Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

1027 Billets

15 Éditions

Tribune 29 janv. 2020

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Dans l'enseignement et la recherche aussi, les femmes grandes perdantes de la réforme des retraites

Un collectif de femmes syndicalistes de l’Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la recherche s'élèvent contre le projet de retraites par points, qui «ne ferait qu’accroître ces inégalités par des baisses de pensions très importantes d’un grand nombre de femmes». Les soi-disant «grandes gagnantes» refusent d'être instrumentalisées «pour justifier une réforme injuste et inégalitaire». 

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Le gouvernement affirme que nous, les femmes, serions les grandes « gagnantes » de la réforme des retraites. Pourtant, tout montre que nous en serons bien plutôt les grandes perdantes, et notamment dans l’Éducation nationale et l’enseignement supérieur et la recherche (ESR).

L’Éducation nationale est féminisée à plus de 70%. Au sein de l’Enseignement supérieur et la recherche, les femmes représentent au total un peu plus de 51%. Dans les deux ministères, les emplois les moins rémunérés et les moins qualifiés sont occupés très majoritairement par des femmes. De manière générale, l’Éducation nationale n’est pas préservée des inégalités hommes-femmes : à corps et grade égaux, nous gagnons 14% de moins que les hommes. 14% des femmes sont à temps partiel, contre 5% des hommes, notamment pour des raisons de charge parentale. Dans l’ESR, des plafonds de verre particulièrement résistants (il y a par exemple environ 2 fois moins de chances d’occuper un poste de professeur·e d’université - ou équivalent – lorsque l’on est une femme que lorsque l’on est un homme !), l’existence de primes individualisées distribuées sur la base d’un prétendu « mérite », conjugués à une précarité accrue et à des recrutements tardifs, font que la situation des femmes y est nettement moins favorable que celle des hommes.

Le projet de réforme des retraites par point, au lieu de les corriger, va prolonger ces inégalités au-delà de la fin de la période active. Dans le système actuel, les pensions des femmes sont déjà nettement inférieures à celles des hommes, mais le projet de retraite à points ne ferait qu’accroître ces inégalités par des baisses de pensions très importantes d’un grand nombre de femmes. En effet, on ne prendrait plus en compte les 6 derniers mois, base de calcul du système actuel, mais l’ensemble de la carrière professionnelle des femmes. Cela impliquerait inévitablement une baisse considérable de nos pensions. L’intégration des primes à ce calcul ne ferait qu’accentuer les inégalités car les primes, comme toutes les parts variables de rémunération, bénéficient plus aux hommes qu’aux femmes, comme on le constate avec les heures supplémentaires (HSA), les IMP... Les personnels en temps partiel (majoritairement les femmes) ne peuvent pas bénéficier d’HSA or celles-ci rentrant dans le système des primes, avec le projet de réforme cela accentue encore les inégalités de pension.

Le gouvernement veut faire croire que les mécanismes d’augmentation des points liés à la parentalité seraient une avancée pour les femmes. Pourtant, les 5% supplémentaires accordés par enfant seraient attribués au choix à la mère... ou au père. Or, la tentation serait importante de les attribuer au salaire le plus élevé et donc au père. De même, l’évolution du système des pensions de réversion constitue un véritable recul : d’une part elles ne seraient versées qu’à partir de 55 ans, alors qu’il n’y avait pas de limite dans le système actuel, et d’autre part les femmes divorcées ou remariées ne bénéficieraient plus de la pension de réversion. C’est un recul important porté à l’indépendance financière des femmes, mais aussi à leur sécurité avec un féminicide sur quatre commis au moment de la retraite.

Nous affirmons que contrairement aux annonces du gouvernement, les femmes seront les grandes perdantes de cette réforme. Nous dénonçons cette gouvernance qui tente de nous instrumentaliser en prétendant le contraire pour justifier une réforme injuste et inégalitaire majoritairement rejetée par la population.

Nous, femmes syndicalistes de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur ou de la recherche et syndicalistes lycéennes ou étudiantes, dénonçons avec force le projet du gouvernement de réforme du système de retraite universel par point.

Signataires:

Sophie Abraham (chargée des questions femmes au SNUipp-FSU),
Sylvie Aebischer (CGT Éduc’action, représentante au CSE),
Marie Aillet (membre du bureau national du SNCL),
Lisa Badet (vice-présidente de la FIDL), Cendrine Berger (secrétaire générale de la CGT FERC Sup, élue CTMESR),
Marie Buisson (secrétaire générale de la FERC CGT),
Louise Bihan (commission antipatriarcat de Solidaires étudiant-e-s syndicats de luttes),
Francine Canard (membre du bureau national du SNCL),
Sophie Coquillat (membre du bureau national du SNCL),
Luce Desseaux (chargée des questions femmes au SNUipp-FSU), 
Nathalie François ( Secrétaire nationale du SNEP-FSU)
Sigrid Gérardin (co-secrétaire générale SNUEP FSU),
Janique Guiramand (secrétaire nationale de SUD Recherche EPST, élue CTMESR), Pauline Guittot (représentante SUD éducation en CAPN),
Louise Gury (co-secrétaire fédérale SUD éducation, représentante au CSE),
Mélanie Luce, (Présidente de l’UNEF),
Armelle Mabon (SUD éducation, élue CNESER),
Héloïse Moreau (présidente de l’UNL),
Francette Popineau (co-secrétaire générale SNUipp-Fsu),
Emmanuelle Puissant (CGT FERC Sup, élue 5e section du Conseil National des Universités),
Cécile Quantin (SUD éducation, élue CTU),
Christele Rissel (secrétaire nationale de la CGT Educ’action, élue CAPN),
Anne Roger (Co-secrétaire générale SNESUP-FSU),
Frédérique Rolet (secrétaire générale SNES FSU),
Aurélia Sarrasin (secrétaire nationale SNES FSU),
Fatna Seghrouchni (co-secrétaire fédérale SUD éducation),
Valérie Sipahimalani (secrétaire générale adjointe SNES FSU),
Josiane Tack (secrétaire générale du SNTRS CGT, élue CTMESR),
Maud Valegeas (représentante SUD éducation au CSE),
Charlotte Vanbesien (secrétaire fédérale de la FERC CGT),
Sophie Vénétitay (sécrétaire générale adjointe SNES FSU),
Isabelle Vuillet (secrétaire nationale de la CGT Educ’action, élue CTMEN). 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol