Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

1014 Billets

15 Éditions

Tribune 30 janv. 2020

Précaires de l’enseignement et de la recherche: on ne soutient pas la grève, on la fait ou on l’empêche

Un collectif de précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche en Île-de-France, mobilisé·es depuis plusieurs semaines contre la réforme des retraites, appelle à «la prise de risques pour sauver l’Université publique». Il propose notamment aux enseignant·es titulaires un nouveau moyen d’action, en les appelant à «une démission collective des fonctions administratives».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Ces derniers jours, différents médias, dont Mediapart, ont relayé plusieurs textes relatifs à la mobilisation en cours dans notre secteur, qui nous ont interpellé·es. Nous sommes un collectif de précaires de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) en Île-de-France, mobilisé·es depuis plusieurs semaines pour protester tant contre la réforme des retraites que contre les transformations promises à l’Université par le gouvernement actuel. Faisant ici particulièrement référence à la loi pluriannuelle de programmation de la recherche (LPPR) annoncée, nous n’en oublions pas pour autant les différentes mesures mises en place depuis plusieurs années, visant à réduire les possibilités ouvertes aux chercheur·euses de produire et de diffuser le savoir. Force est de constater que l’accumulation rapide de réformes structurelles réduisent et réduiront encore comme peau de chagrin tant la qualité des travaux de recherche en France que les enseignements dispensés aux étudiant·es. Le cocktail des réformes s’avère ainsi particulièrement brutal, teinté de mépris et deviendra sans aucun doute explosif si ces dernières aboutissent. Si les revendications du secteur de l’ESR gagnent en visibilité, certains points brillent par leur absence, en témoignent les nombreuses tribunes de titulaires qui passent sous silence nos conditions de travail et nos luttes.

Nous sommes d’abord touché·es par l’invisibilisation voire, parfois, la déconsidération des précaires de l’ESR qui affleurent dans différents articles publiés, en dépit de nos nombreux comptes-rendus d’assemblées générales et communiqués largement relayés, notamment via le site de l’Université ouverte[1]. La condition spécifique des précaires de l’ESR, résultat de politiques néolibérales engagées depuis au moins une quinzaine d’années, est pourtant au cœur de ce qui devrait constituer le refus de ces réformes. Les précaires constituent par ailleurs une masse de travailleurs·ses non négligeable[2] qui participent à l’effort de production intellectuelle et d’enseignement en France. Ces « oublis » renforcent une représentation tronquée de l’Université, où notre travail de fourmi, nécessaire, est passé sous silence : tout comme nous corrigeons l’immense majorité des partiels, réalisons la quasi-totalité des heures de travaux dirigés ou assurons une part cruciale de l’administration universitaire, nous — et en particulier des femmes — sommes des piliers de la mobilisation actuelle, dans ses différents foyers, où nous peinons à mobiliser nos pairs titulaires. Ces textes reflètent la négation tant de notre existence en tant que collectif faisant partie intégrante de la « communauté universitaire », que de notre nécessaire voix pour mobiliser en son sein.

Jusqu’ici, nous avons soit été englobé·es dans un groupe admonesté sur un ton paternaliste quant aux modalités de sa mobilisation, soit réduits à une marge d’« excité·es ». Nous appelons au contraire la communauté universitaire à se saisir de l’opportunité de cette mobilisation pour remettre en cause les rapports de domination qui la gouvernent.

Cette invisibilisation des précaires comme groupe et acteur important des mobilisations actuelles se répercute dans la critique politique. Nous ne contredisons pas les collègues concernant la nécessité d’être inventif dans la lutte ni sur le diagnostic d’un manque d’indépendance de l’Université et d’une aggravation de la situation avec les réformes promises. Mais ces dernier·es écartent trop souvent toute une autre série de problèmes : les transformations à venir de l’Université vont également renforcer des logiques de précarisation[3]. Notoirement, l’accès à un poste pérenne dans l’ESR arrive en moyenne à l’âge de 34 ans, soit 10 ans environ après le début d’une thèse. La mise en place d’un dispositif de « tenure track » — directement importé du modèle américain, ou, plus concrètement, un CDD de 6 ans post-thèse avant l’obtention d’un poste — allongera sans aucun doute la durée de carrières déjà longues et chaotiques. Faut-il rappeler que les précaires de l’ESR réalisent la même variété d’activités que leurs collègues titulaires[4], dans des conditions d’incertitude autrement plus difficiles ? 

L’enjeu de la titularisation colonise nos intimités : comment prendre du repos quand il faut publier sans cesse pour espérer être recruté·e ? Est-il acceptable de devoir attendre la quarantaine pour savoir si et où l’on va pouvoir s’installer ? Comment travailler sereinement, quand les vacations — des charges administratives ou d’enseignement ponctuelles — sont payées avec des mois, voire une année de retard, et parfois assurées sans même qu’un contrat de travail n’ait été signé ? Comment survivre tandis que du travail gratuit nous est de plus en plus fréquemment extorqué, alors qu’entre corrections et préparations de cours nous touchons en majorité moins qu’un SMIC horaire ? Nous n’acceptons plus d’être réduit·es à des pions interchangeables, à une main-d’œuvre anonyme et corvéable à merci. De telles conditions de travail dans un secteur désinvesti par les financements publics conduisent à considérer les non-titulaires de l’ESR comme des objets — y compris sexuels, comme le prouvent tristement les nombreuses révélations de viols et d’agressions sexuelles à l’encontre d’étudiant·es et de doctorant·es[5]. Pour autant, et en dépit des conditions objectives de travail qui nous atomisent (rares sont les précaires d’Île-de-France qui ont accès à un bureau) et nous placent dans un système de féroce compétition pour l’obtention d’un poste pérenne, nous parvenons à (nous) mobiliser, et nous attendons, sans tomber dans le corporatisme, un soutien effectif et bienveillant de la part de nos pairs titulaires et par-là bien mieux protégé·es.

Nous rappelons que nous sommes en grève et appelons à l’arrêt total des activités administratives, d’enseignement et de recherche. On ne « soutient » pas la grève : on la fait ou on l’empêche. Ce mode d’action est prioritaire : la grève réaffirme notre statut de travailleurs·ses, et signifie à nos collègues, aux étudiant·es et à l’ensemble de la société civile que l’université publique et la recherche émancipée des intérêts privés ne peuvent exister sans nous. La grève est utile : elle dégage le temps nécessaire pour intervenir dans les universités ouvertes, dans la construction de solidarités entre établissements et dans le blocage des autres secteurs au travers de coordinations interprofessionnelles. Par ailleurs, elle politise nos universités, en suscitant des interactions avec et entre nos étudiant·es et permet de rendre compte des conditions indignes de travail et de rémunération dans lesquelles nous enseignons, ainsi que des conséquences à très court terme des réformes en cours. Du fait de notre position dominée, nous sommes au contact direct des étudiant·es les plus fragiles, et ne pouvons que constater qu’il serait indécent de continuer à travailler eu égard à cette précarité étudiante, qui, aujourd’hui, s’avère mortelle, comme en témoigne la triste actualité d’un étudiant lyonnais qui s’est immolé par le feu devant le siège du Crous. Nous côtoyons quotidiennement les premières victimes d’une destruction accélérée de l’Université publique, mais aussi du système de solidarité français.

Afin de nous montrer un réel soutien, nous proposons aux enseignant·es titulaires un nouveau moyen d’action, en les appelant à une démission collective des fonctions administratives. À l’instar des hospitaliers, il est temps pour les enseignant·es-chercheurs·ses de se mobiliser à la hauteur de l’urgence. Il est désormais l’heure pour ces enseignants·es de prouver leur solidarité avec l’ensemble des personnels de l’ESR, de considérer leur position privilégiée et d’assumer pleinement les responsabilités qu’une telle position implique. La prise de risques pour sauver l’Université publique et gratuite ne peut incomber uniquement aux étudiant·es, privé.es de formation diplômante, et aux précaires.

En bref, nous ne sommes ni angoissé·es ni excité·es. Nous sommes déterminé·es et en colère. La revendication d’un plan de création massif de postes de titulaires (BIATSS, ITA, enseignant·e·s-chercheur·ses) constitue notre revendication centrale et doit devenir celle de l’ensemble de l’enseignement supérieur et de la recherche. Nous ne nous battrons pas pour d’autres revendications tant que celle-ci ne sera pas satisfaite. Nous exigeons de l’ensemble des titulaires qu’ils et elles nous rejoignent dans la grève des activités administratives, pédagogiques et scientifiques. Nous n’organiserons pas les diplômes, nous refuserons de prendre des postes de vacataires, nous ne ferons pas la rentrée. Nous appelons à ce titre l’ensemble des acteurs·trices de l’enseignement supérieur et de la recherche à nous rejoindre massivement dans l’effort de grève. Nous enjoignons également tous·tes les étudiant.es à rejoindre cette mobilisation, en participant aux assemblées générales, en renforçant les piquets de grève, en grossissant les rangs des manifestant.es, pour des conditions de travail et d’étude décentes, pour une université gratuite et ouverte à toutes et tous. Soyons collectivement à la hauteur des enjeux : il en va de notre système de retraite, de notre avenir professionnel et de celui de l’Université publique. 

Signataires :

Le collectif des précaires de l’ESR en Île-de-France

Contact : precairesesr_idf@riseup.net

[1]Consulter : https://universiteouverte.org/2020/01/19/precaires-deter-et-en-colere/

[2]Au moins 24% des effectifs de chargé.es de cours, sans compter les personnels administratifs, voir à ce sujet : https://precairesesr.fr/wp-content/uploads/Brochure_precarite_a_l_universite_2016.pdf

[3]Consulter : https://precairesdelesr.wordpress.com/

[4]Eric Agrikoliansky, « Enseignant-chercheur, sombre bilan », AOC, publié le 05/09/2019, https://aoc.media/analyse/2019/05/09/enseignant-chercheur-sombre-bilan/

[5]Tribune, les invités de Mediapart, « Après #metoo, le besoin urgent d’une déontologie universitaire », Mediapart, publié le 28/06/2019. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Histoire
Sous les tapis des tisseuses, l’écho de la domination coloniale
En 1964, une soixantaine de familles de harkis ont été parquées dans une cité à l’écart de Lodève pour faire tourner ce qui allait devenir l’annexe de la manufacture de la Savonnerie de Paris, et raviver la tradition textile locale. Mais côté coulisses, l’Algérie française y a joué quelques prolongations.
par Prisca Borrel
Journal — Europe
Royaume-Uni : un débat économique de faible niveau pour la direction du parti conservateur
Les deux candidats à la direction du parti n’ont guère d’idées face à la hausse des prix qui frappe pourtant de plein fouet l’économie britannique. Le débat économique se limite donc à un duel stratégique pour convaincre le cœur militant des Tories.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie