Lëshat
Glandeur de compétition (mais j'ai arrêté le sport de haut niveau)
Abonné·e de Mediapart

85 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 avr. 2014

« Oui, mais chez nous, on fabrique des fusées »

Il y de ces signes qui trompent rarement : quand Dmitri Kisseliov, se permet, il y a une vingtaine de jours, de rappeler à son public, comme ça, en passant, que la Russie est le seul pays du monde capable de « transformer les USA en cendres radioactives » grâce à son système de mise à feu automatique des missiles ballisitiques «Perimetr »,c'est que le pouvoir russe ressent le besoin d'invoquer une de ces « réponses universelles » à l'occident décadent calibrées encore au temps des Soviets. Plus qu'une vulgaire menace « faites pas les cons, on a la Bombe », on touche la corde patriotique et nostalgique : « l'URSS nous a quand même légué de belles choses, et nos know-how technologiques super-secrets qu'on va enfin révéler vont encore en faire trembler plus d'un ».

Lëshat
Glandeur de compétition (mais j'ai arrêté le sport de haut niveau)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y de ces signes qui trompent rarement : quand Dmitri Kisseliov, se permet, il y a une vingtaine de jours, de rappeler à son public, comme ça, en passant, que la Russie est le seul pays du monde capable de « transformer les USA en cendres radioactives » grâce à son système de mise à feu automatique des missiles ballisitiques «Perimetr »,c'est que le pouvoir russe ressent le besoin d'invoquer une de ces « réponses universelles » à l'occident décadent calibrées encore au temps des Soviets. Plus qu'une vulgaire menace « faites pas les cons, on a la Bombe », on touche la corde patriotique et nostalgique : « l'URSS nous a quand même légué de belles choses, et nos know-how technologiques super-secrets qu'on va enfin révéler vont encore en faire trembler plus d'un ».

Certains en profitent pour poser la question : la Russie a-t-elle vraiment les moyens de ses ambitions nucléaires ? D'après l'analyse d'Oleg Leousenko, blogueur ukrainien, les traités mettant fin à la production de plutonium militaire empêchent la Russie, théoriquement, de renouveler la partie la plus importante et menaçante de son arsenal nucléaire : les missiles à têtes multiples basés dans les silos. D'ici 2015, l'efficacité de l'arsenal serait déjà fortement réduite, et toutes les forces stratégiques nucléaires russes pourraient être bonnes pour la casse d'ici quelques dizaines d'années.
Si, de mon côté, je n'ai pas de connaissances suffiasntes en termes de traités antinucléaires et de caractéristiques techniques des différents lanceurs russes pour pouvoir juger de la pertinence de ces allégations, je ne doute pas qu'une bonne partie des spectateurs de Kisseliov refusera l'éventualité même d'une disparition ou d'un affaiblissement de son bouclier nucléaire. Youri Vizbor, chansonnier et icône de la «chanson d'auteur» russe, avait déjà décrit, il y a 50 ans de cela, dans un style léger et humoristique, cette foi inébranlable en la suprématie de la science et du ballet soviétiques, scandée par son héros imaginaire, l'ingénieur-technologue Pétoukhov. Dans la vidéo qui suit, le morceau est interprété par le collectif « Chansons de notre siècle », que je vous avais déjà brièvement présenté dans un autre billet.

© Архив авторской песни

Youri Vizbor : « Le récit du technologue Pétoukhov »
J'causais une fois, les gars, avec un africain,
Et puis figurez-vous voilà qu'y m'dit :
Fait trop froid en Russie pour s'mettre en slip de bain,
C'est pour cela que tout est aussi gris !
Oui mais chez nous, j'y dis, on fabrique des fusées, [1]
On barre le cours des rivières ! [2]
Et dans le domaine du ballet,
Nous devançons la Terre entière,
Nous devançons la Terre entière !
Après ça on a bu deux-trois verres de plus,
Et puis figurez-vous voilà qu'y m'dit :
On ne danse pas le twist dans les villages russes,
C'est pour cela que tout est aussi gris !
Oui mais chez nous, j'y dis, on fabrique des fusées,
On barre le cours des rivières !
Et dans le domaine du ballet,
Nous devançons la Terre entière,
Nous devançons la Terre entière !
Puis on a arrosé tout ça de vin
Et voilà qu'y me dit : mais toi, t'es qui ?
Moi, y dit, je suis un héritier africain.
« Moi, ingénieur Pétoukhov », que j'y dis.
C'est moi, j'y dis, qui fabrique les fusées,
Qui barre le cours des rivières !
Même dans le domaine du ballet,
Je suis devant la Terre entière,
Je suis devant la Terre entière !
Je suis pétri, qu'y dit, des meilleurs sentiments,
Révèle-moi votre ultime secret !
Facile, j'y dis, l'art soviétique, de notre temps,
Vaut bien plus que toutes les fusées !
Mais bon quand même, j'y dis, on fabrique des fusées,
On barre le cours des rivières !
Et dans le domaine du ballet,
Nous devançons la Terre entière,
Nous devançons la Terre entière !
(1964)
[1] J'ai choisi de traduire raketa par « fusée » parce que ça me facilitait la rime et collait mieux au ton de la chanson, mais ce terme désigne en russe aussi bien les roquettes de petit calibre que les missiles balistiques ou les fusées spatiales.
[2] Le texte original parle du Iénisseï, un fleuve de Sibérie. En 1963 commençait la construction du second barrage sur ce fleuve qui en compte trois de nos jours.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Le ministère du travail abuse de la précarité pour ses propres salariés
Plusieurs agents contractuels n’ont récemment pas été payés comme ils l’auraient dû. La CGT dénonce l’augmentation de la précarité au sein de l’institution censée veiller à la bonne application du droit du travail, et lutter contre l’explosion des contrats courts.
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses