Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

952 Billets

15 Éditions

Tribune 31 mars 2020

Appel de médecins européens: placez les réfugiés des îles grecques en sécurité

À l'initiative de médecins néerlandais, près de 30 000 citoyens - dont 5000 médecins-  européens lancent un appel à tous les dirigeants de l'Union Européenne pour sauver les réfugiés du camp de Mória. « Si l'Europe détourne maintenant le regard, cette situation peut se transformer en catastrophe médicale, qui peut avoir un effet fatal sur les normes et les valeurs du système de santé européen. »  

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.

Nous, médecins d'Europe, appelons les dirigeants de nos gouvernements et de l'Union Européenne à mettre immédiatement les réfugiés actuellement en Grèce en sécurité.

Ces dernières années, les camps de réfugiés dans les îles grecques sont devenus sur-peuplés. L'épidémie de Coronavirus qui menace d'arriver dans les camps aura des conséquences catastrophiques pour les réfugiés, pour le peuple grec et le reste de notre société Européenne.

Il est illusoire de croire qu'une épidémie de Coronavirus dans ces camps puisse être contrôlée. Au total, 40 000 personnes vivent sur quelques kilomètres carrés dans les camps. Il ne reste que quelques médecins. Les nombreux enfants et adultes sont déjà en proie à des traumatismes physiques et mentaux.

Si l'Europe détourne maintenant le regard, cette situation peut se transformer en catastrophe médicale, qui peut avoir un effet fatal sur les normes et les valeurs du système de santé européen.

Contre cela, nous devons protéger les réfugiés, le peuple grec qui est pris au piège depuis des années et l'ensemble de notre population Européenne.

Nous, médecins, avons prêté serment dans lequel nous nous engageons à fournir des soins médicaux à chaque individu, indépendamment de sa personne et de son origine. En tant que médecins européens, nous nous engageons à faire tout notre possible pour prévenir cette catastrophe médicale.

Les dirigeants de l'Union européenne ont également fait une promesse il y a quatre ans : chaque pays accueillera un nombre déterminé de réfugiés de Grèce et de Turquie. Aucun pays de l'UE n'a respecté cet accord. Il ne suffit pas de déplacer les réfugiés vers des camps sur le continent grec ; ces camps sont également surpeuplés.

Nous faisons appel à tous les dirigeants de l'UE à honorer l'accord conclu en 2016 et à accueillir des réfugiés dans leur pays conformément aux accords conclus précédemment pour prévenir cette catastrophe médicale sur le territoire européen.

Cette pétition originaire des Pays-Bas a commencé le 24 mars 2020. Elle est déjà signée par des milliers de médecins européens.

Accédez à https://en.sosmoria.eu/ et signez également.

Parmi les 30 000 signataires :

Le Docteur Louise Gunning-Schepers, professeur Université d'Amsterdam et fondatrice de l'Association européenne de santé publique (EUPHA)
Gerlach Cerfontaine, président de l'Association des professionnels médicaux néerlandais (www.vvaa.nl)
Le Docteur Maria Van Den Muijsenbergh, professeur Radboud UMC
Le Docteur Ivan Wolffers, professeur émérite d'Amsterdam UMC

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française