Lëshat
Glandeur de compétition (mais j'ai arrêté le sport de haut niveau)
Abonné·e de Mediapart

85 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 févr. 2015

Lëshat
Glandeur de compétition (mais j'ai arrêté le sport de haut niveau)
Abonné·e de Mediapart

GrOb - «Le drapeau rouge»

Limonov, Letov et Douguine sur fond de drapeau du NBPAujourd'hui, à la télé russe, on parlait des zagradotriady. Un des représentants officiels de la DNR en tenue de camouflage affirmait que ces détachements étaient chargés de fusiller sur place les soldats ukrainiens qui battraient en retraite.

Lëshat
Glandeur de compétition (mais j'ai arrêté le sport de haut niveau)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Limonov, Letov et Douguine sur fond de drapeau du NBP

Aujourd'hui, à la télé russe, on parlait des zagradotriady. Un des représentants officiels de la DNR en tenue de camouflage affirmait que ces détachements étaient chargés de fusiller sur place les soldats ukrainiens qui battraient en retraite. Pour ceux qui pensent que les média russes passent leur journées à traiter les ukrainiens de nazis, zagradotriady est un terme qui vient de la Grande Guerre Patriotique, et désigne les forces spéciales du NKVD chargées d'appliquer le fameux «ordre n°227» («Pas un pas en arrière») aux bataillons disciplinaires et autres récalcitrants. Donc bon, ils les traitent aussi de staliniens sanguinaires, si ça vous rassure.
À la fin de l'émission, on présente un poème du Ministre des affaires étrangères, Lavrov, publié dans la revue Le Pionnier russe : «“Émigrés” n'est pas un mot russe». On nous apprend qu'il aurait aussi écrit l'hymne du MGIMO (L'institut des relations internationales de Moscou) dont il est diplômé. Egor Letov est mort il y a presque 7 ans, le 19 février 2008. Je doute que dans deux semaines, les journaux télé officiels mentionnent un de ceux que l'on considère, à tort ou à raison, comme l'un des plus grands rockers et poètes des années 80 et 90. Ce qui est sûr, c'est qu'en cherchant un peu des vidéos de ses morceaux sur internet, on tombera facilement sur nombre de reprises faites par des amateurs, et à ce niveau il reste presque aussi populaire que des groupe de la pointure de DDT ou Akvarium.
L'intello russe aime Grajdanskaïa Oborona parce que certains des textes abscons de Letov, ça donne l'occasion d'avoir l'air intelligent en chantant (ou en essayant de traduire), alors qu'au fond, on a un peu de mal à saisir. Pour les autres marginaux et les punks, GrOb, c'est «leur tout» : c'est vulgaire, c'est toujours contre, c'est fait à l'arrache – plus de 10 albums par an à la fin des années 80 – et, souvent, c'est con comme un drapeau rouge. En 1987, quand il écrivait le morceau éponyme, il se conformait à sa logique : singer le plus possible le style officiel (et pour ceux qui doutent que ça ressemble au style officiel, attendez que je vous traduise la reprise de «À la vitesse soviétique» sur la musique de «Pop-Corn»), juste pour nous réveiller le matin, mettre un peu de bonne humeur et nous faire rire, même si le rire est noir.
Le drapeau rouge, Letov finira par le brandir en 1994. Choqué par les événements d'octobre 1993, il cofondera avec Douguine et Limonov le Parti National-Bolchévik. Sur scène, il ne chante plus le «Drapeau Rouge» narquois, mais reprend, levant le poing, «Et de nouveau continue le combat» célébrant le jeune Lénine, un badge avec la tête d'Anpilov à la boutonnière. Il quittera assez rapidement le NBP et ne se mêlera plus jamais à la politique depuis : il continuera à écrire quelques textes très allusifs sur les réalités russes mais en concert se contentera surtout ses vieux succès. Il ne sentait plus le besoin de dire beaucoup plus que ce qu'il avait déjà dit avant l'arrivée de la démocratie. Si le besoin se présentait, «Un nouveau 1937», «Comment l'acier fut forgé», «KGB-rock», il pourrait toujours les ressortir.

Sur les nationalités et le nationalisme, Letov ne s'exprimait quasiment pas. C'est pour ça que quand il chantera  «Société “Mémoire”» («Общество “Память”», dédié à l'organisation national-impérialiste-orthodoxe du même nom), il aura à se justifier : «mais bien sûr que c'est du foutage de gueule». Paradoxalement, il ne pensait pas que c'était un des problèmes de l'URSS, ou même un truc auquel il valait de consacrer plus d'un morceau, alors que la majorité de ses anciens compatriotes semble être aujourd'hui d'avis contraire. On veut préserver l'identité nationale, restaurer «cette Russie que nous avons perdu», répandre un monde et une idée «russes».
La télé russe, je l'ai regardée chez un ami. Il s'est «rendu» il y a douze ans pour fuir son Ouzbékistan même pas natal. Comme tout le monde, aux autorités, il n'a pas vraiment raconté toute la vérité. Dans le doute, sur sa carte de séjour, on a mis «nationalité : indéterminée». Il me disait que son meilleur pote, qu'il a rencontré il y a 14 ans, il ne connaissait toujours son vrai nom de famille. Et, en regardant une vieille femme pleurer son fils qui a été tué juste devant un hôpital, dans le Donbass, il se demandait s'il ne devait pas aller en Ukraine, aider ne serait-ce qu'un peu. Il est électricien et sait démonter une kalach, peut-être que ça pourra servir.
Qui ne rêve pas d'être le porte-drapeau ?
De brandir le drapeau rouge tel un flambeau ?
Nos combattants n'ont pas d'objet plus précieux
Que le drapeau rouge de nos glorieux aïeux !
Le drapeau rouge, le drapeau rouge,
De nos glorieux aïeux, de nos glorieux aïeux !
Qui ne rêve pas d'être le porte-bannière ?
Le drapeau à la main franchir les années-lumière ?
Planter sur la Lune le drapeau écarlate ?
Vous, je ne sais pas, mais moi j'ai hâte !
Le drapeau rouge, le drapeau rouge,
Je veux le porter, je veux le porter !
Que ne rêve pas d'être porte-étendard ?
Pour ça il ne faut jamais se lever tard !
Apprends et travaille, prends part au combat,
Et le drapeau rouge on te confiera !
Le drapeau rouge, le drapeau rouge,
On te confiera, on te confiera !

Titre original : Гражданская Оборона - «Красное знамя»
Album «Хорошо!!» (1987)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal — Gauche(s)
Congrès du PS : l’union avec les Insoumis en pomme de discorde
Derrière Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, trois équipes se disputent la direction du Parti socialiste. Mi-janvier, les adhérents les départageront sur la base de « textes d’orientation » stratégiquement distincts.
par Fabien Escalona
Journal — Politique
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal
Hausse du passe Navigo : les usagers grands perdants du bras de fer entre la région et l’État
Après des semaines de guérilla politique, le gouvernement a accepté de faire un chèque de 200 millions d’euros pour renflouer la dette des transports franciliens. Pas suffisant pour éviter la hausse prévue du passe Navigo, que les usagers payeront désormais 84 euros, contre 75 auparavant.
par Khedidja Zerouali et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy