voix pour dénoncer les récupérations ordurières qu’Éric Zemmour fait de nos souffrances. 

Éric Zemmour est un personnage éminemment dangereux pour notre vie politique et sociale, qui réhabilite les figures fascistes françaises, assume son racisme, son sexisme et sa lecture révisionniste de la Shoah, de l’Occupation allemande ou de la colonisation française. Il n’y aurait rien à ajouter pour s’opposer à lui si ses motivations ne nous concernaient pas directement. Mais depuis quelques années, Éric Zemmour a décidé de se mêler de nos affaires et s’y attache particulièrement depuis la dernière guerre enclenchée par l’Azerbaïdjan contre l’Artsakh (Haut- Karabakh) et l’Arménie en 2020[1] [2].

Ainsi réagit-il régulièrement, sur les plateaux télévisés ou sur les réseaux sociaux, à l’actualité de cette guerre et de ses conséquences. En cette période électorale, son pseudo-soutien[3] [4] [5] à la communauté arménienne de France et aux Arménien.ne.s d’Arménie est destiné à faire parler de lui auprès des populations françaises et/ou franco-arméniennes. Pire, cela pourrait même aller jusqu’à légitimer son activité politique en dehors des frontières françaises : pour la seconde fois, nous apprenons par une source sérieuse[6] qu’Éric Zemmour prépare un voyage de nature politique en Arménie du 11 au 15 décembre prochain. 

Éric Zemmour aurait donc déjà une feuille de route en Arménie, pour les affaires étrangères ? Quel intérêt ce petit pays, qui a perdu ses ressources au gré des conquêtes impériales et qui peine à exister encore, présente-t-il pour lui ? Aucun. Ce n’est pas le pays qui l’intéresse, mais la caution « arménienne » qu’il va tirer de ce voyage, alors que personne ne le connaît là-bas et que le pays est dans une période d’après-guerre désastreuse.

Le pays se vide, mais il y a une grande communauté arménienne en France (plus de 600 000 habitant.es), principalement issue de l’histoire douloureuse du génocide de 1915. L’histoire nous est tristement familière : Zemmour vient faire son marché sur le sang des Arménien.ne.s, après bien d’autres – comme le fasciste Marc de Cacqueray qui s’était rendu armé en Artsakh durant la dernière guerre[7] ou le militant identitaire Jean-Eudes Gannat, qui racole l’argent arménien avec sa structure « Solidarité Arménie » [8], sans oublier la réécriture culturaliste de Michel Onfray[9]. Une méthode très simple mais qui produit beaucoup de confusions : s’afficher comme « l’ennemi des ennemis » – et donc « l’ami » – des groupes opprimés et isolés, comme les Arméniens d’Artsakh en automne 2020. Suivant cette logique, Zemmour serait l’ami des Arménien.ne.s, puisque leurs oppresseurs Erdoğan et Aliyev seraient les symboles d’un Islam conquérant en terre chrétienne d’Europe. En une phrase, la cause arménienne et l’auto-défense de l’Artsakh sont transformées en un champ de bataille franco-français où l’extrême- droite peut projeter ses fantasmes de « grand remplacement » et de « guerre civilisationnelle » entre Orient et Occident, Islam et Chrétienté.

Un raciste reste un raciste, et lorsqu’il dénigre certain.e.s immigré.e.s pour en encenser d’autres, c’est toujours au nom du racisme. En 2018, Eric Zemmour s’était réjoui que Shahnough Vahignag Aznavourian, se soit résolu (lui, et non ses parents, par pragmatisme et non par conviction) à se rebaptiser Charles Aznavour, afin de pouvoir exister dans un showbiz xénophobe[10]. Traduction, en langue zemmourienne : « Arménien.ne.s, je vous aime, car vous savez renier ce que vous êtes.»

Ce n’est assurément pas l’Arménie, ni ses habitant.e.s, ni les Arménien.ne.s de France qui intéressent Zemmour, mais ce qu’il peut faire de l’ « Arménien », une fois qu’il est à terre. Zemmour feint de défendre les Arménien.ne.s contre l’Azerbaïdjan sur CNEWS mais envisagerait-il, président, de nommer Ministre de la Justice son avocat et ami Olivier Pardo ? Rappelons que ce monsieur est aussi l’avocat de l’Azerbaïdjan à diverses grandes occasions – telles que le procès pour « diffamation » sur la nature de son régime contre la journaliste Élise Lucet[11], ou l’action contre les chartes d’amitié entre les collectivités françaises et la République d’Artsakh[12], et qu’il est aussi l’avocat du plus actif des militants négationnistes à la solde d'Ankara, reconnu comme tel par la Justice française : Maxime Gauin[13].

Nous connaissons notre histoire, et nous ne céderons pas à cette tentative de rapt idéologique. En défendant nos églises contre le rouleau-compresseur exterminateur de l’impérialisme turc et de ses alliés, c’est notre existence et notre culture que nous défendons, et pas celle des suprémacistes et impérialistes occidentaux. Nous refusons que notre histoire soit instrumentalisée, au nom de notre propre dignité, mais aussi par refus des fins violemment discriminantes auxquelles sert cette « OPA ». Sous quelque forme que ce soit, toute tentative de rapprochement entre notre cause et celles de l’extrême droite, explicite ou non, relève de l’injure. Elle ne venge pas les victimes arméniennes de 1915 ou de 2020, mais les tue une seconde fois.

En France comme en Arménie, Zemmour dégage !  

Signataires : 

Renaud Cornand, sociologue

Philippe Huneman, directeur de recherche en philosophie au CNRS

Razmig Keucheyan, sociologue

Marie Sonnette-Manouguian, enseignante

Sylvie Manouguian, responsable associative et culturelle

Pierre Tevanian, philosophe

Ani Tsovinar Vanetsyan, (membre du collectif d’auteur.e.s Djaragayt – socialiste, autonome, internationaliste)

[1] Eric Zemmour sur Twitter : "Eric #Zemmour sur @CNEWS : « Les Européens devraient soutenir l’Arménie selon une logique civilisationnelle. Mais ils refusent cette logique car ils ne veulent pas être considérés comme un club chrétien » #FAI" / Twitter

[2] Eric Zemmour sur Twitter : "Eric #Zemmour sur @CNEWS : « Je suis de tout cœur avec les Arméniens qui sont agressés. Seule la France fait entendre sa voix et c’est tout à l’honneur d’@EmmanuelMacron » #FAI" / Twitter 

[3]Eric Zemmour " TOUT LE MONDE LAISSE CREVER LES ARMENIENS DANS LEUR COIN ! " - YouTube 2’44 : « Je suis pour la défense de la civilisation chrétienne par ce que c’est notre civilisation. » 

[4]L’ Arménie est tombée au champ d’honneur de la realpolitik - YouTube  0’05 : « C’est la realpolitik ! Les grands s’affrontent (…) et les petits meurent. »

[5] E.Zemmour : Les beaux discours sur l’amitié franco-arménienne ne suffisent (...) - Nouvelles d'Arménie en Ligne (armenews.com)

[6] «Selon nos informations, le polémiste doit également se rendre en Arménie du 11 au 15 décembre prochain. Sauf nouvelle annulation. » A Londres, Eric Zemmour déprogrammé à la dernière minute par la Royal Institution (nouvelobs.com) ;

[7] Extrême droite : le patron des Zouaves Paris part combattre au Haut-Karabakh – Libération (liberation.fr)

[8]Au Haut-Karabakh, les identitaires français jouent à la guerre des civilisations : Caucase de France (caucasefrance.com)

[9] Stop aux manipulations ! - Les mots sont importants (lmsi.net)

[10] E. Zemmour : "Nom : Aznavour. Prénom : Charles" (Le Figaro Magazine, 5 oct. 18) - Comité Laïcité République (laicite-republique.org)

[11] Le pays porte plainte contre l'émission Cash Investigation (ouest-france.fr)

[12] Bourg-lès-Valence - La mairie de Bourg menacée par l'Azerbaïdjan (peuple-libre.fr) et Avocat Pardo: La France doit adopter une position équilibrée entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie : Caucase de France (caucasefrance.com)

[13] Le blog du Collectif VAN: QPC : Maxime Gauin contre Laurent Leylekian et Ara Toranian 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal — Gauche(s)
Au-delà de l’affaire Bayou, la vague écoféministe secoue les Verts
Les écologistes réunis en conseil fédéral ont pris date pour leur prochain congrès sur fond de sidération face à l’affaire Bayou. Plus profondément, la place du courant écoféministe incarné par Sandrine Rousseau bouleverse les habitudes du parti.
par Mathieu Dejean
Journal
Damien Abad à l’Assemblée : un retour en toute impunité
Alors qu’ils ont poussé des hauts cris à propos de l’affaire Quatennens, les députés de Renaissance affirment n’avoir aucun mal à accueillir l’ancien ministre des solidarités au Palais-Bourbon, malgré les accusations de viol ou de tentative de viol qui le visent. Une question, disent-ils, de « présomption d’innocence ».
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — International
Lula en tête, Bolsonaro résiste
Si Lula rassemble 48,4 % des voix au premier tour, Bolsonaro crée la surprise en dépassant les 43 %. La vigueur de l’extrême droite se retrouve aux élections législatives et des gouverneurs locaux qui se déroulaient aussi dimanche. Le mois de campagne qui reste s’annonce tendu.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan