Les chansons de notre siècle - «Le retour du roi» (d'après Maurice Carême)

Pour changer un peu des junkies déglingués que je propose habituellement, voici des gens tout propres sur eux, sur la première chaîne de la télé russe, en guise de pause musicale du très pittoresque « casino intellectuel » Chto? – Gde? – Kogda? [Quoi ? – Où ? – Quand ?].
Песни нашего века - Хромой король (А.Дулов). © Архив авторской песни


Pour changer un peu des junkies déglingués que je propose habituellement, voici des gens tout propres sur eux, sur la première chaîne de la télé russe, en guise de pause musicale du très pittoresque « casino intellectuel » Chto? – Gde? – Kogda? [Quoi ? – Où ? – Quand ?]. Le morceau, écrit par le compositeur Aleksandr Doulov pour l'adaptation russe du « Retour du roi » de Maurice Carême (« Hromoy korol' », littéralement « Le roi boiteux », traduit par Mikhaïl Koudimov), est un classique de ce qu'on appelle en Russie la « chanson d'auteur » (avtorskaïa pensia), ou « chanson de bardes ». Qui sont ces bardes ? Comme Doulov, souvent, des intellectuels, chercheurs, ingénieurs, pas particulièrement révoltés, qui aiment la nature, les amis, les feux de camps, les guitares, les chansons lyriques et éternelles. Si le rock se plaçait comme antithèse de la musique soviétique officielle, la chanson d'auteur, elle, se définirait plus à l'opposé de la blatnaïa pesnia, la « chanson truande ». Même si, ironiquement, les deux genres ont certains points communs, comme le minimalisme et l'imperfection de l'interprétation, un certain sens du lyrisme, et surtout quelques auteurs-compositeurs tels Vyssotski ou Rozenbaoum. Bref, respectés pour leur intellect mais rarement adorés (au choix : trop honnêtes, pas assez révoltés, pas assez patriotiques), les bardes sont ceux qui réfléchissent trop aux mystères de l'univers, de l'astrophysique, de l'infiniment petit ou de l'histoire antique pour avoir l'énergie de mettre son nez dans la politique. Et qui, en fait, réfléchit assez tout court pour comprendre qu'il n'y a rien à y faire.

« Pesni nachevo veka » - « Les chansons de notre siècle » est une nébuleuse d'artistes plus ou moins liés à cette « scène », ou plus précisément un projet qui a pour but d'enregistrer dans des conditions professionnelles les grands classiques du genre.

***

Casque de fer, jambe de bois
Le roi revenait de la guerre.
Jambe de bois, casque de fer,
Il claudiquait, mais chantait clair
A la tête de ses soldats.

Soie de Nemours, velours de Troie,
La reine attendait sur la tour.
Velours de Troie, soie de Nemours,
La reine était rose de joie
Et riait doux comme le jour.

Souliers troués, fleur au chapeau,
On dansait ferme sur les quais.
Fleur au chapeau, souliers troués
Le vent faisait claquer l’été
Sur les places comme un drapeau.

Fifres au clair, tambour battant,
Le roi marchait tout de travers.
Tambour battant, fifres au clair,
Il n’avait pas gagné la guerre
Mais il en revenait vivant.

(Le texte original de M. Carême, donc, je vous épargne une retraduction de l'adaptation russe)

 

Titre original : Песни нашего века - «Хромой король» (Александр Дулов, Михаил Кудимов)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.