Lëshat
Glandeur de compétition (mais j'ai arrêté le sport de haut niveau)
Abonné·e de Mediapart

85 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 févr. 2015

Grajdanskaïa Oborona - «Ma protection»

Il y a environ une semaine, on annonçait, en Russie, le lancement, à partir du 1er février, d'une nouvelle chaîne de télévision, «Tekhno 24», entièrement dédiée à l'armement, à la recherche de pointe et ciblant «les hommes de 30-45 ans qui ont réussi dans la vie et qui sont curieux», mais ayant vocation à s'adresser aux patriotes masculins de tous âges.

Lëshat
Glandeur de compétition (mais j'ai arrêté le sport de haut niveau)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a environ une semaine, on annonçait, en Russie, le lancement, à partir du 1er février, d'une nouvelle chaîne de télévision, «Tekhno 24», entièrement dédiée à l'armement, à la recherche de pointe et ciblant «les hommes de 30-45 ans qui ont réussi dans la vie et qui sont curieux», mais ayant vocation à s'adresser aux patriotes masculins de tous âges.
La chaîne, fondée par la VGTRK, compagnie possédant toutes les chaînes d'état en Russie, proposera des reportages sur «les dernières nouveautés en matière d'armement, les arts martiaux, les sports extrêmes et les expéditions au bout du monde». Le projet vient apparemment des mêmes auteurs qui nous ont déjà offert le «biathlon en chars d'assaut», où le commentateur s'extasiait des heures durant sur l'adresse des mécaniciens-conducteurs, des chefs de char et des artilleurs russes, tout en rappelant à chaque occasion la supériorité, la robustesse et la magnificence de l'incomparable T-72, supérieur à tous les chars du monde, même si on ne s'est pas donné la peine d'inviter tous les autres constructeurs et pilotes de chars pour pouvoir vraiment comparer. Toutes les équipes venues d'ex-URSS, d'Afrique ou d'Amérique Latine roulaient dans des T-72 fournis par les Russes, seuls les Chinois étaient venus avec leurs Type 96, et les mauvaises langues disaient que les performances exceptionnelles des équipages russes était dues à un moteur gonflé et à un allègement du blindage réactif.
Il y a quelques jours, un journal web de Saint-Pétersbourg publiait un article où il décrivait une «fabrique à trolls» installée dans la ville, selon des témoignages anonymes et des recoupements d'annonces d'embauche de «copyrighters» et de «content-managers». En même temps, la presse russe annonçait des projets de création «d'armées de trolls idéologiques» en Ukraine et en Grande-Bretagne.
Le nom du groupe de Egor Letov, «Grajdanskaïa Oborona», se traduit par «Défense (Protection, Sécurité) Civile», et c'est est une vieille tradition soviétique qui portera diverses appelations hideuses tout au long de son histoire. «Oborona», c'est à la fois la défense du ministère («ministerstvo oborony»), et la protection/sécurité des civils («grajdanskaïa oborona»), un terme militairement bien plus connoté que ces deux équivalents français que j'essaye de donner, évoquant constamment l'attaque potentielle. La défense civile à la soviétique c'est, dans une de ses toutes premières incarnations, un «club d'enthousiastes» des années 30 comme l'Osoaviakhim («Société de contribution à la défense, et aux industries de l'aviation et de la chimie») ou la DOSAAF («Société volontaire de contribution à l'armée, à l'aviation et à la flotte»). Dans une blague légèrement anachronique (la DOSAAF reçoit ce nom vers 1950) et mettant en scène le Standartenführer Stierlitz, un espion soviétique infiltré au sein du 3e Reich, le faux officier SS répond, comme à son habitude, par une grosse bourde à une question provocatrice posée par un vrai nazi :
— «Mais dites-moi, Stierlitz, où est-ce que vous avez appris à aussi bien conduire ?»
— «À la DOSAAF», répondit Stierlitz, et se demanda : «N'en aurais-je pas dit un peu trop?»
Pour tout habitant de la Russie, la «protection civile», ça n'évoquera pas les secours de réserve et le plan d'opérations chargés de protéger les civils en cas de grande catastrophe technogène, mais  es cours destinés à vous apprendre le b.a.-ba de la guerre : comment mettre un masque à gaz, comment creuser une tranchée, comment nettoyer une kalachnikov, comment survivre quand l'armée, les pompiers, les secouristes et les policiers ne sont plus là. La mission principale des troupes de défense civile rattachées en permanence à l'Armée Rouge était de se rendre dans les hôpitaux, sur les lieux d'attaques, de bombardements, d'incendies ; d'estimer les dégâts, de transmettre les informations et d'essayer d'essuyer le plus de conséquences possible avec les moyens à disposition. GrOb, le petit nom de Grajdanskaïa Oborona, signifie «cercueil». En 1937, Samouil Marchak, poète connu en grande partie pour la partie de son œuvre destinée aux enfants, ainsi que les répressions que subiront beaucoup de ses amis et disciples (y compris Daniil Harms), publiait son «Récit sur un héros inconnu» qui plongeait sans peur dans un immeuble en flammes pour sauver une personne, évoquant la «norme GTO» (Gotov k Trudu i Oborone - «Prêt au Travail et à la Défense») : une série d'épreuves physiques destinées à montrer votre aptitude à zigzaguer le plus longtemps possible entre les obus de mortiers et les nids de mitrailleuse, et récompensée par un insigne à porter sur sa chemise :
«Sur sa poitrine, un insigne “GTO”,
On ne sait plus rien d'autre sur lui.»
En 1989, Letov écrivait la lassitude des mensonges et du matraquage, détournant cette défense de corps et d'acier en une protection psychique et personnelle. Une sécurité pour une sanité fortement ébranlée par le réel. Quand on ne sait plus quel monde est le plus fait de toc, qu'est-ce qui est or, et qu'est-ce qui est plastique.

***

© Vladimir Rodionov


Le monde en plastique a gagné
La maquette a été plus forte
Le dernier lampion refroidit
Le dernier esquif est fatigué
Et dans la gorge, exhalent les
Grumeaux des souvenirs
O-Oh Ma protection
Jeu de lumière d'un œil aveugle
Ballon funéraire d'un monde bon marché
Jeu de lumière d'un monde bon marché
Le monde en plastique a gagné
Triomphe le tocsin en carton
Qui veut une tranchette du ciel de juillet ?
O-Oh Ma protection
Jeu de lumière d'un œil aveugle
Ballon funéraire d'un monde maladroit
Jeu de lumière d'un monde bon marché

Le monde en plastique a gagné
La maquette a été plus forte
Le dernier esquif refroidit
Le dernier lampion est fatigué
Et dans la gorge, exhalent les
Grumeaux des souvenirs
O-Oh Ma protection
Jeu de lumière d'un œil aveugle
Ballon funéraire d'un monde bon marché
O-Oh Ma protection (ad lib)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d’un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — France
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin