Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

1014 Billets

15 Éditions

Tribune 27 avr. 2022

Une opposition forte à l’Assemblée nationale ne se construira pas sans celles et ceux qui agissent sur le terrain

« Nous nous appelons Sanaa, Kevin, Lumir, Stéphane [...] Nous sommes marin-pêcheur, prof d’histoire géo ou boulanger ». Après la défaite de la gauche à l'élection présidentielle, afin de contrecarrer l’homogénéité sociale et culturelle des dirigeants, qui « profite aux mieux lotis », un collectif de citoyen·nes engagé·es candidat·es aux législatives souhaite construire un nouveau rapport de forces à l'Assemblée nationale. « C’est cela, faire de la politique : permettre à chacun de trouver de nouvelles manières plus joyeuses de décider et de vivre ensemble. »

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

L'élection présidentielle est un séisme. Elle a prouvé notre échec collectif à proposer une sortie de crise reposant sur la solidarité et la justice. Une fois de plus absente du second tour, la gauche doit immédiatement se mettre en ordre de bataille pour construire un nouveau rapport de forces à l'Assemblée nationale.

Pour répondre à cet enjeu, nous avons besoin de nous rapprocher des citoyens et des citoyennes sur le terrain. Nous, activistes, militants et citoyens engagés dans les territoires, pouvons proposer une nouvelle manière de connecter les gens et la politique en proposant une nouvelle manière d'exercer le mandat de député. Un mandat en continuité de notre action sur le terrain avec les personnes qui partagent nos vies dans nos villages, nos villes et nos quartiers. 

Nous nous appelons Sanaa, Kevin, Lumir ou Stéphane. Anne ou Charles, et bien d’autres noms encore, qui disent un peu qui nous sommes. Nous venons de Cergy ou du Finistère, de Marseille ou de l’Ain ou encore du Doubs. 

Nous sommes marin-pêcheur, professeure d’histoire géo ou boulanger, et depuis des années nous sommes impliqués dans des mouvements collectifs qui agissent pour changer nos vies. Nous nous engageons chez nous, avec les gens qui nous sont chers, là où nous avons grandi, pour que chaque personne puisse vivre dignement. 

Ce qui nous rassemble pour entrer à l'Assemblée nationale, c'est notre capacité à construire ici et maintenant avec les gens qui nous entourent. Nous pensons que toute personne doit pouvoir s’accomplir et s’émanciper d’où qu’elle vienne, où qu’elle vive, dans un environnement sain où la solidarité permet de construire un monde dans lequel nous avons envie d’élever nos enfants. Ce sont ces valeurs du collectif et de l’émancipation que nous souhaitons faire entrer à l’Assemblée nationale.

Nous sommes des candidats citoyens engagés. Nous nous présentons parce que ce mandat est un des outils à notre disposition pour changer le monde. Nous nous sommes constitués en un collectif : Quartier Général, pour mettre en commun nos forces et nos ressources et pousser notre projet le plus loin possible. 

Il y a quelques semaines, l’un d’entre nous a envoyé 24 camions d’aide humanitaire en Ukraine, grâce aux dons de centaines de personnes. En 2019, un autre a animé avec succès des mobilisations pour le logement qui ont fait suite au drame de la rue d’Aubagne à Marseille. Depuis 4 ans, une autre crée des espaces de concertation citoyenne à Cergy pour les problèmes du quotidien de celles et ceux qui tentent de vivre, malgré les choix politiques d’élus qui ont perdu de vue le bien commun. 

Quand nous nous engageons, il y a des résultats. Nous répondons aux urgences et nous changeons les règles du jeu. Si nous avons remporté des batailles, c’est parce que nous ne nous engageons jamais seuls mais en donnant la parole de celles et ceux qui ont été trop longtemps réduits au silence. Ces combats sont les nôtres, nous les comprenons parce que nous vivons, nous aussi, ces injustices.  Forgés par nos expériences parfois difficiles, nous avons construit notre puissance par le nombre. C’est cela, faire de la politique : permettre à chacun de trouver de nouvelles manières plus joyeuses de décider et de vivre ensemble. Plus que jamais, l’élection présidentielle nous a montré que seul le travail de terrain peut redonner envie aux gens de participer à la politique.

En entrant dans l'hémicycle, nous allons faire le lien entre nos engagements militants quotidiens et les pratiques politiques traditionnelles. Nous allons apporter de nouvelles manières de faire : démocratiques, populaires, responsables. Nous conduirons notre mandat en concertation constante avec les citoyens qui nous ont élus, avec ceux même qui ont voté contre nous. Car nous, petits commerçants, mères de famille, fonctionnaires, pêcheurs sur de petits bateaux, savons l’impact que peuvent avoir de petites ou grandes décisions politiques sur nos vies, la souffrance qu’elles peuvent créer ou le soulagement qu’elles peuvent procurer. 

Et nous voulons le faire avec les partis et mouvements politiques, sur nos terres d’engagements, car nous souhaitons montrer que les expériences de chacun peuvent enrichir nos politiques publiques.

Nous constatons l’échec des représentants actuels du peuple français à se renouveler et à refléter celles et ceux qu’ils prétendent servir. Le pouvoir est aujourd’hui concentré à l’extrême entre les mains des plus riches et des pollueurs. L’homogénéité sociale et culturelle de nos dirigeants sert le maintien d’un régime qui profite aux mieux lotis, et creuse les inégalités. 

La seule façon de reprendre du pouvoir et de changer de paradigme, c’est de miser sur la représentation la plus large possible de la population à l'Assemblée. C’est faire en sorte que chaque élu soit ancré dans la réalité de son territoire et des gens qui l’habitent, et prenne des engagements concrets et exigeants démocratiquement pour impliquer les habitants.

Pour y arriver, nous tendons la main aux forces politiques qui partagent nos valeurs. Nous voulons tisser une relation de confiance et de soutien mutuel, pour reconstruire ensemble un large mouvement jusqu’à la victoire de nos combats communs. L'alliance proposée par l’Union Populaire aux autres partis de gauche et de l'écologie souligne la nécessité qu'une partie des candidats d'une union parlementaire soit issue de la société civile. Cela nous semble une bonne piste pour mettre en œuvre ce nouveau rassemblement auquel nous aspirons toutes et tous. Pour réussir, cet appel au rassemblement doit confirmer sa capacité à accueillir les courants politiques, mouvements sociaux et initiatives citoyennes comme la nôtre qui font la démocratie de demain. 

Nous, citoyens engagés, activistes, et militants, appelons à nous organiser pour ce troisième tour décisif. Aux militants politiques et aux partis : nous pouvons nouer des alliances heureuses. À la société civile : nous pouvons transformer en profondeur la vie politique. Aux citoyens et citoyennes : nous vous invitons à venir construire le futur ensemble.

Parce que vous nous connaissez déjà. Parce que nous sommes vos voisins, votre quotidien, vos semblables. Et lorsque nous entrerons dans l’hémicycle, nous vous emmènerons avec nous.

Ce texte est initié par le collectif Quartier général.

Il est possible de signer cette tribune ici

Premiers signataires : 

Charles Braine, 6ème circonscription du Finistère ; 

Lumir Lapray, 2ème circonscription de l'Ain ; 

Anne Pédron, 4ème circonscription de Loire-Atlantique ; 

Stéphane Ravacley, 2ème circonscription du Doubs ; 

Sanaa Saitouli, 10ème circonscription du Val d'Oise ; 

Kevin Vacher, 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône.

Premiers soutiens : 

Stacy Algrain, activiste pour la justice climatique ;

Sabrina Benmokhtar, candidate aux législative sur la première circonscription de Meurthe-et-Moselle ;

Mehdi Bouteghmès, instituteur et responsable associatif à la Courneuve ;

Damien Deville, géographe et anthropologue ;

Rokhaya Diallo, autrice et réalisatrice ;

Sarah Durieux, autrice et activiste ;

Camille Etienne, activiste

Sabrina Ganeswaran, élue municipale à la Courneuve et IT project manager ; 

Noé Girardot - - Champsaur, coordinateur du collectif Quartier Général ;

Jérôme Karsenti, avocat anticorruption ;

Armel Le Coz, co-fondateur de Démocratie Ouverte ;

Lauren Lolo, élue municipale à Fosses dans le Val d’Oise et co-fondatrice de Cité des Chances ;

Alizée Lozachmeur, co-fondatrice de Makesense ;

Priscillia Ludosky, activiste ;

Grace Ly, autrice ;

Noël Mamère, écologiste ;

Achraf Manar, ambassadeur du collectif Different Leaders ;

Odile Maurin, activiste contre le validisme, élue municipale et métropolitaine à Toulouse ;

Marwan Mohammed, sociologue et acteur associatif à Villiers-sur-Marne ;

Samuel Roumeau, fondateur de Bonne Question ;

Ines Seddiki, responsable associative ;

Barry Sy-Vallade, membre du collectif Different Leaders ;

Taoufik Vallipuram, président de Ouishare et militant engagé au sein d’associations de quartier populaires

Chloé Ridel, présidente de l'association Mieux Vote

Charlotte Marchandise, militante pour la démocratie

Fatima Ouassak, porte-parole du front des mères

Rachid Benzine, romancier et politologue

À la Une de Mediapart

Journal
Les documents ultra-confidentiels saisis par le FBI
L’inventaire de la perquisition menée par le FBI au domicile de Donald Trump, en Floride, a été rendu public vendredi. Les agents fédéraux ont saisi dans la villa de l’ancien président plusieurs documents classés top secret et diverses notes, dont l’une concerne Emmanuel Macron. Trump est soupçonné d’avoir mis en danger la sécurité nationale.
par Patricia Neves
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Énergies
Pétrole : les effets « très limités » des sanctions occidentales contre la Russie
Le pétrole est plus que jamais une manne pour Moscou. En dépit des sanctions, la Russie produit et exporte pratiquement autant qu’avant l’invasion de l’Ukraine, selon le rapport de l’Agence internationale de l’énergie, et les prix se sont envolés.  
par Martine Orange
Journal
Projet de loi immigration : des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel