Lëshat
Glandeur de compétition (mais j'ai arrêté le sport de haut niveau)
Abonné·e de Mediapart

85 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 févr. 2015

GrOb - «Le drapeau rouge»

Limonov, Letov et Douguine sur fond de drapeau du NBPAujourd'hui, à la télé russe, on parlait des zagradotriady. Un des représentants officiels de la DNR en tenue de camouflage affirmait que ces détachements étaient chargés de fusiller sur place les soldats ukrainiens qui battraient en retraite.

Lëshat
Glandeur de compétition (mais j'ai arrêté le sport de haut niveau)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Limonov, Letov et Douguine sur fond de drapeau du NBP

Aujourd'hui, à la télé russe, on parlait des zagradotriady. Un des représentants officiels de la DNR en tenue de camouflage affirmait que ces détachements étaient chargés de fusiller sur place les soldats ukrainiens qui battraient en retraite. Pour ceux qui pensent que les média russes passent leur journées à traiter les ukrainiens de nazis, zagradotriady est un terme qui vient de la Grande Guerre Patriotique, et désigne les forces spéciales du NKVD chargées d'appliquer le fameux «ordre n°227» («Pas un pas en arrière») aux bataillons disciplinaires et autres récalcitrants. Donc bon, ils les traitent aussi de staliniens sanguinaires, si ça vous rassure.
À la fin de l'émission, on présente un poème du Ministre des affaires étrangères, Lavrov, publié dans la revue Le Pionnier russe : «“Émigrés” n'est pas un mot russe». On nous apprend qu'il aurait aussi écrit l'hymne du MGIMO (L'institut des relations internationales de Moscou) dont il est diplômé. Egor Letov est mort il y a presque 7 ans, le 19 février 2008. Je doute que dans deux semaines, les journaux télé officiels mentionnent un de ceux que l'on considère, à tort ou à raison, comme l'un des plus grands rockers et poètes des années 80 et 90. Ce qui est sûr, c'est qu'en cherchant un peu des vidéos de ses morceaux sur internet, on tombera facilement sur nombre de reprises faites par des amateurs, et à ce niveau il reste presque aussi populaire que des groupe de la pointure de DDT ou Akvarium.
L'intello russe aime Grajdanskaïa Oborona parce que certains des textes abscons de Letov, ça donne l'occasion d'avoir l'air intelligent en chantant (ou en essayant de traduire), alors qu'au fond, on a un peu de mal à saisir. Pour les autres marginaux et les punks, GrOb, c'est «leur tout» : c'est vulgaire, c'est toujours contre, c'est fait à l'arrache – plus de 10 albums par an à la fin des années 80 – et, souvent, c'est con comme un drapeau rouge. En 1987, quand il écrivait le morceau éponyme, il se conformait à sa logique : singer le plus possible le style officiel (et pour ceux qui doutent que ça ressemble au style officiel, attendez que je vous traduise la reprise de «À la vitesse soviétique» sur la musique de «Pop-Corn»), juste pour nous réveiller le matin, mettre un peu de bonne humeur et nous faire rire, même si le rire est noir.
Le drapeau rouge, Letov finira par le brandir en 1994. Choqué par les événements d'octobre 1993, il cofondera avec Douguine et Limonov le Parti National-Bolchévik. Sur scène, il ne chante plus le «Drapeau Rouge» narquois, mais reprend, levant le poing, «Et de nouveau continue le combat» célébrant le jeune Lénine, un badge avec la tête d'Anpilov à la boutonnière. Il quittera assez rapidement le NBP et ne se mêlera plus jamais à la politique depuis : il continuera à écrire quelques textes très allusifs sur les réalités russes mais en concert se contentera surtout ses vieux succès. Il ne sentait plus le besoin de dire beaucoup plus que ce qu'il avait déjà dit avant l'arrivée de la démocratie. Si le besoin se présentait, «Un nouveau 1937», «Comment l'acier fut forgé», «KGB-rock», il pourrait toujours les ressortir.

Sur les nationalités et le nationalisme, Letov ne s'exprimait quasiment pas. C'est pour ça que quand il chantera  «Société “Mémoire”» («Общество “Память”», dédié à l'organisation national-impérialiste-orthodoxe du même nom), il aura à se justifier : «mais bien sûr que c'est du foutage de gueule». Paradoxalement, il ne pensait pas que c'était un des problèmes de l'URSS, ou même un truc auquel il valait de consacrer plus d'un morceau, alors que la majorité de ses anciens compatriotes semble être aujourd'hui d'avis contraire. On veut préserver l'identité nationale, restaurer «cette Russie que nous avons perdu», répandre un monde et une idée «russes».
La télé russe, je l'ai regardée chez un ami. Il s'est «rendu» il y a douze ans pour fuir son Ouzbékistan même pas natal. Comme tout le monde, aux autorités, il n'a pas vraiment raconté toute la vérité. Dans le doute, sur sa carte de séjour, on a mis «nationalité : indéterminée». Il me disait que son meilleur pote, qu'il a rencontré il y a 14 ans, il ne connaissait toujours son vrai nom de famille. Et, en regardant une vieille femme pleurer son fils qui a été tué juste devant un hôpital, dans le Donbass, il se demandait s'il ne devait pas aller en Ukraine, aider ne serait-ce qu'un peu. Il est électricien et sait démonter une kalach, peut-être que ça pourra servir.

© Советский панк-рок


Qui ne rêve pas d'être le porte-drapeau ?
De brandir le drapeau rouge tel un flambeau ?
Nos combattants n'ont pas d'objet plus précieux
Que le drapeau rouge de nos glorieux aïeux !
Le drapeau rouge, le drapeau rouge,
De nos glorieux aïeux, de nos glorieux aïeux !
Qui ne rêve pas d'être le porte-bannière ?
Le drapeau à la main franchir les années-lumière ?
Planter sur la Lune le drapeau écarlate ?
Vous, je ne sais pas, mais moi j'ai hâte !
Le drapeau rouge, le drapeau rouge,
Je veux le porter, je veux le porter !
Que ne rêve pas d'être porte-étendard ?
Pour ça il ne faut jamais se lever tard !
Apprends et travaille, prends part au combat,
Et le drapeau rouge on te confiera !
Le drapeau rouge, le drapeau rouge,
On te confiera, on te confiera !

Titre original : Гражданская Оборона - «Красное знамя»
Album «Хорошо!!» (1987)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Migrations
Dans le sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche