Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

936 Billets

15 Éditions

Tribune 28 août 2021

Mesures exceptionnelles en Tunisie - Jusqu’à quand et quelle issue ?

Des associations tunisiennes expriment leur vives inquiétudes face aux arrestations, aux interdictions de voyage et mises en résidence surveillée de nombreuses personnes. Elles demandent « des clarifications sur les étapes à venir » au président de la République tunisienne, Kaies Said qui vient d'annoncer la prolongation « jusqu’à nouvel ordre » des mesures exceptionnelles.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Après l’annonce, par le président de la République, le 24 août 2021, de la prolongation « jusqu’à nouvel ordre » des mesures exceptionnelles décidées il y a un mois ;

Eu égard à la confusion politique et à l’absence de toute vision de l’avenir de la vie politique et civile du pays ;

Considérant le retard inexpliqué de la formation du gouvernement et aux atermoiements quant au retour à un fonctionnement normal des institutions et au respect des droits individuels et des libertés publiques ;

Considérant les abus dont sont victimes nombre de citoyens, homme d’affaires, parlementaires, juges, responsables politiques…

Les associations et organisations signataires appellent le président de la République :

  • A clarifier le délai d’application des mesures d’exception et à initier un dialogue national entre tous les protagonistes de la vie politique, partis, organisations et personnalités (hormis ceux et celles dont l’implication dans des affaires de corruption est avérée et établie par la justice) afin de procéder aux réformes politiques, institutionnelles, économiques et sociales dont le pays a besoin aujourd’hui. Réformes qui ne peuvent aboutir que grâce à l’effort collectif et consensuel.
  • A assurer la neutralité de l’institution militaire qui doit se tenir loin des tiraillements politiques ;
  • A mettre fin au recours à la justice militaire pour juger des civils ;
  • A respecter la séparation des pouvoirs et garantir l’indépendance du pouvoir judiciaire, à recourir au Conseil supérieur de la magistrature avant toute décision d’interdiction de voyage ou de résidence surveillé à l’encontre d’un magistrat ;

Nous, associations et organisations signataires, tenons à exprimer nos vives inquiétudes face aux campagnes d’arrestation, d’interdictions de voyage, de mises en résidence surveillée qui ont touché de nombreux parlementaires, hommes d’affaires, juges, et à l’assignation à résidence l’ancien bâtonnier Chawki Tabib et ancien président de l’INLUCC (Instance nationale de lutte contre la corruption), sans justification ou motif judiciaire.

Nous dénonçons fermement le « raid » sécuritaire contre le siège de l’INLUCC et la mise sous scellés de ses archives. Nous tenons à rappeler qu’il s’agit des dossiers d’une instance indépendante contenant des données personnelles protégées par la loi, tout comme l’identité des lanceurs d’alerte sur la corruption.

Nous tenons également à souligner que la poursuite de l’état de siège et des mesures d’exception, dont celles à caractère répressif, ainsi que la monopolisation de tous les pouvoirs par le président de la République ­­- le tout en l’absence de clarification sur les étapes à venir - mettent en péril le processus démocratique dans notre pays et aggravent encore la situation économique, sociale, sanitaire et politique… L’image de la Tunisie ne peut qu’en souffrir et inquiéter nos partenaires intérieurs et extérieurs. Le pays risque ainsi de s’isoler et de s’enliser dans les politiques d’alignement géopolitique, voire de revenir à la case départ de « l’autoritarisme arabe ».

Tunis, le 28 Août 2021

Premiers signataires :

Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie – CRLDHT

Association Beity

Centre de Soutien du Changement Démocratique et des     Droits de l’Homme – CSCDDH

Association des Passerelles de la Citoyenneté

Association Tunisienne pour la Promotion du Droit à la différence – ATPDD

Centre de Tunisie pour la Liberté de la Presse – CTLP

Association Tunisienne de Défense des Libertés Individuelles – ADLI

Association Tunisienne de Défense des Minorités – ATSM

Voix de Femmes

Association Tunisienne du Mouvement Culturel

Association de Rencontre de la Liberté et de l’Egalité       

Association Citoyenneté, Développement, Cultures et Migrations des deux Rives – CDCMIR

Association Arts et Cultures des deux Rives

Tunisian Forum For Youth Empowerment – TFYE

Association Solidarité Laïque Tunisie

Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche sur le Développement – AFTURD

Organisation 10_23 de soutien au Processus démocratique

Association Yakadha pour la Démocratie et l’Etat Civique

Association Hassen Saadaoui pour la Démocratie et l’Egalité

Free Sight Association

Association Pont de Genève

Association Adl

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B