DDT - «Un pressentiment de guerre civile»

ДДТ Предчувствие Гражданской Войны © korlevtizh

Quand tu fais face à un mur affamé
Quand un nœud coulant brille au lieu du soleil
Quand tu verras dans tes yeux la nuit
Quand tes mains sont prêtes au malheur.
Quand les oiseaux s'étripent à l'aube du printemps
Quand au-dessus de ton âme l'orage voile le jour
Quand le mensonge hurle à la trahison
Quand les freins glapissent à l'amour


Ceux en qui tu croyais sont partis au loin
Et on ne distingue plus leurs mouvements
Et au matin bruineux, la racaille de la ville
Découpe sur ta poitrine
Un pressentiment
De guerre civile


Quand les nuages n'arrivent pas au genou
Quand sur les dents on a des bouts de langue
Quand la nationalité vote pour le sang
Quand la solitude te laisse exsangue
Quand le mot « foi » ressemble à un couteau
Quand les livres fondent sur les tocsins
Quand le suicide est plus honnête que tout
Quand en place d'un rythme tremblent les nerfs


Et les icônes des saints, dans le temple étincelant,
Te disent que l'Église, ce n'est pas toi
Que chantes-tu quand des rêves indécents
Remplacent une mort tranquille ?
Un pressentiment
De guerre civile


Quand un vent noir déchire les voiles
Qui sous les projecteurs crachent la peine au visage
Une révolution sans victimes, mensonge morbide
Tu entends chevroter les cœurs des guides
Quand la nature éclatera, et les rebuts bouillants
Enflammeront les cieux en chute libre
La contre-utopie, sur un cheval rouillé
Ouvrira les tombes lasses d'attendre
Quand le mot « musique », c'est...
Quand le mot « musique », c'est...
Un pressentiment.

 


Titre original : ДДТ - Предчувствие гражданской войны

Album Пластун, 1991

***

Parfois, traduire du rock russe, c'est pénible, parce que le texte peut être bâti sur des références ou du vocabulaire ancré dans une époque, une réalité sociale : et te voilà à essayer de trouver un vague équivalent (j'ai ainsi traqué Blok et Balmont pour Baudelaire et Mallarmé), soit à hausser les épaules et mettre une note de bas de page qui explique ce qu'est un luber, un seksot ou le sovdep.
Mais parfois, on tombe sur des textes où, oh bonheur ! les rockers ne se sont pas contentés de jouer aux troubadours de leur époque, mais ont essayé de toucher quelque chose d'absolu, d'universel, de transcendant.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.