Lëshat
Glandeur de compétition (mais j'ai arrêté le sport de haut niveau)
Abonné·e de Mediapart

85 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2015

Sémion Slépakov - «Red Hot Chili Peppers»

Encore un morceau de Slépakov, mais celui-ci ne porte pas la teinte politique des deux précédentes chansons que j'ai essayé d'adapter. Par contre, il est, d'une certaine manière, profondément social. L'univers carcéral imprègne toutes les sociétés post-soviétiques, et la société russe en particulier.

Lëshat
Glandeur de compétition (mais j'ai arrêté le sport de haut niveau)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Encore un morceau de Slépakov, mais celui-ci ne porte pas la teinte politique des deux précédentes chansons que j'ai essayé d'adapter. Par contre, il est, d'une certaine manière, profondément social. L'univers carcéral imprègne toutes les sociétés post-soviétiques, et la société russe en particulier. Que ce soit par son jargon, la fénia, dont bon nombre de mots ont intégré le langage courant, ses valeurs, les poniatiya, dont les bases sont connues de la majorité de la population, ou sa musique, la blatnaïa pesnia (ou blatniak), qui sera chantée par nombre des plus grands bardes comme Vyssotski ou Rozenbaoum.
Si cette influence est aussi profonde, c'est qu'elle s'est instillée dans la durée, des bagnes sibériens des tsars au règne du banditisme dans les « folles années 90 » du siècle dernier, en passant par les Goulags staliniens et tous les écrivains qui ont pu y séjourner et qui ont ramené dans leurс œuvres cet univers. Durant les années 1990, naîtra une nouvelle étiquette de genre musical, le rousskiy shanson, « chanson russe », terme formé par analogie avec la chanson française. Ce terme fourre-tout sera collé à des artistes qui ont parfois peu en commun, des classiques du « beat d'Odessa » aux grand succès de la chanson truande période Eltsine, mais c'est avec ces derniers qu'il est le plus souvent associé.
Les trois artistes que Slépakov cite dans son morceau, Stas Mikhaïlov, Grigoriy Leps et Sergueï Trofimov, sont, en fait, plutôt rattachés à la scène « post-shanson » (également nommée « néo-shanson »), qui délaisse les thèmes traditionnels liés à la truande et s'apparente plus à de la simple variété qui garde quelques éléments stylistiques du blatniak, notamment les voix rocailleuses et les textes sous forme de récits à la première personne.
Mais quel rapport avec les RHCP ? Eh bien lisez, écoutez.

***

© Семен Слепаков


Au village tout le monde écoute le «shanson»,
Ils écoutent Mikhaïlov, Leps et puis Trofim
Mais moi je pense que tout ça c'est de la fiente,
J'aime une musique différente.
Moi j'aime les Red Hot Chili Peppers,
Red Hot Chili Peppers !
Red Hot Chili Peppers,
Je les aime beaucoup.
Je travaille avec les gens, je leur creuse des tombes
Et puis avec les collègues, on se prend une cuite
Et ensuite on chante des chansons au cimetière,
Nous avons des goûts très similaires.
À part les Red Hot Chili Peppers,
Red Hot Chili Peppers !
Red Hot Chili Peppers,
Je les chante seul.
Une fois mes copains m'ont planté une pelle dans le dos
En revenant à moi je suis allé au restaurant «Printemps»
Là-bas un mecton chantait une chanson sur la prison
Et j'lui cause : Écoute-moi mecton!
Balance du Red Hot Chili Peppers,
Voilà ta mission !
Du Red Hot Chili Peppers,
Voilà cinquante balles !
Le mecton m'a dit : ne m'en veux pas, jamais entendu,
Je connais Mikhaïlov, Leps et puis Trofim
Et tes types, comment qu'tu dis, ça doit être des nouveaux
Faut croire qu'ils n'ont pas encore le niveau
C'est qui ces Hot Bad Chili Vipons,
C'est quoi ce groupe ?
C'est qui les Mad Head Shpilli Beavers
C'est qui ces p'tits jeunes ?
Les mecs autour ont commencé à gueuler
Pourquoi la chanson sur la prison s'est interrompue ?
Lui, avec sa pelle dans l'dos, qui c'est ce loustic
Qui nous a cassé notre humeur nostalgique ?
Et c'est quoi ce nom anglais incompréhensible ?
C'est quoi ces mots vexants et désagréables ?
J'ai sorti la pelle et je suis allé droit sur eux
Z'ont bien fait de me rappeler que j'en avais une
Je leur dis : J'supporterai pas des paroles pareilles
Et je vais vous couper à coups de pelle
Vos Red Hot Chili Peppers,
Chacun votre tour !
Vos Red Hot Chili Peppers,
J'vais vous les couper !
Les mecs ont alors crié : On rigole, frérot,
En s'en fout de l'œuvre de Leps et de Trofim
Stas Mikhaïlov, alors lui, il plaît qu'aux gonzesses
Nous, tout ce qui nous intéresse
Ce sont les Red Hot Chili Peppers
Sur la vie d'nos mères,
On aime les Red Hot Chili Peppers,
Croix d'bois, croix de fer !
On aime leur grand single
«Californication»
On aime Anthony Kiedis
Et leur bassiste Flea !
Notre très cher groupe Red Hot Chili Peppers,
Maintenant au village, on n'écoute plus que vous.
Très souvent avec les mecs, on chante vos chansons,
Et les mecs n'ont qu'une seule question
Dites-nous, nos très très chers Red Hot Chili Peppers,
Vous pourriez pas écrire au moins une seule chanson sur la prison ?


Titre original : Семён Слепаков - «Рэд Хот Чили Пепперс», 2012

Note : quand on veut désigner, en français, de manière familière le groupe RHCP, on utilise cet acronyme ou bien on parle des «Red Hot», les Russes, eux, parlent des «Chili Peppers», ou plus simplement, les «Pertsy» («poivres» ou «poivrons», en russe)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr