Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

951 Billets

15 Éditions

Tribune 27 août 2018

GCO: qui veut d’un couloir à camions en Alsace?

Avant la tenue prochaine du Conseil de l'Environnement et des Risques sanitaires et technologiques (CODERST), des élus et responsables associatifs alsaciens. Et affirment que le dossier Grand Contournement Ouest de Strasbourg est loin du projet exemplaire tel que souhaité par le Ministre et le Préfet, comme le confirment les six derniers avis négatifs émis par les différentes instances concernées.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Ainsi nous ne serions que ces égoïstes du Kochersberg qui, en s’opposant à cette autoroute, veulent laisser les automobilistes dans les bouchons…

Sauf que :

En l’espace d’un an, le GCO vient de recueillir pas moins de 6 avis défavorables d’instances indépendantes. Ces avis ne se contentent pas de douter de la pertinence et de la pérennité des compensations environnementales, mais ils mettent clairement en cause l’intérêt public du projet, doutant totalement de sa capacité à désengorger l’agglomération strasbourgeoise et à diminuer la pollution. De plus les avis pointent le risque de transformer l’Alsace en couloir à camions de transit international, avec son cortège d’augmentation des bouchons et de la pollution, du nord au sud de l’Alsace. En clair, le GCO n’est ni compensable, ni souhaitable !

L’Etat va-t-il respecter les procédures démocratiques qu’il a lui-même mises en place ? Vu les grandes manœuvres qui se préparent dès le mois de septembre, il est permis d’en douter et la mobilisation contre cette aberration d’un autre âge doit être totale. Un projet aussi mauvais ne pourrait jamais s’imposer à un territoire, malgré les puissants lobbies qui le portent, si nous étions « tous unis » contre. Hélas, un certain nombre d’élus, d’agriculteurs, de propriétaires de terres ou de citoyens ont cédé, par complicité ou par résignation, au chantage de Vinci et ont permis au projet d’avancer. Si le GCO se fait, ils, les mêmes qui prétendent tellement défendre l’Alsace, devront assumer devant les générations futures, l’immense responsabilité (ou plutôt « irresponsabilité ») d’avoir sacrifié ce territoire à un couloir à camions !

Mais il n’est pas trop tard ! Ensemble, refusons le sort funeste réservé à notre territoire, refusons le bruit permanent, jour et nuit, que nous allons subir, et la pollution qui va l’accompagner, refusons le sacrifice de 300 ha de terres agricoles les plus fertiles d’Europe, et tout cela pour un projet dont l’intérêt public est vivement contestable et contesté par des instances indépendantes.

Après ces avis défavorables, tout élu, tout citoyen, ayant encore un minimum de conscience démocratique, devrait avec nous exiger de l’Etat qu’il arrête le projet GCO, qu’il étudie enfin les alternatives proposées permettant, non seulement de circuler mieux, mais aussi sécuriser le développement économique des entreprises alsaciennes. Qu’attend le gouvernement pour mettre en place rapidement l’écotaxe, au moins en Alsace. Sept pays européens l’ont déjà instaurée, dont la plupart de nos voisins. Une écotaxe alsacienne n’arrangerait certes pas Vinci qui a besoin au contraire d’un afflux massif de camions de transit international pour rentabiliser cette autoroute à péage. L’État ira-t-il jusqu’à sacrifier l’Alsace à des intérêts financiers privés ?

Les signataires :

Martine Wonner, députée de la 4ème circonscription du Bas-Rhin

Luc Huber, maire-délégué de Pfettisheim, commune de Truchtersheim

Dany Karcher, maire de Kolbsheim

Jean-Charles Lambert, maire de Stutzheim-Offenheim

René Wunenburger, maire de Griesheim s/Souffel

Gaston Burger, maire de Dingsheim     

Maurice Wintz, vice-président d’Alsace Nature          

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Au sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
Les partis de gauche opposés à la Primaire populaire durcissent le ton
Alors que le vote d’investiture de la Primaire populaire, qui compte déjà 288 000 inscrits, a lieu entre le 27 et le 30 janvier, les coups pleuvent sur cette initiative citoyenne. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie